Recherche avancée

ÉQUARRITURE [ekɑʀityʀ]
n. f.

  

Vieilliou région.Carrure; stature forte, imposante.

Un homme d’une bonne, d’une belle équarriture.

[...] sa vieille est hydropique et tellement grosse, obèse, qu’elle a de la misère à marcher : « Elle est d’une équarriture sans bon sens » nous dit Z. Perreault dans son langage pittoresque. 1887, Québec, BAnQQ, Cour d’appel (Québec), cause no 4, factum de l’appelant, p. V.

[...] ils disent au roi que Jean se vante qu’il serait capable d’aller chercher le géant lui-même. Le roi dit : Voyons! Un homme d’une équarriture semblable? Moi, je l’ai jamais vu, mais j’en ai entendu parler : il paraît que c’est pas un petit colosse! 1976, Lac-Bouchette (Lac-Saint-Jean-Ouest), dans Cl. Legaré, Pierre la Fève, 1982, p. 157.

Pis un beau matin, j’ai rencontré la Grosse. A travaillait dans la même « shop » que moi. Était vieille fille elle aussi. Pas trop belle, pis avec l’équarriture qu’a l’avait, a devait faire peur aux gars, j’imagine. 1982, B. B. Leblanc, Tit-Cul Lavoie, p. 39.

 (Variantes). VieilliÉquarrissure. (Lavoie 2403, Lorent s.v. écarissure).

 Équarritude. (GPFC).

Histoire

Depuis 1887. Mot relevé en Normandie (v. FEW quadrare 2, 1395b); probablement de équarrir.

Version du DHFQ 1998
Trésor de la langue française au Québec. (1998). Équarriture. Dictionnaire historique du français québécois (2e éd. rev. et augm.; R. Vézina et C. Poirier, dir.). Université Laval. Consulté le 24 mai 2024.
https://www.dhfq.org/article/equarriture