Recherche avancée

POUDING ou  PUDDING [pudiŋ]
n. m.

Rem.

1. Aussi féminin (pop.). 2. Variante graphique (depuis les années 1960) poudigne.

1

Dessert fait d’un mélange à base de farine ou de mie de pain, de corps gras, de sucre, de lait et d’œufs qui se transforme en une masse plus ou moins consistante sous l’effet de la cuisson.

2022, TLFQ, Pouding aux bleuets [photo].

Pouding au pain. Pouding au suif. Pouding à la vapeur. Plat, moule à pouding.

 Dessert fait d’une pâte à gâteau qui cuit dans un liquide sucré ou sur un lit de fruits.

Pouding-chômeur, pouding au chômeur, cuit dans un sirop à base de cassonade ou dans du sirop d’érable. Pouding aux pommes, aux framboises, à la rhubarbe, cuit sur un fond de pommes, de framboises, etc.

 poutine (sens I.1).

Tu sais que je raffole de la rhubarbe, cette excellente plante dont on fait de si succulentes confitures et de si délicieuses poudings. 1891, Cl. Céleri, « La tête en bas », dans Le Monde illustré, Montréal, 10 janvier, p. 576.

Elle [...] avait préparé un des plats que Mademoiselle aimait. C’était le pudding au pain et au sirop d’érable. 1951, R. de Roquebrune, Testament de mon enfance, p. 242.

Mais cela aussi nous était interdit [de courir les filles], d’abord parce qu’en elle-même la femme est un fruit qui se défend bien tout seul, mais surtout parce que nous étions chômeurs. [...] On se contentait de les regarder de travers, d’avoir de mauvaises pensées [...]. Nostalgique époque. De laquelle, toutefois, il reste ce dessert que tout le monde aime bien : le pudding chômeur. 1960, P. Michaud, Mon p’tit frère, p. 48.

Tu te souviens quand j’ai voulu acheter les deux énormes marmites en aluminium? Je voulais y mijoter des soupes, des ragoûts [...]. Quand je t’ai dit combien coûteraient les chaudrons tu as hurlé comme si je voulais te dévaliser. J’ai dû me rabattre sur la tarte au sucre et le pouding au pain pour ne pas perdre la clientèle des routiers. 1977, M. Ferron, Le chemin des dames, p. 149-150.

Le pauvre cabaret-repas gisait déjà sur le plancher de la chambre, presque poussé sous le lit. Relégués aux oubliettes, le poulet tiède, les petits pois plissés, le pouding chômeur sans personnalité... La boîte de pizza, triomphante, était étalée sur les couvertures, encore fumante et dégoulinante de gras. 1993, M. Tremblay, Le cœur éclaté, p. 87.

Dessert fait de petites boules de pâte à gâteau que l’on fait cuire dans un liquide bouillant (sirop d’érable, mélasse, confitures, etc.). (PPQ 238).

 poutine (sens I.2).

2

Dessert crémeux fait d’un mélange de lait, de sucre et d’œufs.

2022, TLFQ, Pouding au chocolat [photo].

Pouding au chocolat, au caramel, à la vanille.

Petit pouding, mini-pouding, vendu en portion individuelle. Pouding au riz, au tapioca, dans lequel est incorporé du riz, du tapioca.

 Préparation en poudre que l’on délaie dans du lait pour obtenir ce type de dessert crémeux.

Pouding instantané. Boîte de pouding.

Les bouillies et crêmes [sic] [...] préparées au lait doivent encore faire la base de la nourriture [des jeunes enfants]. [...] Les poudings au riz, au pain, arrow-root, tapioca, sagou, etc., sont aussi des aliments convenables. 1871, G. Grenier, « La mortalité des enfants », dans Revue canadienne, t. 8, p. 744.

Laisser le livre prendre comme prend la glace de novembre, se figer comme un poudigne [...]. 1972, J. Godbout, D’amour, P.Q., p. 14.

Jérôme se précipita aussi rapidement que le lui permettait sa bedaine qu’aucune ceinture ne retenait et qui se balançait de gauche à droite comme du pouding pas encore pris. 1974, A. Major, L’épouvantail, p. 157.

Quelques heures plus tard à la cafétéria. Véronique, pour une fois, se promène avec un sac en plastique contenant un super lunch : deux sandwichs, des carottes coupées, un pudding au chocolat et un May West. 1991, L’Actualité, 15 mai, p. 34.

Histoire

De l’anglais pudding « a usually boiled or baked sweetened dessert of a soft, spongy, or thick creamy consistency » (Webster 1986; v. aussi OED, Random 1983 et Gage 1984), mot qui a aussi pénétré en français de France mais en référence à la cuisine anglaise (v. Robert 1985 et TLF).

1Depuis 1810 (Viger 297 : poudine). Cp. notamment en anglais bread pudding, suet pudding, steamed pudding, apple pudding. En particulier pour le sens de « dessert fait d’une pâte à gâteau qui cuit dans un liquide sucré ou sur un lit de fruits », cp. l’anglais américain cottage pudding « a pudding made by covering plain cake with a sweet sauce, often of fruit » (Random 1983; v. aussi Mathews et WebsterW 1988). 2Depuis 1871. Cp. en anglais vanilla pudding, rice pudding, tapioca pudding, instant pudding.

Version du DHFQ 1998
Trésor de la langue française au Québec. (1998). Pouding ou pudding. Dictionnaire historique du français québécois (2e éd. rev. et augm.; R. Vézina et C. Poirier, dir.). Université Laval. Consulté le 12 avril 2024.
https://www.dhfq.org/article/pouding-ou-pudding