Recherche avancée

FLUX [fly]
n. m.

  

Pop.Dysenterie, diarrhée.

Avoir, attraper le flux.

 cholérava-vite.

Sept ans apres, elle fut arestee par un grans flux avec la fievre, qui la mesna si loin qu’elle lessoit tout aller dans le lit, ce qui luy causoit une peine des plus sansibles, estant propre à l’excest de son naturel. 1720 env., M. Morin, dans Gh. Legendre (éd.), Histoire simple et véritable, 1979, p. 227.

Notre hyver a été terrible aussy bien qu’en France. Il est cependant mort fort peu de monde du moins entre mes mains; mais surtout à Québec, les pluresies, les fluxs [sic], le scorbut ont etez les maladies dominantes et régnantes. 1728, M. Sarrazin, dans A. Vallée, Un biologiste canadien : Michel Sarrazin 1659-1735, 1927, p. 231.

Le remède suivant guérit du flux, de la bile, des vomissements et des purgations. – Versez deux gouttes d’huile de pouliot dans une grande cuillérée de melasse, de sirop, ou de miel [...]. 1807, La Gazette canadienne, Montréal, 24 décembre, p. 2.

J’ai invité tous mes amis de venir manger de la cuisse [refrain]. J’ai invité tous mes amis de venir manger de la cuisse. Tous mes amis en sont tout venus, pis ils ont attrapé tout le flux [refrain]. 1964, Saint-Séverin (Robert-Cliche), AFEUL, J.‑Cl. Dupont 226 (chanson) (âge de l’informateur : n. d.).

Ben y’ a d’ la grève sur mon équipe... [...] Ça fait quinze ans que je coatche [« entraîne »] des équipes de ballon-balai... J’ai toute eu, dans ma carrière, toute... Les rhumes, les grippes, les diabètes, le flu [sic], les angines de poitrine [...]. Mais des grèves, jamais... 1974, J. Barbeau, La coupe Stainless, p. 36.

Fig., pop. Pogner le flux : s’énerver, s’emporter.

Pogne pas le flux pour ça!

Rem.Usité surtout chez les jeunes.

Histoire

Depuis 1720 environ. Hérité de France; relevé dans la langue générale depuis le début du XVIe s. jusqu’à la fin du XIXe, ainsi qu’en picard, en normand et dans le parler de l’île anglo-normande de Jersey (v. FEW fluxus 3, 646a, Littré, HaignBoul, BeaucNorm). Issu, par ellipse, de flux de ventre, de même sens, attesté en français depuis le Moyen Âge mais considéré comme vieux de nos jours (v. FEW 3, 645b-646a, GodCompl, GLLF et Quillet 1968; figure sans marque dans Robert 1985 mais absent de la plupart des dictionnaires usuels, par ex. PRobert 1990 et PLar 1990).

Version du DHFQ 1998
Trésor de la langue française au Québec. (1998). Flux. Dictionnaire historique du français québécois (2e éd. rev. et augm.; R. Vézina et C. Poirier, dir.). Université Laval. Consulté le 13 juin 2024.
https://www.dhfq.org/article/flux