Recherche avancée

SUIT [suːt] ou  SOUTE [sut]
n. m. ou f.

1

Vieilli(Général. au masc. et écrit suit). Tenue masculine composée d’une veste et d’un pantalon général. taillés dans le même tissu, auxquels peut s’ajouter un gilet assorti.

2023, TLFQ, Tenue masculine (« suit ») [photo].

Un homme en suit noir.

 habit (sens I.1).

 Par ext., Pop. Tenue propre à une personne, à une catégorie de personnes.

Un suit de croque-mort, de prince.

Cléophas n’avait pas une mise des plus propres. Comme il s’était engagé à suivre le comte dans des pérégrinations mystérieuses une tenue décente était de rigueur. Le comte l’envoya chez un tailleur de la rue Notre-Dame qui prit sa mesure pour un suit neuf. 1898, H. Berthelot, Les mystères de Montréal, p. 50.

Hier, [...] il [le portier du cinéma] m’a dit qu’il y avait une place de placier de libre. [...] On est allés tous les deux voir le gérant et pis, dix minutes après, j’avais la place. [...] Tu devrais voir le beau suit qu’ils nous donnent. Des culottes noires avec un beau veston bleu pâle, pis des galons dorés sur les manches, sur les épaules et puis des boutons dorés aussi. 1962, J. Daigle, Margot, 24 avril, p. 4 (radio).

Perds pas patience, t’as tout à gagner. C’est un « suit » qui va te rester. Et puis faut que tu donnes l’impression que t’es habitué à t’habiller comme du monde. 1971, M. Dubé, Le naufragé, p. 64.

À matin j’ai fait le tour de mon appartement, ah! j’pourrais toujours, au forçail me contenter d’un 2 1/2 au lieu d’un 4... comme garde-robe! mais où c’est que j’vas mettre mes suits! 1983, A. Montmorency, Souffrance que j’ai du fun!, p. 76.

J’ai beau remettre ce que j’appelle « mon suit de ministre », je ne le suis plus. 1983, Cl. Charron, Désobéir, p. 100.

Fig.

‘J’ai mis mon suit de metteur en scène’, rigole Michel Tremblay dans sa barbe, comme un gamin qui couve un bon coup. L’auteur des Belles-Sœurs sait bien que son nouveau suit fait sensation dans le milieu théâtral, et qu’on l’attend au tournant, avec la première pièce qu’il a mise en scène [...]. 1993, Elle Québec, novembre, p. 18.

 VieuxDress-suit n. m. Tenue de soirée, de cérémonie pour homme.

 VieilliZoot-suit n. m. Tenue masculine relativement excentrique (par la coupe, la couleur, etc.), originaire des États-Unis et à la mode chez les jeunes dans les années 1940, caractérisée notamment par une veste longue aux épaules très larges et par un pantalon dont les jambes se rétrécissent vers le bas; par méton. syn. de zoot-suiter (voir ci-dessous).

1943, J.T. Burns, Zoot-suit [photo], Wikimedia Commons. https://commons.wikimedia.org/wiki/File:A_man_arrested_during_the_Zoot_Suit_Riots_models_a_zoot_suit_and_pancake_hat_in_a_Los_Angeles_County_jail_on_June_9,_1943.jpg

Nous étions partagés [...] entre la fierté et la peur. Peur d’être vus par un voisin, une voisine, peur d’avoir l’air de jeunes insignifiants face aux zoot-suits, aux durs du coin. 1974, Cl. Jasmin, La Petite Patrie, 3 novembre, p. 8; télév.

 VieilliZoot-suiter n. m. Jeune homme vêtu d’un zoot-suit; jeune marginal portant cette tenue comme marque distinctive.

Bagarre entre militaires et zoot-suiters.

Laurette ouvre la porte toute grande : sur le seuil, accoté sur le chambranle... un ‘zoot-suiter’ authentique, avec son long frac rayé, sa chaîne de montre qui lui tombe au bas des genoux, son large feutre taupé, ses favoris et son énorme mâchée de gomme. 1980, Gr. Gélinas, Les fridolinades 1945 et 1946, p. 100.

