Recherche avancée

CAVE [kav]
n. f.

I

VieuxCavité, anfractuosité naturelle dans la roche qui couvre le fond ou le bord d’un cours d’eau.

 Trou d’eau formé dans le fond rocheux d’un cours d’eau; rapide, remous.

[...] nous nous trouvâmes au Rapide des Caves. Ce rapide est extrêmement violent et rempli de remous, ou tournoiements d’eau, causés par la rudesse et l’inégalité du rocher sur lequel il coule. Il y a dans ce portage des Caves et des Chaudières. Les Caves ne sont autrechose [sic] que des lits de rochers brisés et soulevés probablement par quelque tremblement de terre; et qui forment des espèces de voûtes très irrégulières, garnies de mousse fort épaisse, et dans lesquelles on trouve encore de la glace au mois de juillet. 1836, Ch. de Bellefeuille, cité par Y. Charron dans Revue d’histoire de l’Amérique française, vol. 5, no 2, 1951, p. 204.

On va aller essayer notre luck autour de l’île de l’Or. J’ai jamais manqué mon coup dans les caves qu’y a là, un peu au large; en été, le poisson se tient là comme dans la glacière. 1941, O. Massé, « Le saumon d’Ollezède », dans Almanach du peuple Beauchemin, p. 150.

II
1

Partie inférieure d’un bâtiment d’habitation, située sous le rez-de-chaussée et faisant généralement corps avec les fondations, qui est peu ou qui n’est pas aménagée et qui tient souvent lieu de remise, de débarras; étage souterrain.

Plancher, porte, châssis, escalier, descente, entrée de cave.

Cave en ciment, dont le sol est recouvert de béton.

Descendre dans, à la cave. Serrer ses outils dans la cave. Rentrer, corder du bois dans la cave. Se faire un établi dans la cave. Installer une fournaise dans la cave. Mettre la laveuse et la sécheuse dans la cave. Étendre son linge dans la cave. Aller travailler dans la cave. Envoyer les enfants jouer dans la cave.

Finir sa cave, l’aménager pour la rendre habitable, la transformer en local d’habitation.

Maison avec cave finie.

 Par ext., VieilliSous-sol habitable.

Vivre, rester dans une cave.

Rem.Comme en France, cave peut avoir également le sens de « local souterrain situé sous une habitation et servant à entreposer des provisions, à conserver des denrées », surtout par référence à un type ancien de construction.

Sera le plancher [« plafond »] de la cave, autrement dit du premier étage, mis au niveau de celui [de la maison] dudit sieur Maheust. 1683, Québec, BAnQQ, gr. Fr. Genaple de Belfonds, 22 avril.

M’en va vous faire souper, il dit, pis vous allez vous cacher dans la cave. [Ça] fait qu’il les fait souper, pis il les fait cacher dans la cave tous les deux. Ça faisait pas une demi-heure qu’ils étaient rendus dans la cave, les deux garçons qui resoudent avec chacun la moitié d’un cheval mort. 1948,Saint-Joseph-de-la-Rive (Charlevoix-Ouest), AFEUL, L. Lacourcière 473 (âge de l’informateur : n. d.).

Autant que possible, donnez-leur une place pour jouer. Les maisons où on ménage aux jeunes une belle place dans la cave sont idéales, mais je sais bien que tout le monde ne peut s’offrir ce luxe. 1949, O. Oligny, Entre nous, 10 novembre, p. 3 (radio).

Il est encore dans la cave chez mon père, mon bicycle, d’ailleurs, c’est une relique, ça fait partie de moi […] alors, il est dans la cave chez mon père. Il voulait le vendre, ah non, pas question de vendre ça! 1964 env., Montréal, AFEUL, P. Perrault 1224 (âge de l’informateur : n. d.).

J’ai pensé que si tu voulais rev’nir vivre avec moi, au lieu d’aller coucher icitte et là, su’ des gens qu’on connaît même pas... si tu rev’nais avec moi... les deux appartements sont ben trop grandes depuis que ton père est parti. On pourrait être bien tous les deux. Je f’rais tes repas, j’m’occuperais de ton linge. Tu pourrais recevoir tes amis dans la cave, pis la faire ta musique que t’aimes tant. 1973, Cl. Des Rochers, La grosse tête, p. 136.

Je me sentais bien petite devant la tâche à accomplir. D’autant plus que la sensation éprouvée dans la cave de ma compagne près de la chaudière au cours de ce slow interminable me revenait physiquement en mémoire. Jamais, auparavant, la contradiction entre la vie de l’esprit et la vie tout court ne m’était apparue aussi immense et aussi insurmontable. 1985, D. Bombardier, Une enfance à l’eau bénite, p. 213.

Les deux femmes sont dans la cave où est installée la machine à laver. C’est une cave à moitié finie et encombrée. Au fond de la pièce qui fait office de lavoir, une petite porte. Face aux éviers, une télévision noir et blanc est ouverte sur les débats de l’Assemblée nationale. Il y a des piles de linge sale par terre, des chemises propres sur des cintres et de l’électricité dans l’air. 1987, Fr. Noël, Myriam première, p. 324-325.

Fig., iron.ou plais.Avoir de l’eau dans la cave, dans sa cave : porter un pantalon trop court. 

