Recherche avancée

DÉJEUNER-CAUSERIE [deʒœnekozʀi]
n. m.

Rem.

Variante graphique : déjeuner causerie.

  

Repas du midi (ou, plus rarement, du matin) au cours duquel un conférencier prend la parole.

Déjeuners-causeries hebdomadaires, mensuels. L’hôte, l’invité d’honneur, le conférencier d’un déjeuner-causerie.

Rem.On rencontre parfois dans des textes des années 1920 l’équivalent lunch-causerie.

 dîner-causeriesouper-causerie.

Le Dr W.-P. Percival, sous-ministre de l’éducation pour la province de Québec et directeur de l’instruction protestante dans la province, était l’invité d’honneur, hier midi, au déjeuner causerie hebdomadaire du Club Kiwanis de Montréal. 1940, La Presse, Montréal, 5 avril, p. 37.

M. Jean-Marie Nadeau, avocat, [...] inaugurera, le 26 novembre, la série des déjeuners-causeries du Club de Réforme. M. Nadeau parlera d’un sujet d’actualité. Il a intitulé sa conférence « Réformes constitutionnelles ». [...] Pour plus de détails sur ces déjeuners-causeries on est prié de s’adresser au Club de Réforme ou à l’organisation libérale de Montréal. 1949, Le Devoir, Montréal, 22 novembre, p. 2.

Les cocktails guindés et même les déjeuners-causeries « pépères » avec le promoteur ou le maire de la municipalité, « c’est bien mais ce n’est pas assez », a déclaré hier le vice-président exécutif [...] dans le cadre du congrès de la « Chambre de commerce au futur » à Laval. 1988, La Presse, Montréal, 13 novembre, p. A1.

Les implications du nouveau Code civil du Québec sur l’ensemble de l’activité commerciale et professionnelle seront expliquées aux gens d’affaires de Charlesbourg lors du prochain déjeuner-causerie de la chambre de commerce locale. L’organisme a invité un de ses membres [...] à être le conférencier [...] mercredi prochain, le 8 décembre à 7h30. 1993, Le Soleil, Québec, 4 décembre, p. B2.

 (Autre composé). Petit(-)déjeuner(-)causerie n. m. Repas du matin au cours duquel un conférencier prend la parole.

[...] en fin de semaine, la Fédération professionnelle des journalistes du Québec célébrera son 20e anniversaire [...] avec des invités de marque [...] pour le petit déjeuner causerie du samedi 3 décembre [...]. 1988, La Presse, 27 novembre, p. C2).

Histoire

Depuis 1920 (Le Devoir, 13 avril, p. 5 : déjeuner-causerie de l’Association du jeune Barreau de Montréal). Composé de déjeuner n. m. « repas du midi » et causerie n. f. « exposé oral sur un ton de familiarité et de simplicité devant un auditoire de dimension plutôt réduite » (TLF). Ce type de composition est bien attesté en français : cp. déjeuner-débat, déjeuner-concert, déjeuner-conférence (ibid.).

Version du DHFQ 1998
Trésor de la langue française au Québec. (1998). Déjeuner-causerie. Dictionnaire historique du français québécois (2e éd. rev. et augm.; R. Vézina et C. Poirier, dir.). Université Laval. Consulté le 28 mai 2024.
https://www.dhfq.org/article/dejeuner-causerie