Recherche avancée

WAITRESS [wetʀis, wetʀɛs]
n. f.

Rem.

Variantes graphiques waitressewaitricewaitrisse.

  

Pop.Femme affectée au service de la clientèle d’un restaurant, d’un bar, d’un café, en partic. au service aux tables.

Des waitresses; (plus rarement) des waitress.

SYN. serveuse.

 waiter.

Jacqueline se plut dans son nouvel emploi. Elle aimait le mouvement des heures de repas. Elle courait à droite et à gauche. C’étaient quelques mots avec celui-ci, une ou deux plaisanteries avec celui-là. Puis la salle se vidait, et c’étaient les longues heures creuses du milieu de l’après-midi où elle devait subir la présence des deux autres serveuses. L’une en particulier lui tapait sur les nerfs avec les grands airs qu’elle se donnait parce qu’elle avait déjà travaillé chez Kerhulu et comme surnuméraire chez Murray’s. Pour cette Laura, ce stage dans cette gargote marquait une déchéance temporaire, et elle ne manquait jamais de faire savoir à ses deux compagnes qu’elle était d’un échelon plus élevé dans le monde des waitresses. 1951, R. Viau, Au milieu, la montagne, p. 250.

On s’est ramassés au Honey Dew de la station Guy. On a dit à la waitress ce qu’on voulait. Elle a pris nos paroles puis elle est allée les crier dans le microphone de l’intercom de la cuisine : « Deux hot dogs! Deux ordres de patates frites! » 1973, R. Ducharme, L’hiver de force, p. 30.

ALBert Veilleux ne pouvait répondre, il était sidéré. Cette femme qui pointait vers lui un doigt accusateur, c’était la sienne? Celle avec qui il vivait depuis vingt-cinq ans?... Mariés aux pieds des autels... deux garçons au cegep [sic]... deux filles waitresses dépareillées... qui gagnent déjà leur vie... un restaurant rentable avec bar attenant décoré de danseuses mexicaines [...]. 1977, M. Ferron, Le chemin des dames, p. 150.

Thérèse était une tête forte, une fille d’action, une mal embouchée, une viveuse, une waitress de club qui pouvait transporter une douzaine de bières glacées sans en échapper une seule, même si on essayait de lui prendre les cuisses en passant, pas une serveuse de Bar-B-Q qui plie des napkins en attendant le petit rush du soir! 1989, M. Tremblay, Le premier quartier de la lune, p. 212.

 RareHead(-)waitress n. f. Dans un restaurant, serveuse principale, chargée notam. de superviser le travail des autres serveuses, d’accueillir les clients et de leur assigner une table.

Depuis longtemps Marguerite caressait l’ambition d’obtenir le poste de head waitress au Super. La présente hôtesse devait se marier sous peu. Margot était la deuxième plus ancienne employée. [...] Son salaire, à elle aussi, s’en trouverait quasi doublé. 1958, G. Bessette, La bagarre, p. 149.

Histoire

Depuis 1930 (Le Goglu, Montréal, 25 juillet, p. 7 : les waitresses); emprunt de l’anglais (v. Webster 1986; v. aussi OED qui signale en outre l’orthographe waitresse). Head-waitress (depuis 1958) n’a pas été relevé comme tel dans les dictionnaires anglais, mais il doit s’agir d’un emprunt à l’anglais américain (cp. head-waiter, s.v. waiter).

Version du DHFQ 1998
Trésor de la langue française au Québec. (1998). Waitress. Dictionnaire historique du français québécois (2e éd. rev. et augm.; R. Vézina et C. Poirier, dir.). Université Laval. Consulté le 13 juin 2024.
https://www.dhfq.org/article/waitress