Recherche avancée

GRAISSOUX, GRAISSOUSE [ɡʀɛsu, ɡʀɛsuz]
adj. et n.

Rem.

Variante graphique graissou, graissoue.

  

adj. Pop.Sali, taché de graisse, imprégné d’une matière graisseuse.

Avoir les cheveux graissoux, les mains graissouses.

 n. RarePersonne malpropre.

Il y a un tas d’articles que j’ai cru que ça valait pas la peine d’emporter en Angleterre, parce que le fret à payer serait trop cher, de sorte que je les ai laissés dans la remise au bois. [...] Il y a deux souricières dont les ressorts sont rouillés [...], une poélonne félée, une boîte à chapeau en carton bleu défoncée, une vieille strappe à rasoir écharognée, [...] un vieux tablier graissoux de la cuisinière et un parapluie de coton avec trois baleines brisées. 1883, Le Grognard, Montréal, 20 octobre, p. [2].

Ici le juge demande à examiner le poing du prisonnier, qui étend le bras en disant : « Excusez-le, M. le juge, y est sale et un peu graissoux [»]. 1932, Vieux Doc, Quarante ans sur le bout du banc, p. 95.

– Voudriez-vous me mettre un peu de crème dans le dos? [/] Martine me tend la bouteille, je lui badigeonne généreusement le dos et les épaules. – En voulez-vous? – Pourquoi pas? [/] Elle me frotte à son tour et nous rions de nous voir tellement « graissouses » comme on dit chez nous. 1983, M. Claudais, Un jour la jument va parler..., p. 201.

n. m. VieilliAide-cuisinier. (PPQ 1284b et Lavoie 397).

adj. (Hapax). Qui fait de l’embonpoint.

La bourgeoise est beaucoup mieux de sa jambe. Ça lui a pris beaucoup de temps à se guérir. Vous savez que les personnes graissouses comme elle se guérissent plus lentement que les personnes chéties [= chétives]. 1883, Le Grognard, Montréal, 21 avril 1883, p. [2].

adj. (Hapax). Fig.(En parlant du ciel). Couvert de nuages, sombre.

Le ciel commençait à être graissoux et je craignais qu’il vint mouiller. 1879, Le Vrai Canard, Montréal, 31 octobre, p. 2. Cp. graissé « id. » (s.v. graisser, sens II.1).

 (Variante suff., hapax). Graissouilleux adj.

L’humidité rend l’atmosphère pésante, ça convient pas l’yable à méditation, tout est graissouilleux [...]. 1973, J.-M. Poupart, Chère Touffe, c’est plein plein de fautes dans ta lettre d’amour, p. 104.

Histoire

Depuis 1810 (Viger 260). Variante de graisseux, relevée notamment dans les parlers du Nord-Ouest et de l’Ouest de la France (FEW *crassia 2, 1277a, VerrAnj et MinPoit2 356). Pour le sens d’« aide-cuisinier », cp. graisseux « cuisinier de compagnie » dans la langue des militaires français au début du XXe s. (v. EsnArmées).

Version du DHFQ 1998
Trésor de la langue française au Québec. (1998). Graissoux, graissouse. Dictionnaire historique du français québécois (2e éd. rev. et augm.; R. Vézina et C. Poirier, dir.). Université Laval. Consulté le 24 mai 2024.
https://www.dhfq.org/article/graissoux-graissouse