Recherche avancée

LAINE [lɛn]
n. f.

I

Laine d’acier : matière abrasive faite de minces fils métalliques emmêlés et réunis en une masse; par méton. tampon fait de cette matière, utilisé pour récurer, pour polir, etc.

2022, TLFQ, Laine d'acier [photo].

Laine d’acier fine, extra-fine. Enlever la rouille avec de la laine d’acier. Frotter des casseroles avec une laine d’acier. Polir un plancher avec de la laine d’acier.

Rem.En France, on appelle paille de fer le tampon fait de copeaux de métal qui est utilisé pour nettoyer les planchers, les parquets, et tampon à récurer (également connu au Québec) celui qui sert à nettoyer les casseroles ou ustensiles de cuisine.

Brigitte récure des chaudrons avec énergie en utilisant la laine d’acier. Sylvette essuie. 1956, G. Dufresne, Cap-aux-Sorciers, 20 novembre, p. 3 (télév., indication scénique).

La mère passe ses ronds de poêle à la laine d’acier, pis à la gazette. 1974, J.-M. Poupart, C’est pas donné à tout le monde d’avoir une belle mort, p. 40.

Mais elles avaient vite oublié Gérard au milieu des chiffons trempés de Brasso, des laines d’acier qui leur blessaient les mains et des eaux savonneuses qui sentaient fort l’eau de javel. 1980, M. Tremblay, Thérèse et Pierrette à l’école des Saints-Anges, p. 247.

Vous vous rappelez ces planchers de bois franc des anciens couvents ou collèges? Leur beauté ne s’obtenait qu’au prix d’une lourde rançon, celle de la corvée régulière du polissage et du cirage. Il fallait même, périodiquement, repolir le bois au moyen d’une laine d’acier. 1991, La Presse, Montréal, 11 mai, p. L1.

Il y avait toujours du pain à aller chercher chez Dominion, ou une tarte aux pommes à prix réduit, chez Steinberg; il y avait toujours la Corvette de mononk-qui-a-réussi-dans-la-vie à laver et à Simonizer, les flancs blancs à passer à la laine d’acier, pour très exactement cinquante cents quand il avait de la monnaie [...]. 1993, R.-D. Dubois, dans Le Devoir, Montréal, 31 juillet, p. A14.

 (Dans une comparaison).

Quand il entendit les adolescents, le patron leva les yeux et se renfrogna, fronçant rageusement les sourcils comme des touffes de laine d’acier1981, Cl. Mackay, La mini-moto héroïque, p. 15; texte traduit.

 Fig.

[...] la parution d’Ici [titre d’un disque de Daniel Lavoie] signale le retour d’un son et d’une manière épurée de concevoir la chanson, caractérisée par [...] les mélodies naturelles et coulantes [...], et une voix de laine d’acier qui n’a jamais aussi rugueusement caressé. 1995, Le Devoir, Montréal, 27 mai, p. C8.

II

adj. et n. invar. Pure laine.

Rem.Variante graphique pure-laine.

A

En parlant d’un Québécois dont l’origine est française (ou supposée telle), ou de sa culture, de sa production, etc.

1

adj. invar. Qui est d’ascendance canadienne-française, qui descend en droite ligne des premiers colons venus de France; qui reste attaché aux valeurs traditionnelles des Canadiens français.

Canadien, Canadien français, Québécois pure laine. Par renforcement. Québécois pure laine tricoté serré.

 (En parlant d’une collectivité, d’un groupe composé de tels Québécois).

Un groupe rock québécois pure laine.

Une école pure laine, qui n’est fréquentée que par des élèves d’ascendance canadienne-française. Un comté pure laine, dont l’électorat est à très forte majorité canadienne-française.

 (En emploi subst.).

Un, une pure laine. Des pure laine.

