Recherche avancée

FAUX-MANCHE [fomɑ̃ʃ]
n. m.

Rem.

Variante graphique faulx-manche.

  

Acadie, ruralManche de faux.

Le fauchage est un des plus virils travaux de la ferme. [...] Il faut savoir tenir son faux-manche, bien prendre ses andains, bien repasser sa faulx, et ne jamais lui donner de morfil. 1928, P. Poirier, Le parler franco-acadien et ses origines, p. 211.

Histoire

Depuis 1928. Héritage des parlers de France; relevé dans le Nord-Ouest, l’Ouest et le Centre (v. FEW manicus 61, 225a, et falx 3, 404b). Composé de faux n. f., et de manche2, d’après un mode de composition conforme à une particularité syntaxique médiévale selon laquelle le complément du nom pouvait, sous la forme du cas régime, être antéposé directement au nom (à ce propos, v. NyropGramm2 3, p. 280-281).

Version du DHFQ 1998
Trésor de la langue française au Québec. (1998). Faux-manche. Dictionnaire historique du français québécois (2e éd. rev. et augm.; R. Vézina et C. Poirier, dir.). Université Laval. Consulté le 20 avril 2024.
https://www.dhfq.org/article/faux-manche