Recherche avancée

BARDASSEUX, BARDASSEUSE [baʀdasø, baʀdasøz]
adj. et n.

Rem.

Variantes graphiques : (d’après des variantes de prononciation) berdasseux, beurdasseuxbordasseux.

1

Péjor., fam.Qui s’occupe à des riens, perd son temps.

Acadie, péjor. Dépensier, gaspilleur. (PoirierG, s.v. beurdasseux; BoudrAcad, s.v. bardasseux).

2

VieilliQui est travailleur, n’est pas rebuté par le travail manuel (en particulier l’entretien ménager); homme à tout faire.

Malheureusement des bardasseuses comme ma défunte il ne s’en fait plus au jour d’aujourd’hui; c’est pourquoi on voit tant de poussière et de traîneries un peu partout. 1913, La Presse, Montréal, 17 mai, p. 8 (chron. humor.).

– Isidore : Tu parles aussi vite que si t’avais des ailes, Cou Croche. – Cou Croche : Vous comprenez, j’aime pas à m’amusailler d’un bord pis de l’autre. J’agis. Ce qui fait le malheur du monde d’aujourd’hui, c’est parce qu’ils rêvent tout le temps. L’avenir est aux bardasseux. 1939, Cl.-H. Grignon, Le déserteur, 6 avril, p. 6 (radio).

3

Fam.Qui s’exécute bruyamment. 

C’est un bardasseux. Un maudit bardasseux.

 (D’une machine, d’une mécanique). Qui fait beaucoup de bruit en fonctionnant.

– Tit-Bé : Arrête ton métier une minute, Maria... – Maria : Qu’est-ce qu’il y a? – Tit-Bé : J’voulais te parler. Avec ce bardas-là, c’est pas facile... – Maria : C’est vrai qu’il est bardasseux, le métier. C’est pas neuf, tu comprends. Il existait dans le jeune temps de sa mère... 1954, Y. Thériault, Maria Chapdelaine, 17 février, p. 7 (radio).

4

VieilliChicanier; qui est prompt à la colère (au point d’en venir aux coups).

 (En parlant de qqch.). Qui secoue, qui provoque des secousses.

Un chemin bardasseux.

Y a d’autres familles qui m’ont frappé étant jeune, comme dans la famille... dans les Bouchard, des gens durs un peu, berdasseux. 1961, île aux Coudres (Charlevoix-Ouest), AFEUL, P. Perrault 437.

Histoire

De bardasser.

1Depuis 1894 (Clapin, s.v. berdasseux). Probablement hérité des parlers de France; cp. berdacheu « celui qui n’est pas assidu à la besogne » en wallon (v. FEW brittus 1, 541b), be(u)rdassou « qui s’occupe à des riens et ne fait aucun travail sérieux » en poitevin (v. PignPoit 217 et MinVienne2). 2Depuis 1894 (Clapin). 3Depuis 1894 (Clapin). Sans doute hérité des parlers de France; cp., en wallon, bardaheu « celui qui a l’habitude de faire du tapage » (v. PohlBelg, s.v. bardacheur) ainsi que, dans le Maine, berdanson « tapageur » (v. FEW id., 541a). 4Depuis 1914 (Blanch1, s.v. berdasseux). Cp., dans le Maine, la variante berdansou « qui secoue » (v. FEW id.). Cp. aussi bardassier (sens 3, sous Hist.).

Version du DHFQ 1998
Trésor de la langue française au Québec. (1998). Bardasseux, bardasseuse. Dictionnaire historique du français québécois (2e éd. rev. et augm.; R. Vézina et C. Poirier, dir.). Université Laval. Consulté le 12 juin 2024.
https://www.dhfq.org/article/bardasseux-bardasseuse