Rem. 1. Pure laine a d’abord été employé exclusivement dans des contextes où l’on voulait exprimer une opposition par rapport aux Canadiens anglais; récemment, cette opposition s’est élargie aux allophones et même aux nouveaux immigrants venus de France. 2. L’appellation Québécois pure laine, qui est devenue la plus courante, n’est attestée que depuis les années 1970, dans le prolongement de la Révolution tranquille. 3. Pure laine exprime généralement un sentiment nationaliste pouvant aller de la simple fierté d’être Québécois de souche française jusqu’au chauvinisme et à la xénophobie; à cause des connotations négatives qui s’y sont rattachées dans les années 1990, pure laine est de nos jours souvent évité au profit de de souche, lequel, de par la réalité même qu’il sert à exprimer, devient à son tour, comme en France, une expression délicate à utiliser..

L’hon[orable] L. P. Pelletier, vous savez, les amis, c’est un Canayen pure laine; il a vu le jour dans la paroisse de Trois-Pistoles, qui est voisine de celle de St-Eloi, célèbre par sa manufacture de pompiers, comme chacun sait. C’est pourquoi le ministre des Postes est tant attaché à monsieur Borden et à ses pompes. 1912, La Presse, Montréal, 16 mars, p. 4 (chron. humor.).

Mon ancêtre David Asselin s’établit dans l’Île d’Orléans, en face de Québec, en 1650; aucun de ses descendants n’a quitté le Québec depuis. Né à Saint-Hilarion, dans le comté de Charlevoix, en 1874, je suis comme eux Canadien pure laine. 1930, O. Asselin, dans H. Pelletier-Baillargeon, Olivar Asselin et son temps. Le militant, 1996, p. 20 (lettre).

Jean-Baptiste n’en finissait plus de se surprendre devant la passion de ces Canadiens pure laine, aux émotions sans cesse en mouvement : était-ce vraiment l’arôme du gâteau? Était-ce le rituel qui l’entourait? La tradition, qui était chère à leur âme? Ou était-ce le plaisir savouré de vivre une émotion forte, à l’unisson? Il n’aurait jamais osé poser la question, mais il la ruminait; ces descendants de la France étaient demeurés des latins! 1988, M. Gagnon-Thibaudeau, Pure laine, pur coton, p. 357.

Dans le but de rassurer son auditoire [membres de la communauté arabe], M. [Bernard] Landry a également dit : « Qui est Québécois? La seule définition acceptable, c’est : est Québécoise toute personne qui, habitant légalement le territoire du Québec, l’aime assez pour le considérer comme sa patrie. » Et pour en finir une fois pour toutes avec les clichés, il a lancé : « L’expression ‘pure-laine’ appartient à l’industrie du textile et du vêtement et non à la sociologie québécoise. Le Québec est une aventure nationale, ouverte et tolérante. » 1992, Le Soleil, Québec, 18 octobre, p. A4.

Après un Québécois d’origine italienne qui est souverainiste (une espèce rare et d’autant plus appréciée par la salle et par la commission), s’amène un « pure laine » qui porte le poids de l’histoire, non seulement par le patronyme mais par les prénoms. C’est d’ailleurs le seul à s’identifier : Joseph-Honoré-Louis-Paul Chénier, dit-il en appuyant bien sur chaque mot. 1995, L. Gagnon, dans La Presse, Montréal, 21 février, p. A2.

2

adj. invar. (Par ext., en parlant d’une chose). Qui est propre à la communauté québécoise de souche française (en partic. en parlant de ceux qui affichent leur nationalisme), qui en est caractéristique; qui reflète un attachement aux valeurs, aux coutumes québécoises traditionnelles.

Une littérature pure laine. Un comportement pure laine. Dénoncer la mentalité, le nationalisme pure laine.

Rem.Parfois teinté d’une nuance péjorative.

 Qui a été créé, conçu, fabriqué au Québec.

Un film québécois pure laine. Un produit pure laine.

Cette réflexion [...] montre l’opposition absolue qu’il y a dans la « conscience collective » des Canadiens [c.-à-d. Canadiens français], opposition qui est en même temps un moyen d’affirmation de l’identité canadienne : tout ce qui n’est pas canadien « pure laine » est « anti- », c’est-à-dire « anglais » ou « du côté des Anglais ». 1975, M. Rabotin, Le vocabulaire politique et socio-ethnique à Montréal de 1839 à 1842, p. 33.

