Recherche avancée

BEC-SCIE [bɛksi]
n. m.

Rem.

Parfois prononcé [bɛtsi].

  

Canard plongeur (fam. des anatidés) caractérisé par un bec long et effilé, dentelé sur les côtés et recourbé en crochet à son extrémité, qui se prête particulièrement bien à la capture des poissons.

Des becs-scie ou becs-scies (plus rarement bec-scies). (Surtout dans la langue spécialisée). Grand bec-scie ou vieillibec-scie commun (Mergus merganser). Bec-scie à poitrine rousse (Mergus serrator). Bec-scie couronné (Lophodytes cucullatus).

 (En appos.). RareCanard bec-scie.

Rem.En France, ce canard est parfois appelé bec(-)en(-)scie ou bec(-)de(-)scie, mais on lui donne plus généralement le nom de harle, comme c’était le cas chez les spécialistes canadiens avant le milieu du XXe s.

Le Bec-scie a son bec en dedans dentelé comme la lame d’une scie; on dit qu’il ne vit que de Chevrettes [= crevettes], dont il casse facilement les écailles tendres. 1752, Le Page du Pratz, « Mémoire sur la Louisiane », dans Journal œconomique, février, p. 132.

Chaque fois que Bob contourne un cap et nous introduit dans une anse nouvelle, des troupes d’outardes, de becs-scies, de canards noirs s’élèvent, tournoient un instant, prennent leur direction et passent, le cou penché, battant de l’aile dans le ciel bleu. 1920, Frère Marie-Victorin, Croquis laurentiens, p. 126.

Parfois, d’une baie herbeuse à la tête d’un lac, des canards plongeurs prenaient leur essor précipitamment. On apercevait des couvées de becs-scies qui faisaient frémir l’onde plombée à petits coups de pattes et de moignons. 1992, L. Hamelin, Cowboy, p. 172.

 (Variante). RareBec-à-scie. (PPQ 1492, CayOiseaux 116).

Histoire

Depuis la fin du XVIIe s. (Fabvre 248 : becsie, plongeon à bec comme des dents). Par référence à la forme caractéristique du bec de l’oiseau. Cp. bec(-)de(-)scie, qui a cours en français de France mais dont les premières attestations proviennent de relations de voyages en Nouvelle-France (v. RollFaune 2, p. 403, TLF s.v. bec, et Robert 1985 s.v. harle; v. aussi N. Denys, Description geographique et historique des costes de l’Amerique septentrionale, 1672, t. 2, p. 305 (passage cité ici, s.v. cacaoui), et Nouveaux voyages de Mr. le baron de Lahontan, 1703, t. 2, p. 46). Cp. aussi bec(-)en(-)scie qui figure dans bon nombre de dictionnaires français depuis AcCompl 1842.

Version du DHFQ 1998
Pour poursuivre votre exploration du mot bec-scie, consultez notre rubrique En vedette.

Consultez l'article bec-scie dans le dictionnaire Noms français des oiseaux du monde.
Trésor de la langue française au Québec. (1998). Bec-scie. Dictionnaire historique du français québécois (2e éd. rev. et augm.; R. Vézina et C. Poirier, dir.). Université Laval. Consulté le 28 mai 2024.
https://www.dhfq.org/article/bec-scie