Recherche avancée

MITT ou  MITE [mit]
n. f.

Rem.

Variantes graphiques mitte, mit.

1

Pop.Au baseball, gros gant rembourré à l’intérieur, utilisé par les joueurs pour se protéger la paume de la main lorsqu’ils attrapent la balle, en partic. gant du receveur et celui du joueur de premier but.

2022, TLFQ, Mitt de baseball [photo].

Mitt de baseball.

 Passer un frappeur dans la mitt, le retirer sur trois prises, l’éliminer.

 mitaine1 (sens II.1).

Les joueurs se tiennent tous debout, les bras croisés, mordant les doigts de leurs gants ou crachant dans leurs mittes. Quand ils ont bâillé cinq ou six fois, ils jettent leurs mittes à terre [...]. 1929, Le Goglu, Montréal, 18 octobre, p. 5.

– Damase : Ouais, de même tu veux former un club de baseball? – Casimir : Yes sir... puis ça marche en masse... j’ai tout ramassé mon monde [...]. – Damase : Oui, mais te faut de l’argent pour les équiper, voyez-vous... [...]. Les costumes, les gants, les mitts, les balles... les battes! 1946, O. Légaré, Nazaire et Barnabé, 7 juin, p. 1 (radio).

Il y avait aucun terrain à ce moment-là. Il y avait le parc, c’est arrivé après ça, le parc Beaubien. Aucun, aucune place où on pouvait jouer. On a joué dans la rue un temps, après ça, quand on a vieilli un petit peu, c’était la balle dure, le baseball pis un gant, pis une mitt. On s’est-tu pitché, comme on dit, on s’en va se pitcher! 1964 env., Montréal, AFEUL, P. Perrault 1225 (âge de l’informateur : n. d.).

Nous autres, on nous avait embarqués dans un club de balle-molle. Bon, très bien, on fournissait nos balles, nos « mitts ». Je sais bien qu’ils nous avaient donné seulement le haut du costume, le bas, ils nous le donnaient pas. 1964 env., Montréal, AFEUL, P. Perrault 1224 (âge de l’informateur : n. d.).

Fig. Se faire passer dans la mite : se faire battre à plates coutures.

Mordant, le président de la csn [...] a eu recours à des allégories sportives pour décrire la situation, soulignant que le premier ministre avait ‘marqué dans son propre but et s’était fait passer dans la ‘‘mite’’ comme un gamin, avec le score final que nous avions appréhendé : Canada 17, Québec 0’. 1992, Le Soleil, Québec, 24 août, p. A1-2.

2

Pop.Au hockey, gant analogue muni d’un grand panier, porté par le gardien de but et servant à attraper la rondelle; gant carré que le gardien de but porte dans la main qui tient le bâton.

 mitaine1 (sens II.2).

On dit : « chu pas apable », au lieu de : je ne suis pas capable; on dit « l’coach m’enweille cri les mit du gôleur », au lieu de : le moniteur m’envoie chercher les gants du gardien, etc... 1960, J.-P. Desbiens, Les insolences du Frère Untel, p. 24.

Histoire

1Depuis 1914 (Blanch1). Emprunt de l’anglais nord-américain mitt « a glove padded on the palm and fingers for protection and worn by baseball players in the field; a protective glove worn in baseball by the catcher or first baseman » (v. WebsterW 1964 et OED-Suppl 1976). 2Depuis 1960. Également de l’anglais nord-américain; ne figure pas comme tel dans les dictionnaires, mais bien attesté dans le vocabulaire anglais de la publicité (par ex. dans Eaton’s Catalogue. Fall and Winter 1950-1951, p. 538).

Version du DHFQ 1998
Trésor de la langue française au Québec. (1998). Mitt ou mite. Dictionnaire historique du français québécois (2e éd. rev. et augm.; R. Vézina et C. Poirier, dir.). Université Laval. Consulté le 18 juillet 2024.
https://www.dhfq.org/article/mitt-ou-mite