Recherche avancée

MOUILLASSERIE [mujasʀi]
n. f.

  

Rare, fam. et vieilli Syn. de mouillasse.

 brumassage.

S’il y a de la graine encore, un jour de mouillasserie, mets un drap sur la table, verse un boisseau de grain au milieu; – chacun tire une poignée, l’étend sur le drap, ôte la mauvaise graine et met le bon blé de côté. 1859, L’Agriculteur, t. 12, no 1, septembre, p. 19.

On arrivait à la mi-septembre et il n’avait pas plu depuis le mois d’avril. Pas la moindre ondée, la plus menue mouillasserie! Le bon saint Grégoire, porté en procession, n’y avait pu rien changer. 1993, M. Clément-Mainard, La grande rivière, p. 21.

Histoire

Depuis 1859. De mouillasser et suff. -erie, qui forme des substantifs féminins (v. TLF, s.v. -erie). Héritage des parlers de France, cet emploi est bien attesté dans l’Ouest de la France, de même que dans le parler lyonnais (FEW *mŏlliare 63, 48a). Il a été relevé également en Acadie (Poirier) et en Louisiane (DaigleJeff et DLF), où il semble avoir connu une plus grande vitalité qu’au Québec.

Nouvelle entrée de la deuxième édition

Dernière révision : mai 2024
Trésor de la langue française au Québec. (2024). Mouillasserie. Dictionnaire historique du français québécois (2e éd. rev. et augm.; R. Vézina et C. Poirier, dir.). Université Laval. Consulté le 19 juillet 2024.
https://www.dhfq.org/article/mouillasserie