Recherche avancée

CHANTEPLEURE [ʃɑ̃tplœʀ]
n. f.

  

Vieilliou litt.Toute espèce de robinet.

 par spécialisation Robinet d’eau courante.

2016, M. Pahlke, Chantepleure [photo], Pixabay. https://pixabay.com/fr/photos/plomberie-plombier-vieille-robinet-1434221/ 2017, A. Levine, Chantepleure [photo], PxHere. https://pxhere.com/fr/photo/203128

Chantepleure en cuivre. Ouvrir, fermer la chantepleure. Faire couler la chantepleure. Laisser la chantepleure ouverte. Une chantepleure qui dégoutte.

 champlure.

Rem.1. Recommandé à la place de champlure, du milieu du XIXe s. jusque vers 1950; depuis, on recommande robinet. 2. En France, connu notamment au sens de « robinet d’un tonneau mis en perce ».

Quoi? voudriez-vous à cette heure, [/] Cruels ennemis de la paix, [/] Défendre à notre chantepleure [/] De ne plus couler désormais? [/] Si vous voulez contre nature [/] Réunir les deux Canadas; [/] Pour cette gothique structure [/] Faut‑il faire tant de tracas? 1823, Le Canadien, Québec, 8 janvier, p. [401].

Irvine, Leslie & Co. ont à vendre à leurs magasins […] 22 Boucauts contenant Gonds, Tarières, Haches, Marteaux […], Chantepleures, Chandeliers, Grands verres émaillés […]. 1829, La Minerve, Montréal, 24 septembre, p. [1] (annonce).

Une magnifique ferme [...]. Les bâtiments sont pourvus d’un appareil qui fournit l’eau de l’aqueduc au moyen de quatre chantepleures, et sans l’obligation de payer pour l’eau. 1882, La Gazette de Joliette, 27 octobre, p. 3 (annonce).

Beau matin, beau soleil. Murielle s’étire, se lève debout dans son lit, fait ses gestes de gymnastique. Je la vois plus grande que jamais, belle comme un cœur et j’pense à l’autre et j’veux pas, et j’cours me passer la tête sous la chantepleure de l’évier. Ça réveille bête. 1965, Cl. Jasmin, Pleure pas, Germaine, p. 130.

Le cadran et la chantepleure [/] Marquent le temps avec lenteur [/] Et je vais dormir n’importe où [/] Mon chez moi n’est plus un chez nous. 1969, Cl. Des Rochers, Sur un radeau d’enfant, p. 81.

Elle retournait dans la chambre de bains, la chante‑pleure se faisait entendre, tous les tuyaux de la maison se mettaient en mouvement, avaient de laborieux gaz. 1972, V.‑L. Beaulieu, Un rêve québécois, p. 64.

Voilà que ma pensionnaire de perruche a pris l’habitude de prendre sa douche dans l’évier. On laisse couler un filet et elle se promène sous la chantepleure, se laissant généreusement asperger. 1999, Progrès-dimanche, Chicoutimi, 5 décembre, p. A20.

Pour sa part, la robinetterie de cuisine peut maintenant être agrémentée de systèmes complémentaires qui peuvent aussi se révéler plus ou moins utiles et bien conçus. On retrouve ainsi sur le marché un robinet doté d’une cartouche filtrante. En appuyant sur un bouton sur la tête de la chantepleure, on obtient un filet d’eau purifié. 2002, La Presse, Montréal, 2 mars, p. J12.

L’an dernier, un spécialiste de la cruche ancienne, Maurice Richer, nous proposait un objet absolument unique, soit un contenant de la famille Farrar avec une embouchure à la base, une tinette dans laquelle un liquide pouvait être déposé et versé dans de plus petits contenants à l’aide d’une chantepleure insérée dans l’embouchure. 2016, Le Canada français, Saint-Jean-sur-Richelieu, 3 novembre, p. C14.

Histoire

Depuis 1823. Découle par extension du sens de « robinet d’un tonneau », attesté en France depuis 1530 dans Palsgrave où il est présenté comme un dialectalisme (v. FEW cantare 2, 223b; v. aussi Trévoux 1704‑1771, Fur 1727 et Ménage 1750 qui rattachent cet usage au parler de Normandie). Chantepleure « robinet d’un tonneau » est passé dans la langue générale et est répertorié le plus souvent sans marque dans les dictionnaires depuis le milieu du XIXe s. jusqu’à une époque récente (v. p. ex. Poitevin 1856, Littré, PLar 2009, PRobert 2021; « techn. » d’après Lexis 1979, « technique ou régional » d’après Robert (en ligne) 2022‑08).

Dernière révision : novembre 2022
Pour poursuivre votre exploration du mot chantepleure, visionnez notre capsule vidéo Dis-moi pas!?.
Trésor de la langue française au Québec. (2022). Chantepleure. Dictionnaire historique du français québécois (2e éd. rev. et augm.; R. Vézina et C. Poirier, dir.). Université Laval. Consulté le 16 juillet 2024.
https://www.dhfq.org/article/chantepleure