Recherche avancée

PATÈRE [patɛʀ]
n. f.

  

Support sur pied comportant dans sa partie supérieure des crochets pour y suspendre des vêtements, des chapeaux.

2023, TLFQ, Patère [photo].

SYN. plus rareportemanteau.

Rem.En France, patère désigne un support ou un crochet fixé à un mur.

Articles de ménage à vendre [...], pupitre, chaises, patère, rideaux, chapeaux, fixtures électriques [...]. 1930, Le Nouvelliste, Trois-Rivières, 1er décembre, p. 9 (annonce).

Antoine emplit un deuxième verre, le glissa dans la main de Rose qui s’en fut le boire en cachette, derrière la meule de vêtements que la patère tenait péniblement sur son axe. 1966, M. Ferron, La fin des loups-garous, p. 102.

Il lui dit qu’il l’aime [...] sur le palier de cet appartement vieillot, dans la lumière oblique de la presque aube, avec cet inconnu planté là comme une patère dérisoire et qui finit par s’en aller parce que plus personne ne s’occupe de lui. 1983, M. Proulx, Sans cœur et sans reproche, p. 109.

Il se dirigea vers la patère, enfila manteau et bottes, et sortit sans claquer la porte, sans la refermer non plus. 1992, A. Cousture, Ces enfants d’ailleurs, t. 1, p. 417-418.

Histoire

Depuis 1930 (en 1880, Caron rappelle le sens du mot patère en France; son commentaire atteste peut-être, de façon indirecte, que le mot s’employait avec un autre sens au Québec). Par extension du sens de « crochet, support fixé à un mur », peut-être par influence de portemanteau qui peut désigner à la fois un support sur pied et un support mural pour vêtements (v. Larousse 1982 et PLar 1993).

Version du DHFQ 1998
Trésor de la langue française au Québec. (1998). Patère. Dictionnaire historique du français québécois (2e éd. rev. et augm.; R. Vézina et C. Poirier, dir.). Université Laval. Consulté le 15 avril 2024.
https://www.dhfq.org/article/patere