Recherche avancée

BONNET [bɔnɛ]
n. m.

Rem.

Variante graphique : (autrefois, d’après une prononciation ancienne encore attestée de façon sporadique en régionbonnette.

I
1

VieilliBonnet de boudoir, bonnet boudoir : coiffure légère à bord froncé, garnie de rubans et de dentelles, portée à l’intérieur par les femmes pour camoufler les bigoudis, protéger la mise en plis, etc.

Rem.On trouve aussi casque-boudoir.

Kimonos de crêpons [sic] de couleur avec bonnets de boudoir, couleurs variées. 1917, L’Événement, Québec, 1er mai, p. 6 (annonce).

35 très jolis bonnets boudoir dans toutes les couleurs; ce qu’il vous faut pour la toilette matinale. 1921, Le Nouvelliste, Trois-Rivières, 7 février, p. 8 (annonce).

DisparuBonnet à coucher : bonnet de nuit.

DisparuBonnet écossais : coiffure masculine du même type que celle que portent les Écossais.

2

Hist.(Général. au pluriel). Bonnet bleu : syn. de Patriote, désignant un membre ou un partisan du parti politique qui s’est opposé au régime instauré au Bas-Canada par les autorités britanniques au début du XIXe s., puis un insurgé ayant participé à la rébellion contre les Anglais en 1837-1838.

Le commandant des Bonnets bleus.

Rem.1. Souvent écrit sans majuscule, parfois avec un trait d’union. 2. On trouve aussi Tuque bleue, dans le même sens.

Ah! ma chère commission de capitaine, que j’ai de regrêt [sic] de t’avoir perdue! [...] Ayez donc pitié de moi, détrompez son Excellence sur mon compte; et rendez-moi ma chère commission. Je dois peut être à votre miséricorde de n’avoir pas perdu, dans ce fatal moment, ma commission de Juge de Paix que ces mêmes Bonnets bleus m’avaient fait avoir, croyant tout bonnement que je me rangerais de [sic] leur clique. 1827, La Minerve, Montréal, 3 septembre, p. 2.

La rébellion de 1837-1838 avait éclaté. Partout circulaient des bruits sinistres. À en croire certains on-dit, des bonnets bleus faits prisonniers par les habits rouges avaient eu les pieds brûlés; d’autres avaient été crucifiés aux portes de leurs granges [...]. 1930, R. Girard, « Un héros de 37 », dans Almanach du peuple Beauchemin, p. 382.

II

RuralUtérus de la vache.

Montrer, sortir le bonnet : avorter.

Histoire

Pour la forme bonnette n. m., v. JunPron 192 (à distinguer de bonnette n. f.).

I1Depuis 1917. Calque de l’anglais boudoir cap (ne figure pas comme tel dans les dictionnaires anglais, mais bien attesté dans le vocabulaire anglais de la publicité du début du XXe s., v. Eaton’s Catalogue. Fall & Winter 1915-16, p. 107). Bonnet à coucher (1827-1871). Bonnet écossais (1768-1897), calque de l’anglais scotch cap (v. OED et Webster 1986). 2Depuis 1827.

IIDepuis 1970 (PPQ 530). Relevé dans les parlers de la Wallonie et de la Lorraine sous des variantes propres à ces parlers (v. FEW abonnis 24, 40a).

Version du DHFQ 1998
Trésor de la langue française au Québec. (1998). Bonnet. Dictionnaire historique du français québécois (2e éd. rev. et augm.; R. Vézina et C. Poirier, dir.). Université Laval. Consulté le 15 avril 2024.
https://www.dhfq.org/article/bonnet