Recherche avancée

REZIPPER [ʀəzipe]
v.

1

v. tr. Fermer, refermer la fermeture à glissière de.

Rezipper sa robe, son pantalon, fam.ses culottes.

 Fermer, refermer (une fermeture à glissière).

2022, TLFQ, Rezipper [vidéo].

Elle me dit : bougez pas d’un poil, je remonte mes jeans, je rezippe mon zipper, j’arrive. 1973, R. Ducharme, L’hiver de force, p. 161.

2

v. pron. Fermer, refermer la fermeture à glissière de son vêtement, d’un de ses vêtements, en partic. celle de la braguette de son pantalon.

– Louis Bélanger [jouant l’une des deux sœurs de Cendrillon se préparant pour aller au bal] : Mon zipper qui tient pas, il doit avoir des dents de gâtées... – Roy Malouin [jouant la deuxième sœur] : Bon, bien moi j’ suis prête... – Louis Bélanger : Attends un peu que j’me rezippe. Bon, allons-y... 1943, L. Jodoin, Radio-Folies, 11 décembre, p. 9 (radio).

[...] il monte sur le lit et s’installe entre les jambes de Cléopâtre [...] il se dézippe [...] comme il soulève Cléopâtre par les fesses pour l’étalonner, elle se met à geindre d’une voix d’enfant apeuré [...] il se rezippe et descend précipitamment du lit [...]. 1979, J.-Cl. Germain, Mamours et conjugat, p. 111, 112 et 114 (indications scéniques).

Histoire

De zipper2 (v. ce mot).

1Depuis 1973. 2Depuis 1943.

Version du DHFQ 1998
Trésor de la langue française au Québec. (1998). Rezipper. Dictionnaire historique du français québécois (2e éd. rev. et augm.; R. Vézina et C. Poirier, dir.). Université Laval. Consulté le 17 juillet 2024.
https://www.dhfq.org/article/rezipper