Mais le problème québécois de la langue, ce problème terriblement pure laine – car nous ne le partageons plus qu’avec une minuscule poignée de colonies prolongées ou déguisées et de minorités ligotées – il est absurde. C’est celui d’un idiome qui n’est pas chez lui dans sa demeure, qui se laisse refouler comme un proprio sans échine que des locataires bruyants et sûrs d’eux-mêmes confineraient au sous-sol. 1986, R. Lévesque, Attendez que je me rappelle..., p. 343.

Les Québécois sont reconnus [...] pour ne pas être assez exigeants comme consommateurs, au restaurant et ailleurs. [...] L’autre soir [...] j’ai eu une autre confirmation de ce trait de caractère pure laine. Une connaissance (qui s’y connaît en restaurants) me faisait part des multiples déceptions qui avaient pavé son repas. En résumé c’était fade, trop cuit, réchauffé, pas très frais et mal présenté. À la sortie, lorsque l’aimable serveur s’est enquis de ses commentaires, il a simplement dit : « c’était très bien ». Le même serveur (un vieux routier) m’a affirmé que la plupart de ses clients étaient satisfaits... 1992, J. Blanchette, Le Devoir, Montréal, 5 décembre, p. C13.

On ne peut pas prétendre intégrer dans l’harmonie les immigrants à la société québécoise si on propose à leurs enfants de fréquenter des écoles où ils croiseront à peine des enfants de la majorité. Un système « multiculturel et multiracial » d’un côté [...] et un système homogène, quasiment « pure laine » de l’autre, vont vivre en parallèle. L’école est après la famille le principal lieu de socialisation de l’enfant; la diviser ainsi serait garantir la division et peut-être l’affrontement des cultures dans l’avenir. 1994, L. Bissonnette, Le Devoir, Montréal, 19 mars, p. A12 (éditorial).

Les autochtones soutiennent s’ennuyer du nationalisme ouvert et respectueux de René Lévesque. Ils craignent la version Parizeau de ce nationalisme, ce côté pure laine qui effraye également les anglophones et les allophones, sans oublier beaucoup d’immigrants francophones – même les communautés haïtiennes et nord-africaines ont voté libéral. 1994, R. Giroux, Le Soleil, Québec, 16 septembre, p. A10 (éditorial).

3

n. m. (Général. péjor.). Le pure laine : la culture, la mentalité ou le style propre à la société québécoise francophone, souvent en rapport avec le nationalisme.

[...] faudra-t-il [...] se résigner à voir les nostalgiques du pure laine s’acharner à défendre, en agressant celle des autres, une culture dont on sait pourtant qu’elle peut et sait les intégrer? 1992, R. Martel, dans La Presse, 27 septembre, p. B7.

Mais l’auteur des Filles du juge, qui a étudié en France et vit à présent au Québec, ne donne ni dans le steak-frites, ni dans le « pure laine ». Il a fait de son personnage un genre de San-Antonio en voie d’enracinement à Montréal. 1995, La Presse, Montréal, 11 juin, p. B6.

En d’autres termes, le nouveau cri de ralliement de nos nouveaux penseurs du fait national se veut résolument ouvert : haro sur le « pure laine » et vive le respect de et l’ouverture sur tout ce qui n’est pas nous! Vous êtes Québécois pure laine? On vient de vous le dire, on vous le répète : On ne peut pas! Comment pourrait-on être fermé, xénophobe, raciste, réactionnaire, etc.? 1996, Le Devoir, Montréal, 7 septembre, p. A9.

B

adj. invar. (En parlant d’un Québécois anglophone ou d’origine étrangère ou supposée telle). Dont l’appartenance, l’intégration à la communauté québécoise francophone ne fait aucun doute.

Des enfants chinois devenus pure laine.

 Qui revendique son appartenance à la communauté québécoise.

Des anglophones, des Irlandais québécois pure laine.

Rem.Utilisé généralement en réaction à un sentiment d’exclusion dont la personne se sent victime du fait que seuls les Québécois dont l’origine française semble évidente sont considérés comme « Québécois pure laine ».

