Recherche avancée

POUDRE [pudʀ]
n. f.

Rem.

Souvent prononcé [puʁd], par métathèse, jusque vers la fin du XXe siècle.

I

Produit de consommation.

1

VieilliPoudre à dent(s), poudre pour les dents, destinée à nettoyer et à blanchir les dents.

Rem.De nos jours, on dit plutôt poudre dentifrice. Cependant, on emploie plus couramment pâte à dents ou dentifrice puisqu’on utilise habituellement un produit en pâte.

Il [un dentiste] recommande à tous ceux qui désirent avoir de bonnes dents et gensives [sic] […] de s’adresser de bonne heure à un opérateur expérimenté […]. Il peut montrer de bons témoignages de son habilité, à ceux qui voudront le consulter. […] Il a un assortiment de poudres à dents les plus célèbres. 1831, Le Canadien, Québec, 24 août, p. [3] (annonce).

Arbre de la famille des Palmiers, il [l’Areca catechu] fournit un fruit dont l’amande […] est semblable à une noix muscade. Cette noix calcinée et convertie en poudre impalpable est employée comme poudre à dent. 1890, Traité élémentaire de matière médicale, 3e éd., p. 174.

Poudre à dents Colgate avec savon pour 22 c[ents] […]. 1913, Le Soleil, Québec, 15 février, p. 14 (annonce).

Cette entreprise occupe cinq acres sur lesquels elle cultive 600 variétés de plantes, dont 150 espèces qui entrent dans la préparation des remèdes. On y fabrique des teintures-mères de 75 différentes plantes, une quarantaine de composés spéciaux, des tisanes, des huiles par macération, des onguents, un baume, une poudre à dents, des assaisonnements maison et 147 différents élixirs floraux. 2002, M. Giroux, La Tribune, Sherbrooke, 14 septembre, p. [F1].

2

Poudre à pâte : levure chimique utilisée en pâtisserie et en boulangerie.

2022, TLFQ, Poudre à pâte [photo].

Une cuillère à thé de poudre à pâte. Recette de gâteau, de pain, de muffins, de biscuits à base de poudre à pâte.

Rem.1. On rencontre aussi poudre à lever, comme en France, mais pas dans l’usage courant. 2. Dans la seconde moitié du XIXe siècle et la première moitié du XXe, on utilisait également les appellations poudre allemande, poudre à boulanger, poudre-levain et poudre à pâtisserie (encore attestées sporadiquement dans les recettes). 3. Dans les années 1930, la Société du parler français au Canada a enregistré poudre à pâte dans son Glossaire et en a fait la promotion (voir GPFC, s.v. poudre; SPFCCorr1, no 39, p. 2). L’OQLF, suivant l’avis de plusieurs observateurs de la langue, a d’abord recommandé d’éviter ce terme, considéré alors comme un anglicisme, et de dire plutôt levure chimique (voir OLFBoul, no 784; Colpron2 72, Multi 19882009, GDT 2005). Ce jugement a été revu en 2015 et poudre à pâte a été inclus dans la liste des termes à privilégier (voir Histoire).

C’est une poudre à pâte pure, à base de phosphate, et nous la garantissons comme étant la meilleure et la plus pure des poudres à pâtisserie qu’il soit possible de fabriquer. 1918, La Patrie, Montréal, 2 novembre, p. 10 (annonce).

Alors comme ça, vous voulez pas de poudre, mamzelle, mais p’têtre ben que votre mère là, c’te belle grande femme que j’aperçois derrière vous, serait intéressée dans ma nouvelle poudre à pâte qui fait lever les gâteaux quatre fois plus haut que d’ordinaire?… 1945, G. Roy, Bonheur d’occasion, p. 205.

Elle [ma mère], elle te brasse ça, un gâteau! […] Elle prend deux tasses de farine « Trois X »… trois œufs… une tasse de poudre à pâte « Magique ». Elle brasse tout ça et puis elle flanque tout le mélange dans une assiette de fer blanc… 1980, Gr. Gélinas, Les fridolinades 1945 et 1946, p. 182.

