Recherche avancée

ASPERGE [aspɛʀʒ]
n. f.

1

Vieilli (Parfois dans asperge des bois). Nom commun d’une variété d’épilobe dont les jeunes pousses sont comestibles (Epilobium angustifolium).

2022, TLFQ, Asperge (épilobe), Parc national de l’Île-Bonaventure-et-du-Rocher-Percé, Gaspésie [photo].

Rem.De nos jours, on emploie asperge plutôt pour désigner la plante potagère dont on consomme les jeunes pousses (Asparagus officinalis), comme en France.

[...] tout le long du chemin en montant la côte c’était tout en bois vert; y avait le long du chemin des bouquets rouges, la grande asperge rouge. 1936, Chambord (Lac-Saint-Jean-Ouest), dans V. Tremblay, Mémoires de vieillards, no 188, p. 27.

2

Plante ornementale du genre Asparagus (notam. Asparagus plumosus et Asparagus sprengeri) au feuillage fin et délicat; tige de cette plante utilisée dans la décoration florale.

2022, TLFQ, Asperge [photo] Mosaïcultures, Parc du Bois-de-Coulonge, Québec.

Le bouquet de la mariée se composait de roses et d’asperges. 1930, Le Nouvelliste, Trois-Rivières, 1er décembre, p. 7.

Histoire

1Depuis 1862 (ProvFlore 216). Relevé dans des parlers du Centre de la France (v. RollFlore 6, p. 4). S’explique par le fait que l’on peut consommer les jeunes pousses de cette plante comme celles de l’asperge commune (Asparagus officinalis Linné). 2Depuis 1930. Connu en français de France (v. p. ex. Robert 1953, asperges ornementales), mais moins usuel que le nom scientifique asparagus (v. p. ex. Robert 1953 et 1985, TLF, PLar 1989).

Version du DHFQ 1998
Pour poursuivre votre exploration du mot asperge, consultez notre rubrique En vedette.
Trésor de la langue française au Québec. (1998). Asperge. Dictionnaire historique du français québécois (2e éd. rev. et augm.; R. Vézina et C. Poirier, dir.). Université Laval. Consulté le 18 juillet 2024.
https://www.dhfq.org/article/asperge