Recherche avancée

SPARE RIBS [speʀibz]
n. m. plur.

Rem.

1. Parfois prononcé à l’anglaise. 2. Variantes graphiques spare-ribsspareribs.

  

Syn. de côtes levées (surtout en parlant du mets).

2012, Thogru, Côtes levées (« spare ribs ») [photo], CC By-SA 3.0, Wikimedia Commons. https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Ribs_from_the_pit.jpg

Rem.De plus en plus confiné à la langue orale de nos jours; à l’écrit (notamment dans le vocabulaire de la restauration et de la publicité), on emploie plutôt côtes levées.

Faites vous-même de délicieux spare-ribs chinois en 10 minutes avec la sauce magique. 1960, Almanach du peuple, p. 294 (annonce).

Etudiant, c’est ici [dans un restaurant chinois] que je venais m’offrir des repas gargantuesques pour un prix minime. L’enthousiasme et le courage et la ferveur restent à jamais imprégnés de ces odeurs d’ail et de sauce soya que je respire aujourd’hui dans une cure d’oxygénation. Le parfum des spare-ribs comme source revigorante de la liberté intérieure [...]. 1969, M. Mailhot, Le fou de la reine, p. 99.

Faites-nous venir à la place un bon repas chinois, mais dites-leur bien de ne pas mettre d’ail dans les spareribs. 1974, Y. Beauchemin, L’enfirouapé, p. 36.

Une fin de camp [d’entraînement de baseball] célébrée aux spare ribs. [...] Jeudi, on avait fait venir des spare ribs [...] pour donner des allures de fête à ce dernier lunch d’avant-match, à West Palm Beach. 1988, R. Tremblay, dans La Presse, Montréal, 2 avril, p. C2.

Histoire

Depuis 1938 (SpfcCorr-2, no 9 : « L’équivalent français de spare-rib est côtes découvertes. »). De l’anglais (v. OED, s.v. spare-rib, et Webster 1986, s.v. spareribs).

Version du DHFQ 1998
Trésor de la langue française au Québec. (1998). Spare ribs. Dictionnaire historique du français québécois (2e éd. rev. et augm.; R. Vézina et C. Poirier, dir.). Université Laval. Consulté le 16 juillet 2024.
https://www.dhfq.org/article/spare-ribs