 (Par allusion à cave2, pour souligner l’imbécillité de qqn).  Les caves ne sont pas toutes en ciment, toutes faites en ciment, toutes en dessous des maisons.

2

Petite construction en partie souterraine, située à proximité d’une habitation, et qui servait autrefois à entreposer au frais diverses denrées, en particulier des fruits et des légumes.

Cave à légumes, aux légumes. Cave à patates. (Par oppos. à la cave située sous une habitation et servant elle aussi à entreposer des denrées). Cave de dehors, cave extérieure.

 caveaucavreau.

[...] un fournil [...] une cave en pierre de dix pieds quarrés en moyen étât [...] une soue à cochon de dix pieds de long sur huit de large [...]. 1811, Château-Richer (Montmorency 1), BAnQQ, gr. L. Bernier, 16 juillet.

L’année suivante, en 1870, le Grand Feu éclata. [...] Nous courons à la maison. Maman et la femme de mon oncle, avec les enfants, transportaient quelques paquets de linge dans une cave de dehors pas loin de la maison; le pain que ma mère avait cuit dans la journée fut caché là avec un peu de beurre qui nous restait. Le poêle fut jeté à terre et nous avons pris les plaques pour les étendre sur la porte de la cave afin d’empêcher les flammes d’entrer dedans. 1934-1935, Saint-Gédéon (Lac-Saint-Jean-Est), dans Saguenayensia, vol. 8, no 3, 1966, p. 54.

Cette cave est construite à même une pente ou une légère ondulation facile à trouver le long des côtes [...]. Généralement de quatorze pieds carrés de dehors en dehors, l’intérieur n’a pas plus de dix pieds carrés, étant donné que les murs ont vingt-quatre pouces d’épaisseur. [...] On pénètre dans la cave par une double porte centrale. L’intérieur est divisé en carreaux au sol servant à séparer les sortes de fruits et de légumes. 1974, G. Gauthier-Larouche, Évolution de la maison rurale traditionnelle dans la région de Québec, p. 166 et 168.

3

VieilliCave à fumier : fosse à fumier aménagée sous une étable.

Ceux qui font des caves à fumier doivent veiller : 1º à ce que l’eau des terres n’y arrive pas; 2º et à ce que le fumier n’y fermente pas d’une manière excessive, ce qui non seulement détruirait la meilleure partie du fumier, mais aussi ferait pourrir toute la base du bâtiment et de plus nuirait grandement à la santé des animaux. 1895, É. A. Barnard, Manuel d’agriculture, p. 421.

III

(Dans le voc. des sports). La cave : la dernière position, le dernier rang (d’un classement).

Être, descendre, rester dans la cave. Sortir de, quitter la cave.

Blake a fini la saison en tête des compteurs en dépit du fait que les Canadiens furent presque toujours dans la « cave » pour finalement arriver en sixième place. 1939, Le Devoir, Montréal, 19 avril, p. 11.

T’es pas sérieux? T’envoyer au repêchage! Tu vas être acheté par une équipe de dernière position. [...] Rien qu’à penser que tu serais dans la cave du classement, j’en ferais une dépression... 1974, J. Barbeau, La coupe Stainless, p. 76.

Ils rêvaient en couleur tous ceux qui croyaient que les Nordiques quitteraient la cave et gagneraient une dizaine de rangs au classement des équipes de la Ligue nationale. 1989, Le Soleil, Québec, 20 octobre, p. S5.

Par ext.

Les conservateurs resteront dans la cave jusqu’en 1992 [titre]. [...] Brian Mulroney prédit que ses troupes vont traîner au troisième rang dans les sondages au moins jusqu’en janvier 1992. Et il s’en balance, car selon lui le passé prouve qu’il connaît la recette pour redresser la situation. 1990, Le Soleil, Québec, 7 mai, p. A8.

Histoire

IDepuis 1836; peut-être déjà vers 1793 dans le toponyme Portage de la Cave, sous la plume de l’explorateur anglais Alexander Mackenzie (v. RiouxBlas 265). Hérité de France; relevé dans les parlers de l’Anjou et du Maine (v. VerrAnj, CormMauges et DottMaine 282). Cp. en outre le sens voisin de « caverne, fosse, creux dans la terre » en usage dans la langue générale depuis le Moyen Âge jusqu’à l’époque classique (v. FEW cavus 2, 559a, et RobHist, s.v. cave2; encore relevé dans certains dictionnaires modernes mais donné comme classique, comme vieux ou comme poétique, v. GLLF et Robert 1985, s.v. cave1, TLF, s.v. cave3).

II1Depuis 1683. Découle de cave « local souterrain situé sous une habitation et servant à entreposer des provisions, à conserver des denrées », attesté en français depuis le Moyen Âge (v. FEW 2, 559a, TLF, s.v. cave3, et RobHist, s.v. cave2). 2Depuis 1811. 3Depuis 1895.

IIIDepuis 1939. Calque de l’anglais américain cellar « the lowest position among a group ranked in order of games won » (v. Random 1983; v. aussi Webster 1986, Mathews et WentwSlang3).

 caveaucavreau.

Version du DHFQ 1998
Trésor de la langue française au Québec. (1998). Cave1. Dictionnaire historique du français québécois (2e éd. rev. et augm.; R. Vézina et C. Poirier, dir.). Université Laval. Consulté le 20 février 2024.
https://www.dhfq.org/article/cave