Recherche avancée

POGO [poɡo]
n. m.

  

Saucisse fumée enrobée de pâte frite, que l’on mange en la portant à sa bouche au moyen d’un bâtonnet de bois partiellement enfoncé dans l’un de ses bouts.

2011, Jonathunder, Pogo [photo], GFDL 1.2, Wikimedia Commons. https://commons.wikimedia.org/wiki/File:CornDog.jpg

Pâte à pogo. vieilliMélange à pogo.

Avez-vous mangé un « pogo » au nouveau restaurant Jean-Pierre, angle Baby et St-Charles[?] Ils sont fameux, comme toute la nourriture de ce nouvel établissement. Et, ce qui est important, on y trouve du stationnement en tout temps. 1969, L’Action populaire, Joliette, 27 août, p. 6.

Vingt-cinq ans à vendre des pogos à l’Expo… Ça fait un nombre impressionnant de saucisses, dit en souriant Janette [...]. 1978, Le Soleil, Québec, 28 août, p. A3.

– Les fêtes foraines ont tellement changé depuis ma jeunesse! La magie et le merveilleux ont disparu! Les manèges d’aujourd’hui sont trop sophistiqués, et les jeux d’adresse ne trompent plus personne! [/] Du haut de ses quarante ans, il a même ajouté que les pogos et la barbe à papa n’avaient plus le même goût. 1994, D. Côté, Le parc aux sortilèges, p. 10.

J’imagine qu’on fait des focus groups pour déterminer quelle saveur auront les nouveaux dentifrices pour enfants. […] La Madame de Crest – Qu’est-ce que tu préfères manger, mon petit? [/] Junior – Des z’œufs Cadbury, du poulet du Colonel et des zuzubes. [/] La Madame de Crest – Tu n’oublies pas les pogos tièdes? [/] Junior – Oui!!! Les pogos!!! Fwoids! Avec de l’oranzade! 2007, C. Allard, Les chroniques d’une mère indigne, t. 1, p. 26.

Payer sa maison ne constitue pas un régime de retraite suffisant ni une façon de faire face aux coups durs de la vie. Mes grands-parents n’ont jamais quitté leur dernière maison, mes parents non plus et j’espère bien faire de même. Je souhaite éviter de me faire entasser dans un parking pour vieux où l’on me servira des pogos avec des patates en flocons. 2016, P.‑Y. McSween, En as-tu vraiment besoin?, p. 214.

Les puristes ne seraient sans doute pas d’accord, mais avec sa moelleuse enveloppe de pâte frite, le pogo est un proche cousin du hot dog. Au surplus, il se déguste aussi sur le pouce. Mais alors que les versions toutes garnies du hot dog peuvent aisément laisser le ketchup de côté, le pogo est généralement dégusté après une trempette dans la sauce tomatée. 2021, K. Tremblay, La Tribune, Sherbrooke, 3 juillet, p. M21.

 (Dans une expression). Plais.(Ne pas) être le pogo le plus dégelé de la boîte (et variantes) : (Ne pas) faire preuve de vivacité d’esprit, de lucidité, de perspicacité.

Ça (ne) prend pas le pogo le plus dégelé de la boîte (pour faire qqch) : il ne faut pas être particulièrement vif d’esprit ou lucide pour bien saisir une situation, un enjeu.

Rem.La forme positive de l’expression est rare.

 ne pas être le crayon le plus aiguisé de la boîte (s.v. aiguisé, aiguisée).

Mémoires vives [série télévisée] est un vivier formidable pour les personnages complètement sautés. […] La jeune Cameron Marquis (Karelle Tremblay) – et son caractère insupportable – marque des points de détestabilité. Idem pour l’IPL [intervenant de première ligne] Kevin Anctil (Jason Roy-Léveillée), qui n’a pas l’air du pogo le plus dégelé de la boîte. 2016, H. Dumas, La Presse, Montréal, 22 octobre, cahier Arts, p. 2.

« Ça prend pas le pogo le plus dégelé de la boîte pour comprendre qu’après avoir mis le feu dans la bâtisse, ce n’est pas un coup de peinture et des nouveaux rideaux qui vont changer les choses. » 2017, M. Massé, Le Soleil, Québec, 29 mars, p. 2.

