Recherche avancée

CHAUDRONNE [ʃɔdʀɔn]
n. f.

  

Récipient de dimension variable pour la cuisson des aliments; marmite, soupière.

Petite chaudronne. Grande chaudronne. Grosse chaudronne. Chaudronne à soupe. Chaudronne à patates.

 Par méton. Contenu d’une chaudronne.

Une chaudronne de fèves au lard.

Rem.1. Chaudronne désigne en principe un récipient plus petit que le chaudron, avec une anse comme ce dernier. La chaudronne est faite de métal léger (aluminium ou fer-blanc), tandis que chaudron s’applique plutôt à un récipient de fonte ou de fer (voir DulCanad2, s.v. chaudron et chaudronne, et PPQ 89S, comm.). 2. Les deux mots sont plus ou moins synonymes dans la plupart des contextes (chaudronne est d’ailleurs défini par « chaudron » dans Dionne, GPFC et Bélisle1‑3). 3. Attesté sporadiquement sur l’ensemble du territoire québécois, mais peu dans la région de Montréal; il est moins usuel que chaudron dans ses divers emplois et appartient surtout à la langue orale (voir PPQ 89, 90, 167, et Lavoie 2114).

 chaudron (sens 2).

Et ce soir, dans la grande cuisine du père Duval, pendant que dans la large chaudronne la graisse pétille et roussit les croquignoles, et que le feu hurle dans le poêle sous les rafales violentes qui entrent par la cheminée, on pense aux malheureux qui, en ce moment, se débattent peut-être sur le chemin qui traverse les montagnes qui séparent Tadoussac et les Bergeronnes. 1919, D. Potvin, L’appel de la terre, p. 175.

La soupe refroidit sur la table à la maison du menuisier. […] Nastasie : Puis toi aussi, Amédée, tu parles, tu parles, puis la soupe est trempée ça fait vingt minutes. Va falloir que je remette tout ça dans la chaudronne. 1951, J. Bernier, Je vous ai tant aimé, 5 novembre, p. 3‑4 (radio).

Elle dit : « Je m’en vais m’en aller, puis je m’en vais lui faire une bouillotte, elle dit, tu vas voir qu’il va manger! » Elle s’en va, puis elle avait un grand chaudron, une grosse grande chaudronne, là […]. Là, elle lui arrange ça, elle met du lièvre, du caribou, du chevreu, toutes sortes d’affaires. 1965, Saint-Alban (Portneuf), AFEUL, M.P. Cayouette 64 (âge de l’informatrice : n. d.).

Puis là, on attelait tous les chevaux. On avait jusqu’à seize, dix-sept paires de chevaux, toutes les sleighs, tout le dragage du camp, les chaudronnes et puis les chaudrons, puis quoi ce que tu voudras, les paillasses, les spreads, tout, puis on amenait ça au dépôt camp, là. 1970, Saint-Évariste (Frontenac), AFEUL, G. Dulong 1 (âge de l’informateur : 68 ans).

(Par méton.). […] la table de l’« Auberge » se garnissait souvent d’une vingtaine de frimousses qui, en se chamaillant, engloutissaient d’immenses « chaudronnes » de hachis ou de soupe aux pois. 1976, A. Saint‑Pierre, Emélie Chamard tisserande, p. 187.

Je découvrais un nouveau monde, celui du Bas-du-Fleuve. […] J’entendais un parler différent : « chaudronne » pour petit chaudron, « fontaine » pour le puits sans margelle, « quetoche » pour seins (« elle a de belles quetoches »). 1987, M. Trudel, Mémoires d’un autre siècle, p. 153.

 Grand récipient pour faire bouillir l’eau d’érable, le savon ou le linge. 

 chaudron (sens 3).

Avec une poignée de ripes et un petit brin d’écopeaux, puis des éclats de bois de four et des rondins secs, dans le temps de le dire, le feu a été pris. Et ce n’est pas un petit feu comme celui qu’on allume sous la chaudronne lorsqu’on coule la lessive et qu’on lave au battoir – encore des choses qui s’en vont… – celui-là a au moins deux brasses de long. 1918, frère Gilles, Les choses qui s’en vont, p. 56.

Elle [la bonne femme] s’en va puis elle avait un grand chaudron, une grosse grande chaudronne, là, qu’on fait le savon dedans, là. 1965, Saint‑Alban (Portneuf), AFEUL, M.P. Cayouette 64 (âge de l'informatrice : n. d.).

Nous sommes combien, dans la province, à fabriquer notre sirop sans tubulure, à mains nues, dans le plus pur raboudinage de mémoire de patenteux? […] Nous n’avons eu besoin que d’un brûleur et d’une grande « chaudronne », de beaucoup de patience et de cidre des moines de l’Abbaye pour délier les langues. 2012, J. Blanchette, Le Devoir, Montréal, 6 mars, p. B10.

Chaudronne à queue : casserole (deux attestations en Gaspésie, voir PPQ 158).

   chaudron (sous le sens 2).

 Chaudronnée n. f. 

 chaudron (sous le sens 2).

Histoire

Depuis 1856 (BAnQQ, ANQ, 24 mars, St‑François de Montmagny : deux chaudronnes). Héritage probable des parlers de France : cp. choudroune « gros chaudron » en Saintonge (v. FEW 21, 76a).

Nouvelle entrée de la deuxième édition

Dernière révision : septembre 2021
Trésor de la langue française au Québec. (2021). Chaudronne. Dictionnaire historique du français québécois (2e éd. rev. et augm.; R. Vézina et C. Poirier, dir.). Université Laval. Consulté le 12 juin 2024.
https://www.dhfq.org/article/chaudronne