Recherche avancée

ÉCOUTEUR [ekutœʀ]
n. m.

  

(Au pluriel). Dispositif d’écoute raccordé à une source sonore, qui est constitué de deux récepteurs général. reliés entre eux par un support qui enserre la tête.

2022, TLFQ, Écouteurs [photo].

Les écouteurs d’un walkman, d’un baladeur. Mettre ses écouteurs pour ne pas déranger les voisins.

SYN. casque (d’écoute) (plus soigné).

Rem.Au Québec, écouteur peut aussi se dire, comme en France, de chacun des récepteurs que l’on applique sur l’oreille.

Instinctivement, tous sautèrent sur les écouteurs de radio et s’en coiffèrent, pour s’endormir peu après dans leurs confortables fauteuils. 1931, Le Goglu, Montréal, 6 mars, p. 7.

Avec les embardées de Bill, impossible de lire. J’ai pris mon transistor, branché mes écouteurs, choisi les ondes courtes et fermé de nouveau les yeux. J’ai tourné le bouton. 1976, J. Brossard, Le sang du souvenir, p. 22.

Luc lave distraitement la vaisselle dans une cuisine exiguë [...]. Il a les yeux cloués au plafond et semble écouter aussi religieusement que s’il avait les écouteurs de son baladeur à ses oreilles [...]. 1989, B. Cleary, L’enfant de 7000 ans, p. 116.

Élément mobile d’un appareil téléphonique composé d’un récepteur et d’un microphone.

Décrocher, déposer, laisser tomber l’écouteur.

 acoustique.

Histoire

Depuis 1930 (Le Devoir, 13 janvier, p. 2 : des écouteurs de radio). Par métonymie, à partir du sens de « récepteur que l’on applique sur l’oreille pour écouter » (v. PRobert 1993).

Version du DHFQ 1998
Trésor de la langue française au Québec. (1998). Écouteur. Dictionnaire historique du français québécois (2e éd. rev. et augm.; R. Vézina et C. Poirier, dir.). Université Laval. Consulté le 20 avril 2024.
https://www.dhfq.org/article/ecouteur