Recherche avancée

HORSE-POWER [ˈɔʁspɔwœʀ]
n. m. invar.

Rem.

1. Souvent abrégé en HP, H.P., hp ou h.p. 2. Variante graphique : horse power.

  

Techn.Unité de puissance utilisée en Amérique du Nord, valant 0,746 kWh.

Moteur, automobile, tracteur de 100, 150 HP. Compresseur, banc de scie de 2, 3 HP.

Rem.1. Se rencontre surtout dans la langue écrite (petites annonces, catalogues de grands magasins, publicité), souvent en concurrence avec cheval (ou cheval-vapeur); dans l’usage courant, on utilise plutôt force. 2. On a souvent suggéré de traduire le mot par cheval (ou cheval-vapeur), qui a cours en France, mais certains observateurs du langage ont jugé que ce terme était inadéquat du fait qu’il réfère à une unité de puissance légèrement inférieure (voir Bélisle1-3, DavTrad; voir aussi Histoire).

[...] il faut six forces (horse power) pour moudre dix minots de grain [...]. 1895, Québec, BAnQQ, Cour d’appel (Québec), cause no 21, factum de l’intimé (A), p. iii.

Le moulin [à papier] sera érigé instamment à Métabetchouan, à l’embouchure de la rivière du même nom, au bord du Lac Saint-Jean, et l’énergie électrique sera fournie par une chute de 80 pieds de la Métabetchouan, pouvant développer 26,000 h.p. 1920, Le Devoir, Montréal, 20 septembre, p. 7.

Si le mlcp [ministère du Loisir, de la Chasse et de la Pêche] continue toujours de mettre des embarcations à votre disposition [...], il n’offre plus de moteurs hors-bord de 10 hp ou de 20 hp, comme c’était antérieurement le cas. 1982, Le Soleil, Québec, 14 août, p. C4.

Le moteur [de l’automobile] peut tourner plus vite, mais les courroies normales qui entraînent les accessoires comme la climatisation et l’alternateur commencent à se désintégrer bien avant que ne soit atteint le régime optimal de 10 500 tr/min, qui produit 245 HP. 1989, L’Actualité, janvier, p. [61].

Techn.Puissance (d’un véhicule).

Le HP d’un tracteur. (FortAgr 152).

Histoire

Depuis 1895. Emprunt de l’anglais qui atteste également les abréviations HP, H.P., hp et h.p. (v. par ex. FunkC 1982 et Webster 1986). Le mot figure dans la plupart des dictionnaires du français de France (qui le relèvent depuis 1820; HP depuis 1906, H.P. depuis 1907), mais pour désigner une unité de puissance propre à la Grande-Bretagne et aux États-Unis (v. par ex. LarSuppl 1906 et Robert 1985). En France, on recourt plutôt à cheval-vapeur (depuis 1822, lui-même traduction de horse-power, v. Ddm4, s.v. cheval, et FEW angl. horse power 18, 72b) qui désigne une unité de puissance de 0,736 kWh, donc légèrement inférieure à celle du horse-power qui est de 0,746 kWh (v. Logos 1976, s.v. cheval, Larousse 1987, s.v. cheval-vapeur et horse power, ReyDAngl3, s.v. horse-power).

Version du DHFQ 1998
Trésor de la langue française au Québec. (1998). Horse-power1. Dictionnaire historique du français québécois (2e éd. rev. et augm.; R. Vézina et C. Poirier, dir.). Université Laval. Consulté le 13 juin 2024.
https://www.dhfq.org/article/horse-power