[...] comme l’a fait l’assassin de ma sœur et le père de mon enfant, je vais moi aussi changer de nom. Déjà, j’ai déclaré au médecin, l’autre jour, que je m’appelle Anne-Lise Jamieson (Jamieson : car mon père était irlandais : cela explique tout, même l’accent que j’ai quand je parle français). [...] Maintenant que je sais tout [...], je me suis réconciliée avec ma sœur. Et, comme elle l’a fait, j’ai moi aussi changé de langue et je suis devenue une Canadienne française – québecoise [sic] pure laine! 1968, H. Aquin, Trou de mémoire, p. 203.

William Johnson est un Anglais [...]. Mais William Johnson est aussi un Québécois pure laine. Un Québécois pure laine de Montréal, comme il y a des milliers d’autres anglophones québécois pure laine à Montréal. Et comme ces milliers d’autres anglophones québécois pure laine de Montréal, William Johnson est très inquiet de ce qui arrivera, demain, quand la Cour suprême du Canada rendra son verdict sur la loi 101. 1988, A. Bouchard, dans Le Soleil, Québec, 14 décembre, p. A5.

Je suis canadienne avant tout, dit Yolande O’Neill, de Québec. Mais je suis aussi une Québécoise pure laine, plus québécoise que bien des séparatistes! Je ne magasine pas aux États-Unis, j’encourage l’entreprise locale. Je suis québécoise par ma langue, par ma culture : une fille d’Irlandais élevée à Québec en français, imaginez donc! A l’étranger, dans les conférences, je parle toujours français en premier. 1992, L’Actualité, juillet, p. 50.

Particulièrement susceptible, il [Brian Mulroney] a brutalement réagi lorsqu’on a évoqué ses origines « anglo-québécoises ». Dans son essai publié hier, Pierre Trudeau parle lui-même de « Québécois d’origine irlandaise ». « Je suis un Québécois pure laine, a crié le premier ministre au journaliste du SOLEIL. Et vous, vous êtes un immigrant. » 1992, M. Vastel, dans Le Soleil, Québec, 22 septembre, p. A1.

Tous les immigrants qui sont arrivés dans les années 1970 ont aujourd’hui de grands enfants qui sont Québécois pure laine, qui vont à l’école française et qui sont complètement intégrés à la société outaouaise. 1996, Le Droit, Ottawa-Hull, 17 août, p. 15.

C

Dans des emplois plus larges.

1

adj. invar. Qui est de souche; qui est représentatif de sa communauté d’origine, de son milieu.

Américain, Beauceron, Montréalais, Québécois pure laine.

Rem.Dans ce sens, Québécois renvoie non pas à la province, mais à la ville, à la région de Québec.

L’honorable Doherty, vous savez, les amis, c’est pas pour le vanter, mais c’est un Irlandais pure laine. 1912, La Presse, Montréal, 27 janvier, p. 4 (chron. humor.).

« Toi j’t’avertis pour la première, pis la dernière fois : ris pus jamais des Acadiens devant moi ou ben les fesses vont t’chauffer. On est pas plus fous que vous-autres baptême! » J’ai dit : « Fâche-toi pas papa. Si t’es Acadien je l’suis moi aussi. » « Pas pure laine! que papa a répondu. Ta mère est une Bellavance, une Canadienne. » 1979, B. B. Leblanc, Y sont fous le grand monde!, p. 32-33.

« Est-ce que tu es de Montréal, Blanche? » [.../] Blanche hésita entre son envie de mentir et de dire qu’elle était une montréalaise pure laine simplement pour lui clouer le bec et sa nature franche dont elle ne se désistait jamais. 1986, A. Cousture, Les filles de Caleb, t. 2, p. 412.

Ville traditionnelle à caractère touristique, Nagano saura réserver un accueil chaleureux aux étrangers qui la visiteront, dit-il [un membre du Comité organisateur des Jeux olympiques de Nagano], en dépit de la barrière linguistique qui n’est « jamais infranchissable ». Japonais pure laine, les gens de Nagano sont pour la plupart unilingues. 1995, Le Devoir, Montréal, 28 février, p. A10.

