Recherche avancée

ARÈNE [aʀɛːn]
n. f.

I
1

Estrade entourée de rangs de cordes, sur laquelle se déroulent des combats de lutte ou de boxe; par méton. la lutte ou la boxe.

1946, C. Poirier, Arène de boxe [photo], BAnQ P12833. https://advitam.banq.qc.ca/notice/549884

Arène de lutte, arène de boxe. Faire son entrée dans l’arène. Monter, sauter dans l’arène. Quitter l’arène. Les quatre coins de l’arène. Les as de l’arène.

 Revenir, remonter, retourner, effectuer un retour dans l’arène : revenir à la compétition.

SYN. ring.

Quand les rivaux se sont avancés dans l’arêne [sic], on a remarqué que Patrick Ryan avait le teint d’une femme [...] et qu’il semblait un boy auprès de son gigantesque antagoniste [...]. 1882, La Gazette de Joliette, 17 février, p. [2].

Les yeux étaient rivés sur l’arène provisoire, et l’arbitre se lançait dans les cables [sic] pour en éprouver la résistance. Cette arène était placée au centre d’une salle jonchée de jetons de bingo [...]. 1944, R. Lemelin, Au pied de la Pente Douce, p. 212.

J’ai vécu les sept premières années de ma vie dans « le bas de la ville », plus précisément dans le quartier que l’on appelait à l’époque (1938‑1945) « Le Parc Frontenac ». [...]. Chaque jour, des familles se bagarraient à coups de barres de fer, de chaînes, de chaises ou de bâtons de baseball. La ruelle Harbour, située à l’est de la rue Frontenac, se transformait, certains jours, en véritable arène. C’était la ruelle la plus pauvre du quartier et mes parents nous interdisaient, à mon frère et à moi, de nous y aventurer, car il y avait fréquemment des fusillades, des meurtres et, comme disait monsieur le curé, des « spectacles grossiers » qui causaient un tort irréparable à la jeunesse de la paroisse. 1968, P. Vallières, Amérique, p. 116.

La population traditionnelle continue à se bâtir des « arénas » avec scène, où elle assiste, entre autres, à la lutte, joute primitive où s’affrontent les forces obscures du Bien et du Mal. Les gens y conjurent leur peur. Ils participent aux combats à différents niveaux. Ils « forcent » pour le Bon contre le Méchant ou avec leur héros nationaliste : Johnny Rougeau. Ils acceptent avec résignation que l’arbitre, symbole de la justice, ne voit pas les injustices et les erreurs qui se commettent sous ses yeux, dans l’arène. 1972, M. Ferron et R. Cliche, Quand le peuple fait la loi, p. 22‑23.

Quand il était champion, Tyson s’est vanté d’être The Baddest on the Planet. Il s’est comporté en brute dans l’arène et dans la vie. Malgré les millions, il n’a jamais quitté le ghetto. 1995, La Presse, 27 mars, sports, p. 5.

Installée à Saint-Jean-sur-Richelieu, la FML [Fédération montérégienne de lutte] place ainsi ses pions en espérant que la Santé publique donne le feu vert à la reprise des sports de combat. L’acquisition de l’arène de lutte et le maintien de l’entente pour présenter des galas à la salle des Loisirs La Providence ont fait notamment partie des négociations […]. 2020, