Recherche avancée

APRÈS-MIDI [apʀɛmidi]
adv.

  

Fam.Dans l’après‑midi de la journée d’aujourd’hui, cet après‑midi.

Es-tu libre après‑midi?

Rem.En France, après‑midi ne s’emploie qu’en apposition à une indication de jour (lundi après‑midi, demain après‑midi) ou comme substantif.

Après‑midi, je suis allé voir la statue de la ville de Strasbourg sur la place de la Concorde. 1886, O. Crémazie, Lettres et fragments de lettres de Octave Crémazie, p. 45.

Si la tempête peut cesser ou modérer d’ici à après‑midi, il viendra p’t’être, si non j’enverrai mon garçon, Jacquet, lui dire que je voudrais lui parler. 1896, R. Roy, Les aventures de Nicolas Martin, Le Monde illustré, Montréal, 25 janvier, p. 589.

Les religieuses sont bonnes pour moi, après midi j’ai eu un beau plateau de sucre à la crème comme je t’ai fait goûter dimanche. 1932, R. Blondin, Chers nous autres, t. 1, 1978, p. 110 (lettre).

Bien, il dit, j'ai rencontré votre petite fille, il dit, après-midi, il dit, sur la rue, puis il dit, je l’ai demandée en mariage. 1954, Maisonnette (Gloucester, Nouveau-Brunswick), AFEUL, L. Lacourcière 1953 (âge de l’informatrice : 73 ans).

J’ai dit : « Il s’en allait, puis il faisait pas de piste sur la neige. » Il se met à rire, il a dit : « Tu fais des farces. » « Non, non, j’ai dit, je fais pas des farces. [...] Je lui ai dit : « Je suis pas fou, là, non, je suis pas fou, je l’ai vu, je l’ai pris pour François Fortin, puis j’ai dit, c’est pas François Fortin, c’est Siméon Gagné qui est mort, puis il est mort à trois heures, après-midi. Il est venu me voir. » Il croit quasiment pas ça, mais il me contrebarre [= contredit] pas. 1968, Matane, AFEUL, J.‑Cl. Marquis 182 (âge de l’informateur : 82 ans).

Avant de se rasseoir, elle mit ses mains en cornet autour de sa bouche pour s’en faire un porte-voix. « Après‑midi, j’ai embrassé un homme sur la bouche! » 1978, M. Tremblay, La grosse femme d’à côté est enceinte, p. 311.

Une quinzaine de minutes plus tard, Charles frappe à la porte du domicile de Jimmy. Ce dernier va ouvrir en saluant son ex‑compagnon de cellule et de crimes. - Comment ça va Jimmy, où tu étais hier, on t’a cherché partout? - Qui ça? - Moé pis Eugène, tu y as pas parlé? - Non chu arriver [sic] juste après‑midi, j’étais chez ma sœur. Quand qu’on va avoir note argent? 2011, J.‑M. Martel, Transport mortel, p. 87.

Histoire

Depuis 1886. De après()midi « après l’heure du midi, pendant la partie de journée comprise entre le midi et le soir » qui, du XVIe au XIXe s., connaissait en France un emploi beaucoup plus libre qu’aujourd’hui (v. notam. Féraud 1787, s.v. après‑dînée, et Landais 1853 : Il est arrivé après‑midi, ou l’après‑midi). Également relevé dans le parler picard (v. EmrPic 74, après midi).

Dernière révision : octobre 2022
Trésor de la langue française au Québec. (2022). Après-midi. Dictionnaire historique du français québécois (2e éd. rev. et augm.; R. Vézina et C. Poirier, dir.). Université Laval. Consulté le 28 mai 2024.
https://www.dhfq.org/article/apres-midi