Recherche avancée

SOUPER-CAUSERIE [supekozʀi]
n. m.

Rem.

Variante graphique : souper causerie.

  

Repas du soir au cours duquel un conférencier prend la parole.

Soupers-causeries hebdomadaires, mensuels. Souper-causerie à 100 $ le couvert. L’hôte, l’invité d’honneur, le conférencier d’un souper-causerie.

 déjeuner-causeriedîner-causerie.

La compagnie Marine Industries Limited a offert un souper-causerie aux contremaîtres de ses différents départements, à l’hôtel Saurel. Le conférencier était le lieut.-colonel Arthur Gaboury. 1940, La Presse, Montréal, 3 janvier, p. 19.

La maison, le samedi soir, devient un endroit où on se refuse le droit de rester. On en trouve beaucoup qui recherchent les amusements officiels : discothèques, boîtes à chansons, salles de danse, séances de jazz, opéras, ballets, concerts, strip-teases. Il y en a même qui s’arrangent pour participer à des soupers-causeries ou à des dîners de fin de congrès. Ils ne s’amusent pas, mais ils sortent! 1968, C. Dubuc, Lettre à un Français qui veut émigrer au Québec, p. 122.

La Chambre de commerce et d’industrie de l’Outaouais tiendra son assemblée générale trimestrielle le mercredi 24 mars, à 17h, suivie d’un souper-causerie en compagnie de Marcel Beaudry, président de la CCN, qui parlera de la contribution de la CCN au développement économique de l’Outaouais. 1993, Le Droit, Ottawa-Hull, 22 février, p. 19.

RareRepas du soir réunissant quelques convives qui sont invités à discuter sur un sujet donné.

 (Variante). RareSouper-conférence n. m.

Grâce à la collaboration d’organismes du milieu, de la Ville de Saint-Romuald et à l’appui du monde des affaires, l’équipe de bénévoles de la Corporation La Ruche Inc. a dépassé son objectif et vendu près de deux cent quatre-vingt [sic] (280) cartes pour le souper-conférence1987, Le Citoylien, Saint-Romuald, mai, p. 6.

Histoire

Depuis 1940. Composé de souper n. m. « repas du soir » et causerie n. f. « exposé oral sur un ton de familiarité et de simplicité devant un auditoire de dimension plutôt réduite » (TLF); probablement par analogie avec déjeuner-causerie et dîner-causerie, attestés plus anciennement. Souper-conférence, depuis 1987.

Version du DHFQ 1998
Trésor de la langue française au Québec. (1998). Souper-causerie. Dictionnaire historique du français québécois (2e éd. rev. et augm.; R. Vézina et C. Poirier, dir.). Université Laval. Consulté le 24 mai 2024.
https://www.dhfq.org/article/souper-causerie