Recherche avancée

THÉTIÈRE [tetjɛʀ] ou  THÉQUIÈRE [tekjɛʀ]
n. f.

Rem.

1. Autres prononciations : [tɛtɛʀ], [tətjeʀ], [takjeʀ], etc. 2. Variantes graphiques thetière, tetiere, tetierretetier; (XVIIIe s.) taitière; téquière, taquière.

  

VieilliThéière.

2023, TLFQ, Théière (« thétière ») [photo].

Une thétière de faïence, de grès, de terre, de cuivre, d’étain. Mettre la thétière sur le poêle.

 thépot.

J’allai au poële de la cuisine, je remplis la bombe et j’allumai le feu. En moins d’un quart d’heure l’eau était chaude et je la versais dans la téquière. Après avoir bu deux tasses de thé [...], je m’étendis sur mon baudette et je dormis comme un père. 1879, [H. Berthelot], dans Le Vrai Canard, Montréal, 30 août, p. 2.

– Mathilda : [...] nous ne buvons pas beaucoup de thé ici. – Malvine : J’ai ben vu ça, la théquière était bien encrassée... mais là elle est propre! Prenez-en donc encore une tasse? 1961, O. Légaré, Zézette, 20 mai, p. 6 (radio).

Histoire

Depuis 1756 (BAnQQ, PJN 1842-2, p. 10 : Une tetierre de terre vernie). Héritage de France; thétière a été relevé en français du XVIIIe s. et est attesté dans les parlers du Nord et de l’Est de la France ainsi que dans ceux de la Wallonie et de la Suisse romande (v. FEW malais tēh 20, 112a; v. aussi Robert 1985, s.v. théière). Thétière est une variante de théière d’après cafetière (v. BW5, s.v. thé); théquière résulte de la palatalisation de [t] en [k] devant [j], selon une tendance ancienne (v. JunPron 128-129).

Version du DHFQ 1998
Trésor de la langue française au Québec. (1998). Thétière ou théquière. Dictionnaire historique du français québécois (2e éd. rev. et augm.; R. Vézina et C. Poirier, dir.). Université Laval. Consulté le 20 février 2024.
https://www.dhfq.org/article/thetiere-ou-thequiere