Recherche avancée

TOASTER2   ou  TOASTEUR [tostœʀ]
n. m.

  

(Emploi critiqué). Instrument servant à faire griller du pain.

2022, TLFQ, Grille-pain ("toaster") [photo].

 (Spécial., parfois dans toaster électrique). Appareil électrique conçu spécialement pour faire griller des tranches de pain.

Rem.1. Dans la langue soignée, on dit plutôt grille-pain. 2. Connu également en français de France, mais d’usage moins courant qu’au Québec (voir Histoire).

Ma Germaine se remet à l’ouvrage. Et toujours avec la rapidité voulue, ça m’épate une femme de même. Le pain tranché réapparaît, le toaster est branché, ça chauffe, le pain brûle jamais, ses deux mains sont commes [sic] des mécaniques, le beurre revole, la confiture Raymond baisse, un autre pot se vide en criant ciseau! 1965, Cl. Jasmin, Pleure pas, Germaine, p. 131.

Il y a des matins bien ordinaires, avec de la confiture de fraises sur du beurre fondu, des matins où le ciel se dessine à l’envers dans le métal poli du grille-pain, des matins à toaster. 1972, J. Godbout, D’amour, P.Q., p. 108.

Elle verse le reste de la soupe dans son bol, met deux autres tranches de pain dans le toaster et sort le beurre de peanut. 1992, M. Laberge, Quelques adieux, p. 121.

Histoire

Depuis 1912 (BlanchGarde3 74 : « gril à pain »); depuis 1968 sous la forme toasteur (Dulong). De l’anglais toaster (v. Webster 1986 et OED-Suppl 1986, s.v. toaster1). Toaster a pénétré également en français de France (attesté depuis 1926; depuis 1959 sous la forme toasteur), mais il n’y est guère courant (v. HöflAngl, s.v. toasteur; v. aussi Robert 1985, id., qui le donne comme rare).

Version du DHFQ 1998
Trésor de la langue française au Québec. (1998). Toaster2 ou toasteur. Dictionnaire historique du français québécois (2e éd. rev. et augm.; R. Vézina et C. Poirier, dir.). Université Laval. Consulté le 4 décembre 2023.
https://www.dhfq.org/article/toaster-ou-toasteur