La levure est un champignon microscopique qui fait fermenter les pâtes, qui les fait lever en transformant les sucres en gaz carbonique. Les chimistes l’ont reproduite en laboratoire pour donner un produit stable, régulier, que l’on appelle poudre à pâte, baking powder chez les Anglais, ou levure alsacienne dans certains coins d’Europe. 1998, P. Jury, Le Droit, Ottawa-Hull, 1er mai, p. A7.

(Dans des métaphores).

Où est la poudre à pâte? [titre]. La campagne électorale n’a pas levé au cours de cette première semaine. Ce constat, n’importe qui peut le faire. 2000, G. Fisette, La Tribune, Sherbrooke, 28 octobre, p. B3.

Le [disque] compact […] se compare à une batch [recette] ratée de muffins aux bleuets. Les chansons ont toutes été versées dans un même moule techno-pop. Elles sont grosses, dodues, bien gonflées par une poudre à pâte d’arrangements gossés [mixés] à la sauvette à l’ordinateur. Elles sont toutes un peu tièdes, parce que pas assez cuites. 2003, L. Martin, La Tribune, Sherbrooke, 12 avril, p. G5.

3

Fam.Poudre pour bébé(s), de bébé(s), à bébé(s), ou, absol., poudre : poudre de talc légèrement parfumée qu’on utilise pour adoucir la peau du corps, en partic. celle des bébés.

2022, TLFQ, Poudre pour bébé(s) [photo].

Odeur de poudre de bébé(s). Se mettre de la poudre pour bébé(s). Sentir la poudre de bébé(s). (Dans la langue de la publicité). Poudre pour bébé(s) parfumée.

Rem.1. On dit aussi poudre pour le corps et poudre pour le bain, surtout dans la langue de la publicité. 2. En France, on emploie plutôt le mot talc pour nommer ce type de produit. 3. Le mot poudre est utilisé en France dans le vocabulaire de la cosmétologie et de la dermatologie, mais pour désigner une substance pulvérulente colorée qu’on utilise comme fard pour le visage (voir PRobert 2018)

Poudre Johnson pour les bébés [titre]. Pressez différentes poudres entre vos doigts, quelques-unes sont rudes et graveleuses, mais la poudre Johnson est douce comme la soie. Elle est faite de talc importé, le plus fin, spécialement pour les bébés – elle n’irrite pas et arrête rapidement l’inflammation. 1935, Almanach du peuple Beauchemin, p. 315 (annonce).

Ces jours derniers, mon réalisateur, M. de Vaudreuil, me remettait, avant le programme, un paquet assez volumineux. Ce paquet contenait […] des serviettes de toilette, une petite veste de laine blanche, deux paires de pattes [petit chausson de bébé en laine] tricotées à la main, deux petites jaquettes de flanellette, de la poudre à bébés, deux biberons […]. 1949, O. Oligny, Entre nous, 27 janvier, p. 45 (radio).

Elle prit Gabriel dans ses bras et le serra très fort; il était chaud et sentait bon la poudre de bébé : tout redevenait normal. Elle le posa sur le tapis et l’enfant se dirigea vers le sac de vinyl [sic] que Maryse avait apporté avec ses bagages et la boîte de couches. 1983, Fr. Noël, Maryse, p. 185.

Pas besoin d’être mère d’un poupon pour apprécier les mille et un usages de la poudre pour bébé […]. Ce produit vieux comme le monde est toujours aussi efficace pour adoucir la peau des petits comme des grands. Johnson & Johnson vient de mettre sur le marché de nouvelles fragrances qui changent de l’ancestrale odeur de poudre pour bébé. 2003, S. StJacques, La Presse, Montréal, 18 mai, p. B3.

La poudre pour bébé, un produit considéré comme inoffensif jusqu’à tout récemment, est maintenant au banc des accusés. Le géant Johnson & Johnson vient d’être condamné à payer 72 millions $US à une femme morte des suites d’un cancer des ovaires attribué à son usage de la poudre pour bébé qui porte son nom. 2016, Le Soleil, Québec, 2 avril, p. 35.

