Recherche avancée

SEAL [siːl]
n. m.

  

VieilliFourrure douce et lustrée, teinte de couleur sombre, faite à partir de peaux d’otaries ou autres pinnipèdes dont les poils de surface, plus raides, ont été retirés; imitation de cette fourrure faite à partir de peaux de moindre valeur (peaux de lapins, de lièvres, de rats musqués).

Du seal brun, noir. Manteau de seal, en seal. Casque, collerette, étole en seal.

 Par méton. Manteau en fourrure d’otarie, en imitation de fourrure d’otarie.

Rem.1. La fourrure d’imitation en peaux de lapins ou de lièvres a été commercialisée sous les noms de seal électrique et seal français; celle en peaux de rats musqués sous le nom de seal (d’)Hudson ou phoque d’Hudson. 2. En France, la fourrure d’otarie était commercialisée sous le nom de loutre de mer et son imitation en peaux de rat musqué sous le nom de loutre d’Hudson.

Le temps n’est plus où les fourrures de veaux marins (Seal) étaient l’indice de la fortune. Aujourd’hui, le « Seal » ou ses imitations sont devenues des fourrures courantes, les plus en vogue de toutes, et déjà dans cette fin d’automne nous voyons des dames impatientes de montrer leurs fourrures qui ont revêtu leurs manteaux d’hiver. 1920, Le Nouvelliste, Trois-Rivières, 2 novembre, p. 2.

Une personne un peu adroite peut tellement tirer parti de tout. Ainsi un manteau de fourrure. Disons, si vous voulez un manteau de seal électrique. Les deux premières années, c’est entendu, vous le portez comme vous l’avez acheté. Pour la troisième saison, comme il commence à donner des signes de fatigue, vous le faites transformer et on vous en tire une charmante jaquette. [...] Et le manteau peut même finir en bonnet, en « casque » pour un enfant. 1949, O. Oligny, Entre nous, 1er février, p. 3 (radio).

Elle avait un manteau noir en seal, des bottes noires garnies de fourrure, un nez long, des petites lunettes cerclées d’or, des mains blafardes, aux ongles teints en rouge. 1975, A. Hébert, Les enfants du sabbat, p. 164.

RareNom donné au phoque.

 loup-marin.

 VieuxSealette n. m. ou f. Fourrure synthétique, étoffe d’aspect velouté imitant la fourrure d’otarie.

Collerette, manteau en sealette.

Rem.On disait aussi sealskin.

Histoire

Depuis 1859 (BAnQQ, AP-G 53/2, fonds J. Daigle, 12 décembre : 1 casque seal). De l’anglais (v. Webster 1986). Les appellations commerciales seal électrique (depuis 1900) et seal (d’)Hudson (depuis 1923) ont été adaptées à partir des appellations anglaises electric seal et Hudson seal (v. Webster l986). Sealette (depuis 1848) a probablement été emprunté à l’anglais commercial nord-américain, mais cet emploi n’a encore été répertorié par aucun dictionnaire anglais.

Version du DHFQ 1998
Trésor de la langue française au Québec. (1998). Seal. Dictionnaire historique du français québécois (2e éd. rev. et augm.; R. Vézina et C. Poirier, dir.). Université Laval. Consulté le 24 mai 2024.
https://www.dhfq.org/article/seal