Recherche avancée

ENTAILLEUR, ENTAILLEUSE [ɑ̃tɑjœʀ, ɑ̃tɑjøz]
n.

Rem.

Le féminin est uniquement attesté au sens 2 dans la documentation consultée.

1

n. m. Personne qui pratique les entailles dans les érables au temps des sucres*.

Entailleurs d’érables.

La saison des sucres est finie. Les érables de Sainte-Adèle ont fourni aux entailleurs près de 3,000 gallons de sirop. 1906, L’Avenir du Nord, Saint-Jérôme, 3 mai, p. [3].

La chaleur des cendres d’antan, rallumées à la flambée du cèdre sec, se répand au ronflement sourd des bassins mijotant ces millions de larmes du bois blessé par la gouge de l’entailleur. 1911, L.‑J. Doucet, Contes du vieux temps, p. 54.

Cela va de soi que la neige épaisse obligera les entailleurs à chausser la raquette cependant qu’il faudra battre de bons chemins pour que les attelages puissent ensuite atteindre la cabane. Aussitôt l’entaillage pratiqué, l’on préparera la tonne qui servira à faire les tournées de l’érablière et à recueillir l’eau délicieusement sucrée […]. 1936, L’Écho du Saint-Maurice, Shawinigan Falls, 19 mars, p. [2].

Après nous être bien restaurés il nous faut faire la tournée de l’érablière. Mais la « brunante » arrive et il nous faut songer au retour, retour qui s’affectue [sic] toujours silencieusement car nous songeons aux plaisirs et aux fatigues de cette journée mais aussi au bonheur qu’éprouve l’entailleur à accomplir sa rude mais combien saine tâche de Bon Sucrier. 1938, Le Courrier de Berthierville, 7 avril, p. 1.

Ça gèle, ça fond. Et il paraît que c’est bon pour les érables qui se mettent à « pleurer » abondamment aussitôt qu’on prend soin de les entailler. Il est à noter que nos entailleurs d’érables se modernisent. L’image folklorique du cheval tirant sa grosse barrique à travers la sucrerie n’est plus qu’un souvenir depuis longtemps. Un ouvrier perce l’écorce avec une perceuse électrique. Il porte sur son dos un générateur portatif ultra-léger qui lui accorde toute l’autonomie nécessaire. Son camarade, pendant ce temps, fixe les tuyaux en matière plastique qui mèneront la sève jusqu’à l’érablière. 1972, Le Droit, Ottawa, 7 avril, p. 13.

Règle générale, il n’existe pas de mèche idéale sur le marché. Il faut faire des essais sur du bois gelé et sur du bois dégelé. Chaque entailleur a sa façon de travailler et exerce une pression différente sur l’entailloir. 2002, La Voix du Sud, Lac-Etchemin, 12 mai, p. 19.

Le travail discret des entailleurs a une très grande importance en acériculture. Cette délicate opération nécessite un certain savoir-faire. 2017, Beauce Média, Sainte-Marie, 22 février, p. 5.

La famille Patry, propriétaire de quatre érablières au Témiscouata, a investi six millions de dollars dans ses installations pour amorcer la transition 4.0. […] L’objectif est d’atteindre un meilleur rendement, mais également d’assurer une meilleure qualité de vie aux employés. Parmi eux, [un employé], qui travaille pour la famille depuis 34 ans. Il est entré dans l’entreprise comme entailleur, et aujourd’hui, il agit davantage comme expert en nouvelles technologies. 2023, Société Radio-Canada, ICI Radio-Canada (site Web), économie (agro-industrie), 16 avril.

2

Outil servant à percer des trous dans l’écorce des érables; appareil remplissant la même fonction actionné par un moteur à essence ou électrique.

Entailleuse d’érables. Entailleuse à essence, à (au) gaz, à gazoline, à batterie. Entailleuse mécanique, électrique.

Rem.1. Le féminin est plus usuel que le masculin dans ce sens. 2. Cet emploi demeure peu attesté à l’écrit, sauf dans les petites annonces.

Cultivateurs! Voilà l’entailleuse mécanique que vous attendiez!! Simple et légère, mue par un moteur à gazoline ¾ H.P. Vous pourrez entailler vos érables en un temps record ce printemps!! 1964, L’Union des Cantons de l’Est, Arthabaska, 30 janvier, p. 17 (annonce).

[…] la mise sur le marché d’entailleuses à gazoline ou électriques permet de réaliser cet entaillage hâtif sans provoquer, s’il est fait avec soin, le fendillement de l’écorce même lorsque l’arbre est bien gelé. 1969, L’Action : quotidien catholique, Québec, 19 mars, p. 14.

Cette scie est anitivibrante [sic] et équipée d’un blocage de chaîne et d’un système d’allumage tyristor [sic]. Et vous pouvez même y adapter une entailleuse. 1978, La Feuille d’érable, Plessisville, 9 mars, p. B‑6 (annonce).

À VENDRE – Une entailleuse à batterie, presque neuve. 1981, La Feuille d’érable, Plessisville, 18 février, p. B‑14 (annonce).

Vente de séparateur d’eau (osmose renversé [sic]) […] Également : Contenants à sirop et à tire, Moules à sucre et à bonbons […] Sertisseuses, Entailleurs à gazoline, Tubulures et adapteurs pour système vacuum[.] 1990, Le Courrier Sud, Nicolet, 4 septembre, p. 35 (annonce).

Quelques équipements de sucrerie : réservoir 150 gal. En plastique sur remorque; réservoir plastique 500 gal.; entailleuse à gaz; poêle à sirop; 3 bidons à sirop […]. 2009, Le Clairon régional de Saint-Hyacinthe, 12 mai, p. 58 (annonce).

Histoire

De entailler et suffixe -eur/-euse (v. TLF). Comme d’autres dérivés du verbe entailler, le mot semble avoir été créé au Québec dans le contexte du développement de l’industrie de l’acériculture. On trouve ce mot en français des XVIe et XVIIe s. avec le sens de « ciseleur, orfèvre graveur » (v. FEW taliare 13, 48b), mais cet emploi est vraisemblablement une création parallèle.

1Depuis 1906. 2Depuis 1963 (L’Éclaireur-progrès, Saint-Georges de Beauce, 28 mars, p. 26 (annonce) : Chaudières d’aluminium, […] 3 gallons en plastique. Aussi, entailleuses.). L’emploi plus fréquent du féminin s’explique sans doute par la tendance répandue en français de former des noms d’appareils ou de machines à l’aide du suffixe ‑euse (v. TLF, s.v. -eur/-euse, -(a)teur/-(a)trice), cp. laveuse, souffleuse, balayeuse, etc.

Dernière révision : janvier 2024
Trésor de la langue française au Québec. (2024). Entailleur, entailleuse. Dictionnaire historique du français québécois (2e éd. rev. et augm.; R. Vézina et C. Poirier, dir.). Université Laval. Consulté le 20 février 2024.
https://www.dhfq.org/article/entailleur-entailleuse