Recherche avancée

BARBOTEUSE [baʀbɔtøz]
n. f.

  

Petite piscine peu profonde conçue pour les enfants; en partic. bassin public aménagé afin que les jeunes enfants puissent s’y rafraîchir en sécurité.

2022, TLFQ, Barboteuse [photo].

 (Spécial.) Petite piscine gonflable ou en plastique rigide pour usage domestique.

SYN. pataugeoire.

 pataugeuse.

L’O.T.J. de Lachine met gracieusement à la disposition des enfants de la C. R. d’Outremont tous ces jeux, piscines et barboteuses. Aussi ceux-ci feront-ils bien d’emporter leurs costumes de bain. 1945, Le Devoir, Montréal, 20 août, p. 8.

Il y aura un bassin en bordure du parc, du côté de la Place de l’hôtel de ville, pour alimenter une fontaine lumineuse et des jeux d’eau. Pas question de piscine ou de barboteuses. 1970, Le Nouvelliste, Trois-Rivières, 21 février, p. 3.

La chaude température a eu pour effet d’inciter les gens à se trouver un coin d’eau pour se rafraîchir un peu. À la barboteuse de SainteFoy, petits et grands semblent bien avoir su en profiter. 1993, Le Soleil, Québec, 7 juillet, p. A3.

En ouvrant la porte du pavillon, j’aperçus Gerry qui, assis sur la dernière marche de ciment de la piscine, de l’eau jusqu’à la taille, un énorme chaudron à la main, essayait de la vider de son trop-plein en soufflant comme un phoque. Un gros enfant dans une gigantesque barboteuse. 1993, M. Tremblay, Le cœur éclaté, p. 302.

La Ville de Montréal, consciente des problèmes de santé qui pourraient découler de ce type de plan d’eau, s’affaire actuellement à l’élaboration d’une vaste opération de réaménagement. Dans certaines pataugeoires, on envisage l’installation de systèmes de filtration avec chlorimateur [sic] incorporé. D’autres pourraient, à l’instar des barboteuses de Winnipeg, se transformer en jeux d’eau, ou en fontaine, où l’eau qui coule sur le dos des enfants serait constamment renouvelée. 1993, La Presse, Montréal, 18 juillet, p. C3.

Frimousse, la chienne de la maison, venait d’accoucher de sa toute première portée. Dans une ancienne barboteuse devenue pouponnière, huit chiots glapissaient. 1995, La Presse, Montréal, 23 septembre, p. H12.

Encore cet été, une grande partie du Centre Mario-Tremblay est transformé en un immense chantier de construction, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur. La partie la plus visible de cette troisième et dernière phase sera sans doute la restauration de l’actuelle piscine, la construction du nouveau bassin public ainsi que la partie barbotteuse [sic] qui sera aménagée pour les plus petits, avec jeux d’eau intégrés. 2015, Le Lac-Saint-Jean (site Web), Alma, actualités, 14 juillet.

Le bassin récréatif représentera la plus grande zone récréative et pédagogique publique au Québec. Une rivière à courant, une barboteuse, des turbines de nage et des glissades feront le bonheur des petits et des plus grands. 2019, Le Courrier du Sud (site Web), Candiac, actualités, 22 novembre.

 (Variante suff.). Rare Barbotière.

Le lieutenant-gouverneur en conseil a approuvé en date du 5 juin dernier un règlement d’emprunt […] pour des travaux municipaux tels que pavages, égoûts, […], ainsi qu’une barbotière au parc StMaurice. 1946, Le Soleil, Québec, 18 juin, p. 12.

Dimanche, le 10 juillet, dans l’après-midi, un bon nombre de paroissiens se réunissaient au camp St‑Louis, camp d’été des enfants de la paroisse et propriété des Pères Rédemptoristes, pour assister à la bénédiction et à l’inauguration officielle d’une nouvelle piscine de 80 pieds par 40 (en haut) et d’une barbottière [sic]. 1955, L’Action catholique, Québec, 11 juillet, p. 3.

C’est ainsi qu’à la barbotière StJean-Baptiste, qui accepte les jeunes jusqu’à 12 ans, tant garçonnets que fillettes, on peut se baigner de 9 hres à 11 hres l’avant-midi [...]. 1960, Le Nouvelliste, Trois-Rivières, 7 juillet, p. [6].

Pour revenir au parc de motricité, unique au Canada, l’on y retrouve un ensemble à balancer; barbotière; carré de sable; parcours santé, poteau de basket ball, ballon poing; table; banc et bloc psycho-moteur. 1992, La Tribune, Sherbrooke, 5 août, p. B2.

Histoire

Depuis 1945. Barboteuse « petite piscine » est probablement un dérivé direct de barboter « patauger, s’agiter dans l’eau en la troublant » (attesté en français depuis le XIIIe s., v. FEW borvo‑ 1, 443b, et TLF), dérivé parallèle au mot barboteuse qui existait déjà en français depuis 1920 au sens de « vêtement d’enfant qui laisse les membres à nu » (v. Robert (en ligne) 2023‑07), et suffixe féminin ‑euse, servant à former un substantif désignant non pas l’agent d’un procès, mais un objet caractérisé par sa destination (comme causeuse « petit canapé permettant à deux personnes de s’asseoir pour causer ») (v. TLF, s.v. ‑eur2/‑euse, ‑(a)teur/‑(a)trice); cp. pataugeuse. Barbotière, depuis 1946; par extension du sens de « mare où barbotent les canards », qui est relevé en français depuis 1847 (Besch).

Dernière révision : juillet 2023
Trésor de la langue française au Québec. (2023). Barboteuse. Dictionnaire historique du français québécois (2e éd. rev. et augm.; R. Vézina et C. Poirier, dir.). Université Laval. Consulté le 13 avril 2024.
https://www.dhfq.org/article/barboteuse