II

Phénomène naturel. (Général. avec une valeur stylistique). Neige, en partic. celle que le vent soulève et fait tourbillonner.

Poudre blanche. Poudre de neige. Tempête de poudre. Il y a de la poudre. Vingt centimètres de poudre sont tombés en fin de semaine.

 poudrerie (sens 2).

Le Révérend Père Zenoble et Renault suivirent ce chemin pendant une lieue, lequel aboutissoit dans la baye des Puans; […] mais le lendemain, ayant navigué pendant cinq lieues, il s’éleva un vent norouest traversier de la baye, lequel dura cinq jours avec une grande poudre de neige. Nous consommasmes nos vivres et, ne sçachant plus que devenir, nous résolusmes de retourner au village pour mourir chaudement dans une cabane à cause qu’il y avoit du bois. 1684, H. de Tonty, dans P. Margry (éd.), Découvertes et établissements des Français dans l’ouest et dans le sud de l’Amérique septentrionale, t. 1, 1879, p. 591.

Une brise se lève quelque part et vient folâtrer […] à l’orée du bois. La neige, la belle neige légère s’émeut ; et la voici qui se joue, de ci de là, au gré du souffle qui la frôle. Des traînées de poudre blanche courent le long des clôtures et des haies, serpentent à travers les champs, tourbillonnent soudain et soudain s’écroulent, puis, reprenant leur course frivole, s’allongent de nouveau, se tordent, sinueuses, et vont s’amonceler à l’abri des broussailles. 1941, A. Rivard, Chez nous, p. 253 (texte absent des éditions précédentes).

[…] mettez vos mitaines et vos capines de laine bleu blanc rouge, nous irons planter nos bâtons dans le blanc du pays et frotter nos pieds sur la poudre des sentiers. Faites-vous beaux, un grand paysage nous attend. […] Et je ne parle pas de la splendeur du ciel par-dessus tout… Ni de l’air qui mettra du cristal dans nos respirations… 1980, J.P. Filion, Cap Tourmente, p. 5051.

La neige brouilla l’horizon, effaça les montagnes, les baies, les anses. Un vaste paysage disparut dans une mer de poudre blanche pendant qu’un silence étouffant enterrait tout. Même les oiseaux les plus fidèles, mésanges, jaseurs et sittelles, semblaient avoir déserté. 2001, D. Demers,  où la mer commence, p. 94.

« Ah, comme la neige a neigé! » Si Nelligan était toujours en vie et qu’il logeait en Estrie, sûr qu’il en aurait sa claque de pelleter et qu’il trouverait le blanc beaucoup moins poétique! Une cinquième tempête, en un peu plus d’un mois, s’est abattue sur la région, au cours des deux dernières journées. […] Depuis la première bordée du 14 novembre dernier, 178 cm de poudre sont tombés des cieux. 2003, L. Martin et G. Besmargian, La Tribune, Sherbrooke, 27 décembre, p. A2.

Hist.Poussière, cendre.

« […] eparpiller la poudre, ou cendre », « jeter de la poudre, ou cendre a q[ue]lq[u]’un ». 1660 env., J.M. Chaumonot, Dictionnaire en langue iroquoise.

« Poudre, poussiere » (voir J. G. Shea, A French-Onondaga dictionary from a manuscript of the seventeenth century, 1860, p. 82; ms. de la fin du XVIIe s.).

Histoire

Du latin pǔlvis (FEW 9, 561a).

