Recherche avancée

GINGER ALE [dʒinʒœʀel]
n. m.

Rem.

1. Parfois prononcé à l’anglaise. 2. Variante graphique : ginger-ale.

  

(Emploi critiqué). Boisson gazeuse, soda aromatisé au gingembre.

2022, TLFQ, Verre de ginger ale [photo].

Verre, bouteille, cannette de ginger ale.

 Un ginger ale : un verre, une bouteille de cette boisson.

Prendre, boire un ginger ale.

Rem.1. Souvent condamné au profit de bière de (au) gingembre. Le terme normalisé par l’OQLF est soda au gingembre (voir OLF-Avis4, no 1476). 2. Le mot est entré progressivement dans l’usage en France à partir des années 1980 (relevé dans PRobert depuis 2006 seulement) (voir Histoire).

Celle-ci pour échapper à la misère loua un magasinet sur la rue Craig et ouvrit un débit de tabac, de cigares et de ginger-ale. En arrière du magasin dans son salon particulier elle vendait de la boisson sans licence. 1880, Le Vrai Canard, Montréal, 31 juillet, p. 2.

Florimond n’avait pas voulu que ses fils travaillent dès leur jeune âge comme garçons d’épicerie. Il exigeait que ses enfants soient au lit à neuf heures et qu’ils aillent en classe. [...] Roméo aurait préféré promener des conserves ou des bouteilles de « ginger-ale » sur son traîneau ou à bicyclette jusqu’à onze heures du soir et gagner quelques sous, plutôt que de fréquenter l’école. 1944, G. de La Tour Fondue, Monsieur Bigras, p. 128.

Si t’aimes pas la bière, je te tordrai pas le bras... Tu prendras une limonade si t’aimes mieux! Un ginger ale! 1973, M. Dubé, La cellule, p. 46.

Clément, va me chercher les bouteilles de vin qui sont dans la cave et fais ça vite. [...] Puis, monte-toi donc deux grosses bouteilles de liqueur, une de nectar, pis une de « ginger ale ». 1974, Cl. Jasmin, La Petite Patrie, 17 novembre, p. 6 (télév.).

Je vais te révéler un secret, mais ne le répète à personne... je mets du ginger ale dans ma bouteille de bière. 1983, Pl. Latraverse, Cris et écrits (dits et inédits), p. 146.

Histoire

Depuis 1872. (bouchons de toutes sortes, mais principalement pour ceux à soda, à ginger ale et à vin, dans Le Négociant canadien, Montréal, 1er août, p. 5). Emprunt de l’anglais qui ne l’atteste cependant que depuis 1886 (v. OED, s.v. ginger, Craigie et Webster 1986). Ginger ale a été relevé dans le français de France à partir de 1907, mais semble avoir été peu connu avant les années 1980 (v. DDL 2/30; ReyDAngl3 : « Cette boisson commence à se vendre en France »; v. aussi Quillet 1974, s.v. gingembre : « Cette plante est utilisée comme condiment, pour préparer des boissons (le ginger ale, sorte de bière) et entre dans la préparation de sirops, de confitures. »).

Dernière révision : septembre 2020
Trésor de la langue française au Québec. (2020). Ginger ale. Dictionnaire historique du français québécois (2e éd. rev. et augm.; R. Vézina et C. Poirier, dir.). Université Laval. Consulté le 28 mai 2024.
https://www.dhfq.org/article/ginger-ale