Recherche avancée

LAZY-BOY [lezebɔj]
n. m.

Rem.

Variante graphique : (avec ou sans majuscules) Lazy Boy, lazy boy.

  

Fauteuil articulé, rembourré, dont le dossier inclinable et le repose-pieds permettent de s’allonger.

2022, TLFQ, Fauteuil articulé (« lazy-boy ») [photo].

S’asseoir bien confortablement dans un lazy-boy.

Rita [parlant à son père] : Tenez... venez vous asseoir dix minutes dans votre lazy boy... J’ai mis vos pantoufles tout à côté... votre journal... et un petit apéritif... 1962, R. Lemelin, La famille Plouffe, 9 février, p. 1-2 (radio).

Quand Pierre Laporte a été exécuté, ça a tout pris pour qu’il [mon père] étrangle pas d’une seule main, écrasé dans son lazy-boy, tous les membres des quarante-deux cellules du f.l.q. 1973, R. Ducharme, L’hiver de force, p. 227.

Sors Oscar, va fére un tour. Ça va te fére du bien. Tu vas paralyser, Oscar, si tu bouges pas un peu. Tu vas prendre au fond de ton lazy-boy, Oscar... 1981, B. B. Leblanc, Faut divorcer!, p. 56.

– Est-ce que nous nous sommes déjà rencontrés, madame? demanda le vendeur en se renversant sur son lazy boy, pieds nus, un Télé-Hebdo ouvert sur les genoux. 1989, Y. Beauchemin, Juliette Pomerleau, p. 156.

Histoire

Depuis 1958 (Le Lac-St-Jean, Alma, 17 juillet, p. 11 : Lazy Boy). D’une marque de commerce, Lazy Boy puis La-Z-Boy, enregistrée au Canada en 1930.

Version du DHFQ 1998
Trésor de la langue française au Québec. (1998). Lazy-boy. Dictionnaire historique du français québécois (2e éd. rev. et augm.; R. Vézina et C. Poirier, dir.). Université Laval. Consulté le 24 mai 2024.
https://www.dhfq.org/article/lazy-boy