Recherche avancée

MOUILLASSER [mujase]
v. impers.

  

Fam. Tomber (en parlant d’une pluie fine); pleuvasser, bruiner.

Il mouillasse (un peu). Il a mouillassé toute la journée. Il commence à mouillasser.

 brumasser.

M. Deperousel (inquiet, regardant la pendule-réclame) : Il est déjà neuf heures dans vingt-cinq et il n’y a encore personne d’arrivé. Mme Deperousel : Il mouillasse, ça les aura retardés. (Après un nouveau silence.) À propos, Arcade, n’oublie pas de leur faire ôter leurs claques dans le passage pour ne pas salir notre nouveau prélart. 1896, Ch. Bayer, Scènes comiques de la vie populaire à Montréal, Le Samedi, Montréal, 30 mai, p. 11.

I souffrait ben gros le pauvre garçon. […] J’me souviens qu’aux chanquiers i partait tout seu en canot pis qui s’en allait sus la rivière en chantant des romances. Sa voix portait loin pis c’était comme une plainte de huard quand le vent s’élève pis qui va mouillasser. Pauvre Castor! 1945, Cl.‑H. Grignon, Le père Bougonneux, Le Bulletin des agriculteurs, Montréal, septembre, p. 4.

Dehors, il tombe une petite pluie chaude de printemps qui pénètre la terre. On est lundi, jour des commencements. Il mouillasse, il a mouillassé toute la journée. C’est un lundi moche que François a perdu en palabres inutiles […]. 1987, Fr. Noël, Myriam première, p. 266.

Et puis, un soir, je suis allé au parc La Fontaine, pour faire comme tout le voisinage, et je l’ai rencontrée, elle. Elle était toute mouillée. Il mouillassait. On courait partout pour ne pas se faire trop avoir. Peine perdue. On dégoulinait. On en avait jusqu’aux os. 2000, P. Brisebois, Trépanés, p. 18.

Pierrot Fournier […] chante Brel depuis tant d’années […] qu’on dirait pratiquement un clone. Et il y avait des signes. Quand il a entonné Voir un ami pleurer, il s’est mis à mouillasser. Ç’a tombé légèrement plus dru et les nuages noirs se sont empilés aux notes d’Amsterdam, mais peut-être étaient-ce les âmes des marins qui avaient bu […] qui pissaient comme d’autres pleurent sur les femmes infidèles, allez savoir. 2002, J. Dion, Le Devoir, Montréal, 19 août, p. A1 et A8.

Les patchs de gazon devant le bloc-appartements. Les chênes de chaque côté de l’allée ont des petites feuilles. Il mouillasse et il vente. 2017, M.‑P. Boisvert, Au 5e, p. 199.

Après quelques pas de course, j’entends des bruits bizarres. Le temps est couvert, il mouillasse et je crois que c’est un orignal. Le son s’amplifie et ça devient vite des hurlements. Ce sont des loups. Je ne les vois pas, je les sens pas loin derrière moi et ils grognent. Ils doivent être sept, huit, neuf, je n’en sais rien, mais ils sont plusieurs, c’est certain. 2019, L’Étoile du Lac, Roberval, 21 août, p. 3.

Histoire

Depuis 1744 (PotierH 69). De mouiller* et suff. -asser, qui a une valeur diminutive (cp. neigeasser, pleuvasser, brumasser, etc.) (v. TLF, s.v. -asser). Héritage des parlers de France, cet emploi est bien attesté dans l’Ouest et le Nord-Ouest de la France (FEW *mŏlliare 63, 48a; v. aussi RézOuest). Il a en outre été relevé en Acadie, en Ontario, au Missouri et en Louisiane (v. BénMots, Mass no 78, CocoAv, CormAcad, DaigleJeff, DLF, DorrSteGen, PhillLouis 95; v. aussi Robert (en ligne) 2023‑12, qui relève mouillasser avec la marque ‘Régional (Ouest, Lyonnais) et franç. du Canada, de Louisiane’).

Nouvelle entrée de la deuxième édition

Dernière révision : mars 2024
Trésor de la langue française au Québec. (2024). Mouillasser. Dictionnaire historique du français québécois (2e éd. rev. et augm.; R. Vézina et C. Poirier, dir.). Université Laval. Consulté le 13 avril 2024.
https://www.dhfq.org/article/mouillasser