Recherche avancée

SIRLOIN [sœʀlɔŋ]
n. m. ou f.

Rem.

Variantes graphiques : (d'après des prononciations pop.) serlingue, sirouane, sirouenne, sarlagne, etc.

  

VieilliSurlonge; par méton. steak pris dans la surlonge.

– Q. : Combien payez-vous le bœuf? – R. : Sept à huit cts. La serlingue, c’est 8 cts [...]. Dans les autres morceaux, ça varie [...]. Le bœuf à soupe est meilleur marché. 1892, Québec, BAnQQ, Cour d’appel (Québec), cause no 32 (1893), factum de l’appelant, p. 46-47.

Tous les matins, j’donne à manger à la chatte de Concordia. [...] Avant, la ville de Montréal lui donnait du beau p’tit steak dans le sirloin... mais asteure, Québec lui fait manger de la vache enragée. 1944, L. Jodoin, Radio-Folies, 22 janvier, p. 7-8 (radio).

 Sirloin steak. Steak pris dans la surlonge.

Voyez-vous, c’est de même dans le monde, la dernière mode d’aujourd’hui, c’est le futur rebut de demain, comme dans les restaurants, le sirloin steak spécial d’aujourd’hui, c’est la fricassée de demain! 1941, É. Coderre, Rêveries de Jean Narrache, 19 mars, p. 4; radio.

Histoire

Depuis 1892 (serlingue; sirloin, depuis 1902, dans AnFaut-4). De l’anglais (v. OED et Webster 1986; v. aussi J.R. Romans et al., The Meat We Eat, 12th ed., 1985, p. 412, 451, 500 et 531; DTV 1987, p. 148). A été progressivement remplacé par surlonge.

Version du DHFQ 1998
Trésor de la langue française au Québec. (1998). Sirloin. Dictionnaire historique du français québécois (2e éd. rev. et augm.; R. Vézina et C. Poirier, dir.). Université Laval. Consulté le 20 avril 2024.
https://www.dhfq.org/article/sirloin