Il faut préciser le statut des Métis, ces enfants de Riel qui se disent un peuple depuis la rébellion de 1870, qui devait conduire leur ancêtre à l’échafaud canadien. Ni « Blancs » ni autochtones pure laine, sur la clôture entre les deux mondes, les Métis représentent une race à part qu’on ne connaît pas au Québec. 1995, G. LeBlanc, dans La Presse, Montréal, 10 avril, p. B5.

 Dont l’intégration dans une communauté donnée ne fait aucun doute.

[...] [le] sprinter Bruny Surin, de Montréal, qui affirme que les Canadiens – et les médias en particulier – ont mis beaucoup d’emphase sur les origines jamaïcaines de Ben Johnson après le scandale des Jeux de Séoul : ‘[...] On était très fier de Ben (Johnson) un jour; c’était un Canadien pure laine. Le lendemain, il était en disgrâce et il avait soudainement changé de nationalité.’ 1996, La Presse, Montréal, 17 juillet, p. S6.

2

adj. invar. En politique, qui est rigoureusement fidèle à la ligne de conduite, aux principes du parti, qui n’en déroge pas, ne fait aucune concession.

Conservateur, libéral pure laine.

Le nouveau Secrétaire d’Etat n’est pas un bleu qui déteint, comme monsieur Pelletier, c’est pas non plus un bleu pâle comme Bruno Nantel ou un rouge repeinturé comme monsieur White, ni un bleu d’occasion comme Henri Bourassa, Lavergne et les autres, non, c’est un vrai bleu, pure laine. 1912, La Presse, Montréal, 9 novembre, p. 10 (chron. humor.).

Nos Malouin d’Outremont se disent libéraux « pure laine », sont fiers d’être des « rouges ». S’ils partagent avec Maurice Duplessis, l’actuel Premier ministre « bleu » du Québec, la hantise du socialisme, ils appellent de tous leurs vœux sa chute, car ils le considèrent comme un tyran. 1953, lettre dans L.-M. Tard, Il y aura toujours des printemps en Amérique, 1987, p. 444.

A cette époque, le vieux routier et conservateur pur laine [sic] qu’était Duplessis était prêt à collaborer avec quiconque s’opposait aux libéraux, sauf les communistes et les nazis. C’était de ce mélange d’esprit vengeur, d’ambition autonomiste et de pure « partisannerie » que prit forme l’alliance Duplessis-Diefenbaker. 1977, C. Black, Duplessis, t. 2, p. 180 (texte traduit).

3

adj. invar. (En parlant d’une personne ou d’une chose). Qui est tout à fait conforme au modèle de son genre, qui en possède tous les attributs, toutes les caractéristiques.

SYN. véritable, authentique.

Josette, le parisian french, tel que viennent l’apprendre nos p’tits snobs, c’est pas compliqué. T’as qu’à prendre un mot anglais et un mot d’argot, puis tu flanques un n’est-ce pas, entre les deux, et ça y est, tu parles le « parisian french » pure laine. 1936, A. Bourgeois, Voyage autour du monde de Joson et Josette, 1er mars, p. 8 (radio).

Dear old England a fourni aussi sa quote-part [dans le peuplement d’une paroisse] dans la personne de James Hill, un protestant pure-laine qui abjura le protestantisme pour épouser une canadienne-française. 1952, Th. Boucher, Mauricie d’autrefois, p. 171.

Louis Barreau, surnommé « Ti-Louis », était un homme des bois pure laine. Il connaissait tous les aspects de la faune et de la flore des forêts du Québec. Aucune bête de son domaine ne lui était étrangère. Il pouvait décrire et prévoir son comportement dans les moindres détails. 1973, Ch. Bay, J’ai osé..., p. 212.

Deschamps a passé ses messages personnels au Québec, « socialiste d’esprit et capitaliste de poche ». Il a parlé des colons que nous sommes parfois et des Anglais; on parle toujours des Anglais, le soir de la St-Jean... Drôle. Le « patriarche de l’humour québécois » a même eu de la « peine collective » rapport au quart de pauvres et aux enfants qui ne mangent pas à leur faim. Du Deschamps pure-laine. 1994, La Presse, Montréal, 25 juin, p. A3.

