Recherche avancée

SINK [siŋk] ou  SIGNE [siɲ]
n. m.

Rem.

Aussi prononcé [ziɲ] ou [ziŋk].

  

Pop.Évier, souvent encastré dans un comptoir ou plan de travail; comptoir, portion du comptoir entourant un évier.

2022, TLFQ, Évier (« sink ») de cuisine [photo].

Mettre la vaisselle dans, sur le sink.

Le chant du sink, titre d’une pièce de Jean Barbeau créée en 1973.

 Lavabo.

Le sink de la chambre de bain.

Mais t’aurais dû voir ça comme c’était beau le nouveau logement [...]. On avait l’eau chaude, le bain, des beaux sinks en aluminium, toute là t’sais quand tu dis toute. 1968, Montréal, dans M. Letellier, On n’est pas des trous-de-cul, 1971, p. 48.

Évelyne, va dans la cuisine te laver dans le « sink ». [...] C’est toi qui es la plus fine. Envoie, va dans la cuisine : tu te laveras rien que le principal. 1981, Gr. Gélinas, Les fridolinades 1941 et 1942, p. 340-341.

Histoire

Depuis 1849 (BAnQQ, gr. J. Petitclerc, 22 octobre : Des sinks garnis en plomb pour les deux maisons); de l’anglais sink (v. OED, et Webster 1986, s.v. sink2).

Version du DHFQ 1998
Trésor de la langue française au Québec. (1998). Sink ou signe. Dictionnaire historique du français québécois (2e éd. rev. et augm.; R. Vézina et C. Poirier, dir.). Université Laval. Consulté le 14 avril 2024.
https://www.dhfq.org/article/sink-ou-signe