I1Depuis 1823 (Le Canadien, Québec, 29 octobre, p. [3], annonce : boîtes à barbe, poudre à dents). D’après l’anglais tooth powder (v. Webster 19761993, Random 19791983). 2Depuis 1866 (N. Lacasse, Tenue des livres en partie simple et en partie double, 1877, p. 8, dans une liste alphabétique : Poudre à pâte (Soude)). Dès 1857 sous la variante poudre pour la pâte (Le Canadien, Québec, 15 mai, p. 3, annonce : Poudre de Durkee[MD], pour la pâte). L’emprunt n’était, semble-t-il, pas encore fixé dans sa forme définitive au début des années 1870; on trouve en effet une variante poudre à la pâte en 1871 (ibid., 2 octobre, p. [3], annonce : Poudre à la Pâte. En paquets, ¼ lb, ½ lb ou 1 lb). Est une traduction plutôt qu’un calque de l’anglais baking()powder (terme relevé dans Craigie; Mathews, OED, s.v. baking). Selon le GDT 2015, « le calque serait plutôt poudre de cuisson ». Il ajoute : « […] les premières attestations du terme, en français du Canada, qui remontent à la création du produit lui-même, à la fin du XIXe siècle, apparaissent comme une traduction naturelle de l’anglais baking powder dans l’étiquetage canadien, et ce, jusqu’à nos jours. » 3Depuis 1897 (La Presse, Montréal, 24 février, p. 2, annonce : 200 boîtes à poudre pour bébés, de fabrique japonaise, valant 20 c. pour 10 c.). D’après l’anglais baby powder (v. OED-Suppl 1972, s.v. baby).

IIDepuis 1660 environ (J.M. Chaumonot, Dictionnaire en langue iroquoise (ms. non paginé) : poudre neiger, qui est une glose d’une locution iroquoise); on ne trouve pas de passage explicite où le substantif poudre se dit de la neige, mais le verbe poudrer est associé clairement à la neige dans ce même manuscrit. Le document contient plusieurs expressions, comme la poudre s’excite, se leve, va en haut, la poudre est retombée, ou la poudre se lever en l’air, ou encore la poudre s’exciter, changer de place, où le mot poudre pourrait en théorie référer à la neige, mais ces expressions figurent dans une page où l’on ne mentionne que la poussière ou la cendre. Au XVIIIe siècle, on trouve plusieurs autres attestations de poudre au sens de « neige » dans des témoignages en langue anglaise, par exemple en 1791, dans le journal de Mrs. Simcoe [Elizabeth Posthuma Gwillim], épouse du premier lieutenant-gouverneur de la province du Haut-Canada : « There is little wind here [à Québec], except with a snowstorm of fine snow. The French call it poudre or powdered snow, and to travel with that blowing in one’s face is very disagreeable. » (The diary of Mrs. John Graves Simcoe, 1911, p. 71; voir aussi DictCan, s.v. poudre et poudre day). À la lumière de la documentation concernant l’ensemble des mots de la famille de poudre qui ont acquis des significations relatives aux phénomènes naturels que sont la pluie et la neige (poudrer, poudrin, poudrerie, etc.), il est clair que cet emploi de poudre découle du sens de « poussière » que le mot a eu du Moyen Âge jusqu’à l’époque classique (v. FEW 9, 561a; Huguet; DubClass3; figure encore dans le TLF : « poussière du sol », marqué vieilli). Poudre est d’ailleurs attesté à deux reprises avec ce sens dans le manuscrit de Chaumonot (v. cidessus les attestations marquées Hist. après les paragraphes de citations). Les embruns, puis la neige qui tourbillonne, ont été par la suite associés à de la poussière, comme celle qui s’élevait des chemins (v. l’article poudrer). On trouve en France des parlers où des mots de la famille de poudre évoquent la neige, comme dans les Basses-Alpes où l’adjectif pouvra (forme dialectale) a le sens de « (neige) pulvérulente » et le substantif pouverin signifie « légère couche de neige » (v. FEW 9, 561b). Au Canada, poudre en parlant de la neige a dû appartenir à la langue usuelle dès le XVIIe siècle.

 poudrer; poudrettepoudreux, poudreuse.

Dernière révision : janvier 2021
Pour poursuivre votre exploration du mot poudre, consultez notre capsule vidéo Dis-moi pas!?.
Trésor de la langue française au Québec. (2021). Poudre. Dictionnaire historique du français québécois (2e éd. rev. et augm.; R. Vézina et C. Poirier, dir.). Université Laval. Consulté le 20 février 2024.
https://www.dhfq.org/article/poudre