Recherche avancée

ZIPPER [zipe]
v.

1

v. tr. Fermer la fermeture à glissière de.

Zipper une robe, une jupe. Zipper son pantalon, la braguette de son pantalon, fam. ses culottes.

 Fermer (une fermeture à glissière).

2022, TLFQ, Zipper [vidéo].

Zipper un zipper.

On zippe tout gaiement et jupes et pantalons. On dézippe aussi. Et puis, on se rezippe. 1972, H. Bélanger, Place à l’homme. Éloge du français québécois, 2e éd., p. 142 (absent de la 1re éd. de 1969).

 Zippé, zippée adj. Dont la fermeture à glissière est fermée.

Pantalon zippé. Robe, jupe mal zippée.

Rem.On trouve aussi dans la publicité le sens de « muni d’une fermeture éclair » qui a cours en France.

2

v. pron. Fermer la fermeture à glissière de son vêtement, d’un de ses vêtements, en partic. celle de la braguette de son pantalon.

Zippe-toi comme il faut.

Quand il releva la tête, le député Turcotte était assis sur le bout du canapé; les mains sur les genoux, la braguette béante, il les regardait, sidéré. [...] Il promenait sur ses ravisseurs deux yeux navrés rougis par l’alcool. Robert s’approcha et lui frappa légèrement les côtes avec le canon de sa mitraillette : – Allons, zippe-toi, vieux vicieux, tu t’en viens avec nous. 1974, Y. Beauchemin, L’enfirouapé, p. 164.

3

v. intr. Être muni d’une fermeture à glissière; se fermer, s’ouvrir au moyen d’une telle fermeture.

Un porte-monnaie qui zippe. Une jupe qui zippe sur le côté.

 (En parlant d’une fermeture à glissière).  Se fermer, s’ouvrir.

Un zipper qui zippe mal.

Veste [de ski] de modèle élégant en nylon réfractaire à l’eau [...]. Présente une glissière de nylon incassable qui « zippe » dans les deux sens [...]. 1970, La Presse, Montréal, 7 janvier, p. 30 (annonce).

Histoire

Emprunt de l’anglais to zip (v. Webster 1986, WebsterW 1988 et OED-Suppl 1986).

1Depuis 1972. Zipper v. tr. a été relevé également en français de France, mais avec le sens de « munir (un vêtement) d’une fermeture à glissière » (depuis 1965), emploi qui paraît résulter d’une dérivation française à partir de zip et non d’un emprunt à l’anglais (v. DMN, Robert 1985; ReyDAngl3, s.v. zip : « On l’emploie surtout en mode »). 2Depuis 1973 (RobMan1 37; dès 1943 dans le dérivé se rezipper). 3Depuis 1970. Comme verbe intransitif et en parlant d’une fermeture à glissière, zipper a aussi été relevé en français de France, mais seulement dans Robert 1985 qui le définit par « coulisser » et qui le donne comme plaisant. 

 dézipperrezipper.

Version du DHFQ 1998
Trésor de la langue française au Québec. (1998). Zipper2. Dictionnaire historique du français québécois (2e éd. rev. et augm.; R. Vézina et C. Poirier, dir.). Université Laval. Consulté le 28 mai 2024.
https://www.dhfq.org/article/zipper-0