Recherche avancée

VENDRE [vɑ̃dʀ]
v.

1

v. tr. Fam.(Employé absol.). Vendre son bien, en partic. sa maison, son commerce, pour s’en aller ailleurs, pour faire autre chose.

Rem.Usité surtout à l’oral.

[...] supposons que je vends aujourd’hui, bien là je retire le trois mille piastres plus les ristournes qui sont accumulées. 1963, Montréal, Corpus Bibeau-Dugas 30382 (en parlant d’un magasin).

On a eu beaucoup d’offres de contracteurs qui veulent bâtir des maisons en hauteur. Ici, toute la rue Bellingham. Alors on se dit d’une journée à l’autre, bien naturellement si le voisin vend ou le deuxième voisin vend, puis ils élèvent une maison de douze treize étages, on est pas intéressé à [...] rester à côté. 1971, Montréal, Corpus Sankoff-Cedergren 61-668.

J’ai pris mes gratuités de l’armée pour acheter le terrain. J’ai... je me suis bâti un étage, un étage et demi. La première fois que je me bâtissais. J’ai resté là sept huit ans. Et puis de là, bien j’ai vendu puis on s’est en allé à loyer [...]. 1971, Montréal, Corpus Sankoff-Cedergren 90-227.

J’ai travaillé comme un fou pendant 15 ans quand j’avais mon étude. J’ai vendu et je vis de mes rentes. Je suis libre et indépendant. 1993, Le Soleil, Québec, 31 mai, p. B1.

2

Fam.Je (ne) suis pas à vendre. Formule employée pour signifier : arrête de me dévisager, de me regarder.

Je suis pas à vendre, ni achetable.

Rem.Usité surtout dans le langage enfantin.

Serge boit du lait entre les bouchées de poisson et de patates. On voit son nez dans le verre. Il lève les yeux vers Laur. Leurs regards se croisent à travers le fond du verre. Serge s’essoufle et rougit. Je baisse les yeux. – Je ne suis pas à vendre, dit Serge. 1983, S. Jacob, Laura Laur, p. 14.

Histoire

1Depuis 1963. Peut-être d’après l’anglais to sell qui peut s’employer intransitivement; cp. en outre la locution anglaise to sell up « to sell a business, house etc. to pay one’s debts, or because one is moving or retiring » (v. OD-Idiom 1 et OED-Suppl 1986). 2Depuis 1983.

Version du DHFQ 1998
Trésor de la langue française au Québec. (1998). Vendre. Dictionnaire historique du français québécois (2e éd. rev. et augm.; R. Vézina et C. Poirier, dir.). Université Laval. Consulté le 28 mai 2024.
https://www.dhfq.org/article/vendre