Recherche avancée

BAS-CULOTTE [bɑkylɔt]
n. m.

Rem.

1. Au pluriel, général. écrit bas‑culottes. 2. Souvent employé au pluriel pour désigner une seule unité, p. ex. mettre ses bas-culottes. 3. Parfois écrit sans trait d’union.

  

Sous-vêtement extensible pour femme, en tissu extra-fin, couvrant le bas du corps du bassin aux pieds.

Un bas-culotte en nylon. Une paire de bas-culottes. Mettre, enlever ses bas-culottes. Acheter des bas-culottes. Avoir une échelle, une maille dans son bas-culotte. (Dans la langue de la publicité). Bas-culottes pour dames. Bas-culotte one size, qui convient à toutes les tailles.

Rem.1. À partir des années 2000, le mot a été progressivement supplanté dans l’usage par bas de nylon; il est également concurrencé par bas nylon. 2. En France, ce type de sous-vêtement est appelé collant, emploi également attesté au Québec.

Tout comme au temps de leurs grand-mères, les petites filles porteront cet hiver de longs bas de couleurs. Mais les jeunes auront la vie plus facile qu’au temps jadis, car ces bas, façonnés comme les collants des danseuses, tiennent sans jarretelles. La mode a commencé l’an dernier chez les étudiantes, qui ont vite apprécié les avantages de ces bas culottes de nylon extensible. […] Ces bas-culottes sont de toutes couleurs, et de modèles variés, comprenant les rayures, carreaux et torsades. 1958, Le Soleil, Québec, 28 août, p. 35.

Le véritable tout-en-un : le bas-culotte en nylon sans couture. Extensible pour mouler de façon impeccable de la pointe du pied jusqu’à la taille. Il comporte le talon naturel, la pointe renforcée et la taille élastique. La culotte est en nylon renforcé plus durable. 1968, La Presse, Montréal, 4 juin, p. 13 (annonce).

Ah, s’cusez, ch’t’en retard. J’avais une maille dans mes bas-culottes. J’en trouvais pas nulle part. I’a fallu que j’fasse trois pharmacies. 1981, Cl. Meunier et L. Saia, Appelez-moi Stéphane, p. 16.

Bien que l’achat d’une paire de collant nous donne parfois des maux de tête, ce n’est rien à côté du tracas et de l’inconfort qu’occasionnait le port des bas avec porte-jarretelles, se rappellent encore plusieurs femmes. En effet, si aujourd’hui le bas-culotte fait partie du quotidien des femmes, son arrivée sur le marché n’est pas si lointaine puisqu’elle remonte à la fin des années soixante. 1993, Le Soleil, Québec, 30 novembre, p. C1.

Cet hiver, la jambe s’éclate et joue aux caméléons. Elle s’exhibe en collant diaphane ou se pare de dentelles et de motifs bigarrés. L’époque du 100 % nylon est tout à fait révolue. L’industrie du bas-culotte inonde le marché de produits plus performants : amincissant, galbant, façonnant, mais aussi hydratant et même tonifiant. Comment trouver collant à sa jambe? 2002, La Presse, Montréal, 26 novembre, p. B1.

De fil en aiguille, cela a mené à des conversations sur le type de trucs, aujourd’hui rarissimes, mais qu’on trouvait dans le temps sur des 33 tours – et un tiers, pour être plus précis – et qui ne risquent guère de ressortir en CD et moins encore en patentes à gosses du genre streaming. Je pense par exemple aux enregistrements de célèbres comiques québécois tels Gérard « Nono » Deslauriers, Lucien « Beatle » Stephano, Lucien Boyer […] et surtout le plus grand de tous, Roméo Pérusse, que j’ai eu l’honneur et le plaisir de rencontrer quelques fois, dont la plus marquante est sûrement celle où il n’était vêtu que d’une paire de bas-culotte et de cache-mamelons. 2015, P. Huet, En 67 tout était beau, p. 241.

Souvent à des fins féministes, les bas de nylon et les bas-culottes ont inspiré bien des artistes en art contemporain. Matériau à la fois souple et contraignant, il évoque tout un réseau de significations sociales. 2023, N. Mavrikakis, Le Devoir (site Web), Montréal, culture (arts visuels), 30 juin.

Histoire

Depuis 1958. De bas et culotte. Pourrait résulter d’un calque de l’anglais nord-américain panty(-)hose ou panti(-)hose, attesté pour la première fois en 1959 (v. OED (en ligne) 2023‑08 et Merriam-Webster (en ligne) 2023‑08; v. aussi Random 1979‑1983, AHD 1981 et Nelson 1997, s.v. panty hose). Il pourrait également s’agir d’une création parallèle. Bas‑culotte est relevé dans PLar depuis l’édition 2013 et dans PRobert depuis l’édition 2014, avec les marques ‘Québec’ et ‘Canada’ respectivement.

Nouvelle entrée de la deuxième édition

Dernière révision : novembre 2023
Trésor de la langue française au Québec. (2023). Bas-culotte. Dictionnaire historique du français québécois (2e éd. rev. et augm.; R. Vézina et C. Poirier, dir.). Université Laval. Consulté le 15 avril 2024.
https://www.dhfq.org/article/bas-culotte