Recherche avancée

CANDY [kande]
n. m.

Rem.

Variante graphique candé.

1

VieilliFriandise, bonbon.

Donner un candy à un enfant. Un sac de candies. (Au sing., avec valeur partitive). Du candy. Une livre de candy.

Magasin de candy : petit commerce de détail où l’on vend des bonbons, des gâteries de toutes sortes.

 nanane.

– Donne-moi de ton maïs sucré, lui dis-je, en lui présentant un sou. Il tendit la main, puis la retira en disant : – Mais non, monsieur, c’est pas juste de vous vendre ça, à vous. C’est bon pour les petits garçons comme moi, ce candy-là, mais pas pour les messieurs comme vous. 1878, Le Farceur, Montréal, 30 novembre, p. 2.

Le jeune Gagnon a corroboré en tous points les dépositions des autres enfants entendus au sujet des atrocités dont la petite Aurore fut la victime. [...] Il a vu l’accusée donner une beurrée de lessive à Aurore en lui disant : « Viens manger du candy. » 1920, Le Devoir, Montréal, 16 avril, p. 3.

– Alice : Que c’est que tu veux, la petite? – Petite : Je veux une cent de candy. – Alice : Quelle sorte? – Petite : [...] Combien les boules rouges, là? – Alice : Quatre pour une cent... – Petite : Les honeymoons? – Alice : Deux pour une cent... – Petite : Bien... Je vais prendre un sac de « poff corn ». 1939, Gr. Gélinas, Fridolinons ’39, sketch « Avenir de la race », p. 4 (radio).

Un jour, c’était et l’homme et la femme. Et puis, son mari était condamné à être pendu. [Ça] fait que il était à la prison, pis sa femme allait le voir presque tous les jours pis elle lui emportait différentes choses, du candy des fois, un peu de vin, tout ça. 1954, Sainte-Famille (Île d’Orléans), AFEUL, L. Lacourcière 1680 (âge de l’informateur : n. d.).

Le premier ministre a mis les cultivateurs en garde contre deux dangers qui lui paraissent particulièrement terribles : 1) ses adversaires politiques qui promettent plus que lui n’a donné; 2) les théoriciens « qui courent le monde, mais qui feraient banqueroute si seulement ils ouvraient un petit magasin de ‘candy’ ». 1959, Le Devoir, Montréal, 19 février, p. 3.

2

Fig., pop.Petite douceur, gâterie.

 Faveur, avantage proposé ou accordé à qqn dans le but de le séduire.

Donner un candy à ses électeurs.

 (Au sing.). Plaisir, en partic. plaisir sexuel.

Donner son candy à qqn. Vouloir son candy.

Les Anglais, eux-autres, ben mon Yeu Seigneur, on peut pas dire qu’ils nous ont traités tout le temps avec des « candies » et de la petite bière. Non, on peut pas dire ça, rapport que ça serait exagérer. 1912, La Presse, Montréal, 27 avril, p. 8 (chron. humor.).

Vas-tu arrêter de me punir comme un bébé quand j’fais quequ’ chose qui fait pas ton affaire! Chus pas un enfant, Gabrielle Jodoin, pis c’est pas en me privant de candy que tu vas arriver à faire quequ’ chose avec moé! 1978, M. Tremblay, La grosse femme d’à côté est enceinte, p. 306.

Après avoir proclamé qu’il ne s’abaisserait pas à cette distribution de « candies », il s’aperçut vite que nos engagements précis recevaient un accueil favorable et se mit dès lors à lancer à la volée des promesses auxquelles il n’avait que fort peu réfléchi. 1986, R. Lévesque, Attendez que je me rappelle..., p. 432.

Pop.No money, no candy ou no money, no funny, no candy : sans argent, il n’est pas de gâterie, de plaisir possible.

Les gens aiment ça payer cher pour voir des choses qu’on voit tous les jours. [...] Si l’ bon ’Yeu chargeait trente sous pour nous faire voir un paysage, on aimerait ben mieux notre nature pi on serait ben moins tenté de voyager. No money, no candy. L’argent ça change la face de ben des choses. 1950, A. Brie, Le père Tobie, 31 août, p. 3; radio.

Histoire

1Depuis 1878. De l’anglais (v. Webster 1986; v. aussi OED et Craigie qui précisent que le mot est d’emploi plus large aux États-Unis qu’en Angleterre). 2Depuis 1912. N’a pas été relevé dans les dictionnaires anglais.

Version du DHFQ 1998
Trésor de la langue française au Québec. (1998). Candy. Dictionnaire historique du français québécois (2e éd. rev. et augm.; R. Vézina et C. Poirier, dir.). Université Laval. Consulté le 15 avril 2024.
https://www.dhfq.org/article/candy