Le Polyscope : le pogo le plus dégelé de la boîte depuis 1967[.] 2017, Le Polyscope, 31 mars, p. 1.

Mais, il y a toujours les cabochons qui prennent le volant même lorsqu’ils ont les yeux rouges et à moitié fermés. Pour paraphraser la députée Manon Massé, nous ne sommes pas toujours en présence du « pogo le mieux dégelé de la boîte ». Pour ces abrutis, je crois qu’une réglementation claire est importante. 2018, H. Lapointe, Beauce Média.ca, Sainte-Marie, 2 mai, p. 7.

Steph : Je t’avais dit de ne pas lui en parler! Moi : Ce n’est pas ma faute; elle a pratiquement tout deviné toute seule. Laurie : Pas besoin d’être le pogo le plus dégelé de la boîte pour comprendre que c’est à cause de Milo si tu as fait la gueule toute la fin de semaine! 2023, C. Girard-Audet, La vie compliquée de Léa Olivier, t. 17, p. 111.

Elles se sentent un peu coupables de savoir que Minh s’est sûrement fait prendre par la pluie mais, en même temps, elles n’y peuvent rien. Camille hausse les épaules, tente de se faire à l’idée. [/] – S’il se passait de quoi, il serait revenu nous le dire, j’imagine. – Exact! Ou ben il est trop gêné ou il a juste oublié. Ç’a pas l’air d’être le pogo le plus dégelé de la boîte. D’la marde, moi je me couche. 2022, S. Dompierre, Novice, p. 167‑168.

Ça prenait définitivement le pogo le plus dégelé de la boîte pour penser à couper des tranches de pogos et les mettre dans de la poutine, mais c’est à couper le souffle. Et même le pogo le plus gelé de la boîte est d’accord! (Surtout lui, en fait…) 2023, Fr. Guindon et Ph. Melbourne, Le Sac de chips (site Web), Montréal, actualités (incroyable), 2 mars.

Histoire

Depuis 1969 (L’Éclaireur-progrès, Saint-Georges de Beauce, 4 juin, p. 39 (annonce) : Les fameux pogos (chien-chaud sur bâton)); d’un nom déposé, par antonomase (v., p. ex., dans Le Soleil, Québec, 3 août 1966, p. 26 (annonce), où pogo renvoie directement à une marque de commerce : Mélange « pogo » [/] préparation pour « hot-dog »). Cette variante du hot-dog est généralement appelée corn dog en anglais nord-américain (v. OED (en ligne) 2024‑04). (Ne pas) être le pogo le plus dégelé de la boîte, depuis 2016, est vraisemblablement une innovation québécoise construite sur le modèle de ne pas être le crayon le plus aiguisé de la boîte, qui a de nombreuses variantes en français du Québec (v. aiguisé, aiguisée, sous Hist.). Faisant allusion à une boîte de pogos vendus surgelés, qu’on compare métaphoriquement à des êtres humains, l’expression semble jouer avec la polysémie de l’adj. dégelé « qui n’est plus congelé » (v. TLF), qui possède aussi, au Québec, le sens figuré de « qui n’est plus sous l’effet d’une drogue » (v. la citation de 2018). Cet emploi québécois, qui découle de gelé « être sous l’effet d’une drogue » (v. Usito), pourrait ainsi servir à exprimer l’idée qu’une personne dégelée a l’esprit plus vif ou qu’elle est lucide. On peut aussi supposer que dégelé renvoie simplement l’image d’une personne qui n’est plus engourdie par le froid extrême, donc qui est en pleine possession de ses facultés. L’expression a été largement diffusée à partir de mars 2017, après qu’elle a été utilisée par la politicienne québécoise Manon Massé en réaction à un budget déposé par le gouvernement (v. citation du Soleil ci-haut). On en trouve quelquefois l’équivalent en anglais, dans des blogues ou sur les médias sociaux (not the most unfrozen, thawed pogo in the box), mais ces attestations étant postérieures à 2016, on peut supposer qu’elles sont le résultat de la traduction de l’expression québécoise.

Dernière révision : mai 2024
Trésor de la langue française au Québec. (2024). Pogo. Dictionnaire historique du français québécois (2e éd. rev. et augm.; R. Vézina et C. Poirier, dir.). Université Laval. Consulté le 28 mai 2024.
https://www.dhfq.org/article/pogo