Recherche avancée

HIDE-A-BED [ˈajdəbɛd] ou  HIDE-BED [ˈajdbɛd]
n. m.

Rem.

1. Variantes graphiques : hyde-a-bedhyde-bed. 2. Parfois écrit avec des majuscules : Hide-A-Bed, Hyde-A-BedHyde-Bed.

  

Vieilli, fam.Canapé qui renferme un matelas replié dans le siège, pouvant être déployé au besoin pour servir de lit.

2023, TLFQ, Canapé qui renferme un matelas (« hide-a-bed ») [photo]. 2023, TLFQ, Canapé qui renferme un matelas (« hide-a-bed ») ouvert [photo].

(En appos.) Divan, causeuse hide‑a‑bed.

   divansofa.

Hide‑a‑bed Claremont [/] Un nouveau sofa moderne qui s’ouvre pour former un lit de grandeur normale. Deux personnes peuvent dormir confortablement sur un matelas « Beautyrest » de dimensions normales. Elles ont accès au lit sur les deux côtés. Facile à ouvrir et soigneusement rembourré et recouvert dans un choix de plusieurs magnifiques tissus et couvertures. 1948, La Presse, Montréal, 20 février, p. 28 (annonce).

« Hide‑a‑bed » Simmons – Un attrayant divan de salon le jour – un lit double de grandeur régulière la nuit! Vous dormez sur un matelas Beautyrest. 1949, Le Canada français, Saint-Jean-d’Iberville, 21 avril, p. 31 (annonce).

Mobilier A-120 Hyde-Bed de Simmons. Matelas « Deep Sleep ». Couverture de première qualité. Super-aubaine. 1954, Le Soleil, Québec, 14 janvier, p. 15 (annonce).

Hide-a-bed très propre, style causeuse, matelas marshall, largeur 47 pouces – $90.00. 1959, Le Devoir, Montréal, 24 octobre, p. 6 (annonce).

Nous ne voulons pas nous endormir dans cet état; nous avons trop peur que notre hyde‑a‑bed se referme sur nos corps comme un cercueil. 1973, R. Ducharme, L’hiver de force, p. 27.

À vendre meubles usagés – 15 mobiliers de chambre à coucher, 25 mobiliers de cuisine, 20 mobiliers de salon, 6 stéréos, 5 T.V. portatives, assortiments de lampes, bibelots et autres. 2 hide‑bed, 4 divan‑lits. 1975, La Revue de Gatineau, 29 octobre, p. 24E (annonce).

Nous avons replié le hide‑a‑bed, Mélène et moi, en sacrant un peu parce que le mécanisme fonctionne mal (je m’y suis déjà pris le pouce de la main droite et j’en garde encore une vilaine cicatrice). 1986, M. Tremblay, Le cœur découvert, p. 164.

Avec Audrey, Alice est allée chez Jonathan un après-midi après l’école. Jonathan n’avait pas de chambre à lui. Il dormait dans le salon sur un hide‑a‑bed, et une couverte de tigre faisait office de rideaux. 2014, La Presse+, Montréal, 26 juillet, section Pause week-end, écran 7.

Histoire

Depuis 1948. De Hide‑A‑Bed, nom déposé (1948) d’une marque canadienne de canapé‑lit. Le mot est courant en anglais, mais il est absent de la plupart des dictionnaires (v. toutefois Collins (en ligne) 2022‑07).

Dernière révision : novembre 2022
Trésor de la langue française au Québec. (2022). Hide-a-bed ou hide-bed. Dictionnaire historique du français québécois (2e éd. rev. et augm.; R. Vézina et C. Poirier, dir.). Université Laval. Consulté le 30 novembre 2023.
https://www.dhfq.org/article/hide-bed-ou-hide-bed