Recherche avancée

ARROSOIR [aʀozwɑʀ]
n. m.

Rem.

Parfois féminin.

1

Appareil automatique servant à répandre de l’eau (sur les pelouses, les jardins).

2017, Helga, Arrosoir [photo], Pixabay. https://pixabay.com/fr/photos/arroseur-de-pelouse-l-eau-eau-2366751/

Rem.Dans la langue de la publicité, on a tendance à utiliser arroseur, comme en France.

Arrosoir de pelouse [titre]. Type oscillatoire. L’eau sort en jets continus. 1960, Le Soleil, Québec, 5 mai, p. 23 (annonce).

L’arrosoir oscillant et l’arrosoir rotatif, dont le mouvement est réglable, peuvent s’avérer utile [sic] pour les semis. 1989, Humus, juillet-septembre, p. 19.

Appareil servant à pulvériser une solution pesticide sur les végétaux.

Arrosoir à patates.

Disparu Arrosoir de place : ustensile de ménage qui était utilisé pour répandre de l’eau sur le plancher.

2

Véhicule automobile muni d’un réservoir d’eau et servant à arroser les voies publiques (pour les laver, pour empêcher la poussière de se soulever).

Arrosoir de rue.

Rem.On trouve également arroseuse, qui est le terme usité en France.

Pas un balai n’a passé sur nos trottoirs, pas un arrosoir n’a promené ses jets rafraîchissants sur la poussière de nombre de nos rues. 1920, Le Devoir, Montréal, 27 mai, p. 1.

Nos vacances au bord de la mer? C’est de se fourrer en dessous des arrosoirs qui passent dans la rue : là, tu as une chance de te faire humecter le nombril pour quelques secondes. 1943, Gr. Gélinas, « La vitrine brisée », L. Mailhot et D.-M. Montpetit, Monologues québécois 1890-1980, 1980, p. 161.

Le cheval, il passait, pis tu as un arrosoir, une espèce de réservoir à eau, carré, et puis les tuyaux étaient troués, en arrière, comme ça, pis qui répandaient l’eau. Ça allait d’un côté à l’autre de la rue. Ça lavait pas la rue, mais ça arrosait la rue pour l’humecter, pour enlever la poussière. 1964 env., Montréal, AFEUL, P. Perrault 69 (âge de l’informateur : n. d.).

Histoire

1Depuis 1960; découle probablement du sens de « récipient pour arroser », attesté en français depuis le XVe s. (d’abord sous la forme arrousoir, v. TLF et FEW *arrōsare 25, 336a). Arrosoir de place (de 1789 à 1812) a été relevé dans l’Ouest de la France (v. MussSaint, DugPoit, s.v. arouser). 2Depuis 1920.

Version du DHFQ 1998
Trésor de la langue française au Québec. (1998). Arrosoir. Dictionnaire historique du français québécois (2e éd. rev. et augm.; R. Vézina et C. Poirier, dir.). Université Laval. Consulté le 20 février 2024.
https://www.dhfq.org/article/arrosoir