Recherche avancée

ENFARGEANT, ENFARGEANTE [ɑ̃faʀʒɑ̃, ɑ̃faʀʒɑ̃t]
adj.

  

Fam. (En parlant de qqch.). Qui entrave le pas, gêne le mouvement des jambes.

Houle – T’rappelles-tu d’Varice et de ses affaires de potographies [= photographies]? Y passa son temps à poser [= photographier] des pattes de gorettes, de veaux, de poulains, de vaches et d’autres animaux de même poil… Marsolais – Qouésé qui veut ben faire avec ça? Houle – Une collection pour une compagnie de vues allumées. Marsolais – Cé‑t‑enfargeant! ça fait ben des pattes! Cé fou du monde en vie, morné d’crapaud; cé ben plus fou que du monde mort. 1934, La Revue de l’Institut agricole d’Oka, vol. 8, no 5, p. 209.

Un matin, il sortit une culotte du coffre. – Tu ne te promèneras pas éternellement en jupe, lui dit‑il. C’est enfargeant et trop froid dans le canot. 1950, B. Vac, Louise Genest, p. 79‑80.

[...] ben mieux d’aller faire ça dans grand chambre, là, t’es sûr qu’y a rien d’enfargeant, ou ben, si tu tiens absolument que ça se passe dans la cuisine, on va porter à table dans le p’tit salon, les chaises avec, pas la peine de tout trimbaler jusqu’au fin fond de la cave. 1973, J.‑M. Poupart, Chère Touffe…, p. 25.

Plus près de nous, c’est pas le Pérou pour les skieurs. Même les centres équipés pour recouvrir leurs pistes de neige artificielle éprouvent des difficultés, car les couches de fond naturelles sont pratiquement inexistantes et les sections « enfargeantes » sont plutôt nombreuses. 1980, La Presse, Montréal, 2 janvier, p. D4.

Dans certaines [classes], il faut placer les boîtes à récupération près du pupitre du titulaire, au pied des tableaux noirs faisant qu’elles sont enfargeantes. 1985, Le Droit, Ottawa, 8 avril, p. 1.

Lenina est née au Chili, ce qui l’excuse de ne pas avoir patiné avant mercredi dernier. Elle avait bien fait l’essai une fois, il y a longtemps, avec des « patins de fantaisie », ces patins tout blancs dotés de petites dents à l’avant de la lame, mais elle avait trouvé cela bien laborieux et enfargeant. Je lui ai suggéré de prendre des « patins de gars », ces bons vieux patins de hockey que les filles sont de plus en plus nombreuses à apprécier. 1992, R. Chartier, La Presse, Montréal, 18 décembre, week-end sportif, p. 2.

Blandine regardait ce qui, à quelques différences près, ressemblait à son ancien costume religieux. Pour Charles, cet habillement pourtant masculin lui semblait incongru sur le corps de son fils : une longue tunique brune aux larges manches, serrée à la taille par une ceinture de cuir dont les bouts pendaient presque jusqu’au sol. Son regard perplexe facilita la conversation, qui redevint familière. – La ceinture, c’est pour la vie, expliqua Wilfrid. – Long de même, c’est enfargeant, il me semble, répliqua son père. 1994, B. Renaud, Un homme comme tant d’autres, t. 3, p. 221.

Fig.

L’Union Nationale a donné des pensions aux vieillards, aux aveugles, des crédits agricoles, de l’aide aux colons, etc… Aujourd’hui, nous voulons aller à Québec pour défaire « ce fouillis de lois enfargeantes créées par les libéraux ». 1944, L’Éclaireur, Beauceville, 3 août, p. 1.

De plus les coûts exorbitants de la publicité payée constituent une barrière assez enfargeante. Pourquoi, par exemple, Le Nouvelliste augmente-t-il si soudainement le coût des annonces publicitaires […]? 1978, Le Nouvelliste, Trois-Rivières, 25 octobre, p. 4.

Quant au projet d’agrandissement de l’aéroport, autre objectif inscrit à la planification stratégique, Victoriaville a déterré une vieille clause datant de 1969, allouant une servitude d’aliénation au gouvernement fédéral. « Ce n’est pas mortel, mais c’est enfargeant et nous nous attachons à faire disparaître cette clause qui nous assujettit et nous oblige chaque fois à demander des autorisations... » 2005, La Nouvelle, Victoriaville, 4 septembre.

Fig., Rare Difficile.

Une can de tomates! bateau d’un nom! c’est pas plus enfargeant de dire une boîte de tomates. 1945, O. Légaré, Nazaire et Barnabé, 19 octobre, p. 1 (radio).

Vous n’êtes pas la seule qui a des goûts de partance à cette période de l’année où c’est enfargeant de vivre, où le printemps est assez sous la neige qu’on ne le devine pas! 1964, Télé‑radiomonde, Montréal, 28 mars, p. 2.

Le premier ministre a ajouté que l’institution politique appelée Confédération au Canada, qui est plutôt une fédération, avait fait la preuve de son inefficacité depuis 112 ans et qu’il ne pouvait qu’être « enfargeant » d’utiliser maintenant dans son véritable sens un mot déformé par l’usage. 1979, Le Soleil, Québec, 3 novembre, p. A4.

J’ai un ami qui s’appelle Henri-François. Je trouve ça bien enfargeant. Je ne sais jamais si Henri se dit avant François, ou le contraire. 2005, R. Brisebois, 312, Ontario Est, p. 12.

Histoire

Attesté depuis 1934. Dérivé québécois de enfarger (sens I.2 pour les emplois de sens propre, et II.3 pour les sens figurés).

Nouvelle entrée de la deuxième édition

Dernière révision : mars 2023
Trésor de la langue française au Québec. (2023). Enfargeant, enfargeante. Dictionnaire historique du français québécois (2e éd. rev. et augm.; R. Vézina et C. Poirier, dir.). Université Laval. Consulté le 24 mai 2024.
https://www.dhfq.org/article/enfargeant-enfargeante