Recherche avancée

COCOLOGIE [kɔkɔlɔʒi]
n. f.

  

Fam.Manière de penser, esprit qui témoigne d’intelligence, de jugement, de débrouillardise; intelligence, jugement, débrouillardise.

Avoir de la cocologie : être intelligent.

Dès son bas-âge, il s’imagina qu’il était assez fort pour les Royals, de la Ligue Internationale. Il brailla tellement que les journaux, pris de sympathie, demandèrent à Sam L... de sécher ses pleurs avec un uniforme. C’était bien par sympathie que les rédacteurs sportifs du temps le recommandèrent car ils savaient tous qu’il n’avait ni les capacités, ni la cocologie pour faire un bon chien. 1930, Le Goglu, Montréal, 20 juin, p. 7.

[...] ma fille [...] elle voudrait continuer à étudier e’c’t’automne. [...] J’vas dire comme on dit itou, c’est pas parce que c’est la mienne, ma fille, mais elle a d’la cocologie. 1958, G. Bessette, La bagarre, p. 50.

C’est aujourd’hui qu’on constate comment ce prêtre-là a de la cocologie et puis qu’il fait donc des beaux sermons toujours, toujours. Il dit qu’il a jamais besoin de préparer son sermon, ça passe comme ça. C’est épatant, monsieur le curé prêche plus, il le laisse prêcher. 1973, Wotton (Les Sources), AFEUL, G. Laperrière 156 (âge de l’informatrice : n. d.).

C’est la rentrée. [...] Peut-on retourner à la production, à l’action, aux activités génératrices et aux routines de nos mondes respectifs sans aliéner notre équilibre, notre harmonie et notre santé? À première vue, ça ne semble pas facile. Avec un peu de « cocologie », ça devrait être vraiment réalisable. 1983, Au masculin, septembre, p. 44.

Histoire

Depuis 1930. De coco2, et suff. -logie.

Version du DHFQ 1998
Pour poursuivre votre exploration du mot cocologie, consultez notre rubrique En vedette.
Trésor de la langue française au Québec. (1998). Cocologie. Dictionnaire historique du français québécois (2e éd. rev. et augm.; R. Vézina et C. Poirier, dir.). Université Laval. Consulté le 23 mai 2024.
https://www.dhfq.org/article/cocologie