Recherche avancée

QUÉTAINERIE [ketɛnʀi]
n. f.

Rem.

1. Variante graphique : kétainerie. 2. Les variantes graphiques quétainnerie, kétainnerie et quétennerie ont été relevées de façon isolée dans la documentation.

  

Fam. Caractère d’une personne considérée comme quétaine.

La quétainerie d’un chanteur.

 Caractère d’une chose considérée comme quétaine; chose, objet qui présente ce caractère.

La quétainerie d’un film, d’une chanson. Vendre des quétaineries aux touristes. Par iron. Chef‑d’œuvre, monument de quétainerie. Festival de la quétainerie.

 Parole ou comportement quétaine.

Tomber, sombrer, verser dans la quétainerie.  

Immédiatement, cette jeune fille m’a frappé […] parce qu’elle savait parler et se présenter. C’est un cas à peu près unique chez les jeunes chanteuses populaires qui semblent toutes vouloir se donner la main pour faire triompher la « quétainerie ». Vous savez de ces jeunes chanteuses qui présentent « le l’envers de leur record » […] et les autres qui ripostent : « C’tu icit ma loge… » 1966, M. Girouard, Télé‑radiomonde, Montréal, 17 septembre, p. 21.

Avec Hell’s Angels on Wheels [un film], le premier de la série des mauvaises imitations, l’invraisemblable est poussé à un point tel qu’il ne reste qu’une solution : partir! Tous les clichés y sont, toutes les kétaineries, les idées reçues et préconçues, la fausse bohème, la violence au ketchup, tout. Même la grosse romance à la noix et la-pauvre-fille-qui-se-fout-de-tout-mais-qui-est-amoureuse-et-qui-attend-un-bébé. 1967, R. Homier‑Roy, Le Petit Journal, Montréal, 26 novembre, p. 56.

La kétainerie des cartes de Noël [titre] Si nous pouvions décerner un prix de la kétainerie pour ce qui est de la personnalisation des cartes de bons vœux à l’occasion des Fêtes, il n’y aurait aucune hésitation : c’est celle réalisée par [un homme] de La Baie, qui mériterait le prix en allant pis en revenant! 1979, Le Quotidien du Saguenay–Lac-Saint-Jean, Chicoutimi, 5 janvier, p. A6.

Saviez-vous que, selon la Société des festivals populaires du Québec, pas moins de 104 localités avaient, en 1982, déniché ainsi un fruit, un animal ou un légume à célébrer? Plus qu’une mode, le festival est donc en passe de devenir un véritable phénomène culturel que nul ne peut ignorer. Kétaineries, répondront certains, entreprises bassement commerciales servant à enrichir les brasseurs commanditaires et les vendeux de bébelles… Oui sans doute. Vu de loin, vu avec l’œil blasé du citadin c’est un peu cela. Mais mêlez-vous aux festivaleux, […] alors, vous retrouverez peut-être quelque chose qui ressemble à la joie de vivre! 1983, L. Proteau, dans M.‑A. Boucher et D. Mativat, Le festival des concombres, p. 8 (préface).

Les Québécois, au surplus, sont d’une kétainerie sans limite. Ils jouent au bingo, pensez donc; ils vont aux Floralies; ils acclament leurs idoles du Canadien, ces Savard et Lafleur qui leur jettent des bâtons autographiés comme autrefois les colonisateurs donnaient des miroirs aux Indiens; ils se « charismatisent » au stade olympique sous une image de Jésus flanqué des deux larrons publicitaires, Steinberg et Miracle Mart; ils jouent « Gens du pays » sur un orgue électrique... 1987, L. Bissonnette, La passion du présent, p. 122‑123.

Le gars vend [dans une vente de garage] des cochonneries, des quétaineries, des articles si inutiles qu’on pourrait croire, par moments, qu’il a sorti ses vidanges quatre jours trop tôt. Mais il vend. Il vend! Son parterre est plein de « bébelles », chaque samedi matin. À cinq heures de l’après-midi, il ne reste plus rien. Il a vendu la vieille paire de patins dont la lame est attachée à la bottine par une tige de métal. Il a vendu le « 8 track » et la cassette de Marie King. Il a vendu sa vieille poêle à frire qui a vu plus que sa part de steak minute. Il a tout vendu. Tout. 1995, D. Gratton, Le Droit, Ottawa-Hull, 30 août, p. 4.

Quétainerie avouée... [titre] Faute avouée est semble-t-il à moitié pardonnée. Je me demandais s’il en allait de même des quétaineries. Avouez... Vous avez un petit côté quétaine. On en a tous. Tenez, mon voisin de bureau aime (encore!) Glass Tiger, la petite nouvelle dort avec un bandeau sur les yeux, la fille de La Nouvelle connaît tous les personnages des Feux de l’amour par leurs noms, l’autre copine enregistre quotidiennement la version française des soaps américains diffusés l’après-midi. 2005, S. Bolduc, La Tribune, Sherbrooke, 27 octobre, p. A2.

Ce soir, il y a un spectacle au Club Soda. […] Je vais rejoindre des collègues de travail pour y filmer une star vieillissante qui, au lieu de chanter ses quétaineries habituelles, vient interpréter quelques morceaux de gros rock qui tache. 2008, F. Dompierre, Presque 39 ans, bientôt 100, p. 14.

Une Cadillac blanche décapotable s’arrête tout juste à mes côtés. L’intérieur est en cuirette rouge. […] C’est Hollywood, c’est la Californie, c’est un gros char chromé, volant blanc, pneus blancs, les ailes en fusée, une horreur irrésistible, symbole de l’arrivée au sommet de la pyramide américaine, icône de l’absolue quétainerie au temps où la quétainerie n’avait pas encore été inventée. 2016, S. Bouchard, Les yeux tristes de mon camion, p. 42.

Vive les quétaineries de Noël! [titre] Je ne bouderai jamais le plaisir de m’évacher devant un très mauvais bon film de Noël qui s’appelle Merry Swissmas et qui, eh oui, nous téléporte dans les Alpes suisses avec tous les clichés qui y déboulent en avalanche de fondue et de gros pulls rouges et blancs. […] C’est le même cadeau qui se déballe tous les ans, quétaine et fromagé à souhait, mais qui réchauffe […]. 2022, H. Dumas, La Presse (site Web), Montréal, chroniques, 17 novembre.

Histoire

Depuis 1966. De quétaine, et suffixe ‑erie. Comme certains emplois du mot quétaine (v. ce mot, sens 2, 3 et 4), dont il dérive, ce nom a d’abord circulé dans la colonie artistique québécoise et a surtout été diffusé, à l’origine, par des journalistes et chroniqueurs québécois couvrant l’actualité artistique, culturelle et mondaine. Par la suite, dès les années 1970, le mot a pénétré la langue courante.

 quétaine; quétainementquétainiser; quétainisme; quétainitude.

Nouvelle entrée de la deuxième édition

Dernière révision : juin 2023
Trésor de la langue française au Québec. (2023). Quétainerie. Dictionnaire historique du français québécois (2e éd. rev. et augm.; R. Vézina et C. Poirier, dir.). Université Laval. Consulté le 28 mai 2024.
https://www.dhfq.org/article/quetainerie