Plutôt que de tenter de développer une copie nord-américaine de voitures importées, Cadillac a décidé de nous proposer une importée pure laine, fabriquée en Allemagne. 1996, La Presse, Montréal, 6 janvier, p. 3 (cahier automobile).

Histoire

IDepuis 1940 (La Presse, 1er mai, p. 4; annonce : laine d’acier Méd[ium] ou fine). D’après l’anglais steel wool (v. Webster 1986; OED-Suppl 1986 et CollinsR 1995, s.v. steel); donné comme équivalent français de steel-wool dans LarFrAngl 1960 et 1979 (s.v. steel), bien qu’il soit inusité en France. Cp. par ailleurs laine de fer « paille de fer très fine employée pour le nettoyage », qui serait attesté en France depuis environ 1935 d’après FEW (lana 5, 147b), mais dont on ne trouve aucune trace dans les dictionnaires.

IIEmploi figuré, d’après pure laine « qui ne contient que de la laine, qui est fait entièrement de laine » (v. TLF et Robert 1985, s.v. pur). A1Depuis 1912. Cp. une évolution sémantique semblable pour pur sang qui en est arrivé à signifier « d’ascendance pure, exclusive » en parlant de personnes (attesté notam. chez Balzac et Maupassant, d’après Robert 1985, s.v. pur). Pure laine, en parlant de Québécois, est passé en anglais canadien (v. par ex. The Financial Post, Toronto, 27 septembre 1991, p. 7 : [...] accusing the Quebecers, the ‘pure laine’ francophones of being a society closed to outsiders like allophones); le terme peut aussi s’appliquer aux Franco-Ontariens, d’ascendance canadienne-française (v. par ex. The Globe and Mail, Toronto, 5 juillet 1993, p. A10 : Potential clients include not just pure laine Franco-Ontarians, but anyone – West African and Haitian immigrants, for example – whose first language is French.) 2Depuis 1975. 3Depuis 1992. BDepuis 1968. C1Depuis 1912. 2Depuis 1912. Attesté sous la plume du Français Alain Peyrefitte : Avec des idées aussi peu orthodoxes aux yeux d’un marxiste-léniniste pure laine, comment expliquer qu’il [Deng Xiaoping] ait traversé tant de purges et que, à la différence de tant d’autres, il ne soit pas tombé dans la trappe? (extrait d’un article du Figaro reproduit dans La Presse, 28 janvier 1995, p. B7). 3Depuis 1936. Cet emploi n’est pas inconnu en France, mais il n’y est attesté que marginalement et depuis peu (v. TLF, s.v. pur : pure laine « authentique », illustré par cet exemple tiré de la revue Elle, 1981 : Réflexe de macho pure laine : inventer une différence de comportement entre sexes opposés; cp. aussi cet autre emploi relevé dans Le Monde, 20 juin 1991, p. 44 : Ce devrait être la dernière Volvo « pure laine », les prochains modèles étant appelés à être des hybrides Volvo-Renault, voire Volvo-Mitsubishi...). Par ailleurs, on relève des expressions semblables dans la langue familière en France, formées avec pur et sur le même modèle, pour signifier « parfait ou typique en son genre; en particulier, qui présente tous les caractères d’un type humain » (v. BernFam, s.v. pur, qui cite les exemples suivants : l’accent yankee, pur jus, chez J. Amila, dans Terminus Iéna; un homme de cabinet pur sucre, dans Le Monde, 6 décembre 1986; parigot pur porc, chez Sapho, dans Ils préféraient la lune; ou émigrés russes pur fruit, chez L. Simon, dans Les Ripoux; v. également Robert 1985, s.v. pur).

Version du DHFQ 1998
Trésor de la langue française au Québec. (1998). Laine. Dictionnaire historique du français québécois (2e éd. rev. et augm.; R. Vézina et C. Poirier, dir.). Université Laval. Consulté le 18 juillet 2024.
https://www.dhfq.org/article/laine