Recherche avancée

TARLA [taʀla] ou  TARLAIS [taʀlɛ]
n. m.

Rem.

Variante graphique : tarlet.

  

Très fam.(Général. comme terme d’insulte). Individu idiot, sot, stupide, imbécile.

Être un beau, un maudit tarla. Espèce de grand, de gros tarla! Gang de tarlas!

Faire le tarla : agir en idiot, en imbécile.

(En fonction attribut). Être, avoir l’air tarla.

 épais, épaisse (sens I.4); innocent, innocente.

Tout à coup, il y a un gars, un vrai trimpe, qui sort d’une ruelle avec cinq cigarettes au bout du bras! C’est l’ bon yeu, que j’ me suis dit! Il avait l’air endormi, pas mal tarla... il voulait m’ les vendre deux piasses. J’ lui ai faite baisser ses prix jusqu’à une piasse en lui disant que, même une piasse ronde, c’était pas des pinottes pour moé. 1973, A. Loiselet, Un bel enfant d’chienne, p. 22.

Et le fou à la Thunderbird qui ne sait plus trop où il va aboutir sur la glace de la rue Saint-Hubert lui fournit l’occasion de changer de sujet. – ’Garde-moé l’ostie d’cave là! On dirait qu’i sait pas qu’les ch’mins sont glissants [...]. Y en a-tu des beaux tarlas dans l’monde! 1974, R. Plante, La débarque, p. 103.

Franchement! [...] c’te tarla-là me fait un drink tout’ croche pis tu restes écrasé là dans ton siège, les grands yeux hébétés, la yeule fendue jusqu’aux oreilles pis tu trouves ça drôle... 1983, A. Montmorency, Souffrance que j’ai du fun!, p. 43.

« Pas besoin de dictionnaire pour savoir ça! » hurle, sur le petit écran, le lutteur Mad Dog Vachon au nom de la brasserie O’Keefe. [...] Et tous ceux qui boivent de la O’Keefe doivent savoir qu’ils sont des ignares satisfaits, des imbéciles heureux, de gros tarlais. 1987, J. Godbout, dans L’Actualité, avril, p. 187.

 (Variantes).

 Tarlan (1979, enq., FTLFQ).

 Tarlatte (id.).

 Tarlo (id.).

Histoire

Depuis 1971 (d’après PPQ 2278). Mot d’étymologie incertaine, peut-être hérité des parlers de France; cp. tarlán « agneau né tard » en béarnais, mot de la famille du latin tardus (v. FEW 131, 119b); cp. aussi tarlataner « babiller bruyamment pour dire des balivernes » et tarlantaner « perdre son temps à conter des bavardages sans fin » en normand, ainsi que tarlater « fredonner, chantonner » en wallon, mots qui remontent à un radical expressif tar- (v. FEW 131, 106b).

Version du DHFQ 1998
Trésor de la langue française au Québec. (1998). Tarla ou tarlais. Dictionnaire historique du français québécois (2e éd. rev. et augm.; R. Vézina et C. Poirier, dir.). Université Laval. Consulté le 28 mai 2024.
https://www.dhfq.org/article/tarla-ou-tarlais