Recherche avancée

LAVIER [lavje]
n. m.

  

Pop.Évier.

2022, TLFQ, Évier (« lavier ») en chrome [photo].

 lévier.

Une place! Où, ça? Où, ça, une place? Y’as-tu pensé? Hein? Où, ça? Roger couche déjà dans le sofa du salon pis les deux filles braillent parce qu’y couchent dans même chambre! Où, ça, qu’on va le mettre? Icitte, dans’ cuisine? Dans le poêle? Dans le lavier? Dans le frigidaire? Dans les vidanges? 1971, M. Tremblay, À toi, pour toujours, ta Marie-Lou, p. 55.

Quand le renvoi se bouche, le lavier déborde. 1974, J.-M. Poupart, C’est pas donné à tout le monde d’avoir une belle mort, p. 70.

Histoire

Depuis 1880 (Caron, s.v. évier). Héritage de France. Relevé dans la langue populaire au XIXe s. (v. D’Hautel 1808, s.v. évier, Blondin 1823 et Carp 1860); répandu en outre dans de nombreux parlers d’oïl, notamment dans ceux du Nord, du Nord-Ouest et du Centre (v. FEW aquarius 25, 70b-71a). L’étymologie du mot est incertaine; il s’agit soit d’une variante de lévier* (lequel aurait été altéré sous l’influence des mots de la famille de laver, v. MeyerGramm 1, p. 380), soit d’un dérivé issu directement de laver (d’après lévier).

Version du DHFQ 1998
Trésor de la langue française au Québec. (1998). Lavier. Dictionnaire historique du français québécois (2e éd. rev. et augm.; R. Vézina et C. Poirier, dir.). Université Laval. Consulté le 17 juillet 2024.
https://www.dhfq.org/article/lavier