SYN. rarezazou.

2

Pop.(Général. au fém. et écrit soute). Vêtement de protection (contre le froid, la neige, la saleté, la poussière, etc.) qui couvre presque entièrement le corps, de type combinaison ou composé d’une veste et d’un pantalon assortis (notam. une veste à capuchon et un pantalon de type salopette).

2023, TLFQ, Vêtement de protection (« soute ») d'hiver [photo].

Des enfants en soute d’hiver. Mettre sa soute pour aller glisser, pour aller jouer dans la neige. Soute de ski.

Soute de skidoo, qu’on met pour faire de la motoneige.

2023, TLFQ, Combinaison (« soute ») de ski-doo [photo].

Soute de mécanicien.

 habit (sens II).

 RareSous-vêtement masculin d’une seule pièce, à manches et jambes longues. Soute de coton ouaté, dont l’intérieur est molletonné.

Des enfants en cage, Chacun [un] p’tit masque à gaz, Une carte du ciel à cent piasses, Un suit pour aller sur Mars [...]. 1972, J. Barrette, Ça-dit-qu’essa-à-dire, p. 6-7.

Claude et moi prenons nos soutes. [...] J’endosse ma « soute », monte la fermeture à glissière (mon zipper!), insère un premier foulard entre ma chemise et mon veston, enroule un deuxième foulard autour de mes oreilles. [...] Claude, plus jeune et plus rapide que moi, a déjà retourné la motoneige vers le sentier, mis le contact et pressé la poignée d’accélération. 1973, J.-A. Lamarche, Les toqués du firmament, p. 87-88.

 VieilliSnow-suit n. m. Vêtement de protection contre la neige et le froid.

Des snow-suits d’enfants.

P’pa a mis son capot de chat; m’man son mouton de Perse [...]. Moi j’avais mon ‘snow-suit’, ma tuque pis trois paires de bas de laine [...]. 1963 env., A. Brie, Chez Miville, sketch « Prosper. Panne d’électricité », p. 3; radio.

 Wet-suit n. m. Vêtement en caoutchouc perméable qui sert à protéger le corps du contact de l’eau froide, porté notamment par les plongeurs, les amateurs de planche à voile ou de rafting, etc.

Elles souhaitent répéter l’expérience [du rafting] lorsque les eaux seront moins froides et qu’il ne sera pas nécessaire d’enfiler le wet-suit, ce vêtement plutôt inconfortable qu’il faut porter pour ne pas succomber à l’hydrocution lorsqu’on chute dans l’eau glacée. 1989, La Presse, Montréal, 12 mai, p. 11; cahier des sports.

Histoire

1Depuis 1811 (ASQ, Séminaire 121, no 338, 27 mai : sout racommodée); de l’anglais suit « an outer costume of two or more parts that harmonize or match in material and color » (v. Webster 1986 et OED-Suppl 1986). Dress-suit (depuis 1907), zoot-suit (depuis 1944) et zoot-suiter (id.) ont également été empruntés à l’anglais (v. Webster 1986; v. aussi OED-Suppl 1986 qui signale l’origine américaine des deux dernières formes). 2Depuis 1969 (d’après PPQ 1986A). D’après l’anglais suit « a costume designed to be worn for a special purpose or under particular conditions » qui sert entre autres à désigner le même type de vêtement de protection, notamment dans des composés comme ski suit (d’où soute de ski), snow-suit (en français québécois dès 1940) et wet-suit (en français québécois depuis 1989) (v. Webster 1986; v. aussi OED-Suppl 1986, s.v. ski, snow et wet). Pour le sens de « sous-vêtement masculin d’une seule pièce », cp. suit « a set of underwear » (v. Webster 1986).

Version du DHFQ 1998
Trésor de la langue française au Québec. (1998). Suit ou soute. Dictionnaire historique du français québécois (2e éd. rev. et augm.; R. Vézina et C. Poirier, dir.). Université Laval. Consulté le 28 mai 2024.
https://www.dhfq.org/article/suit-ou-soute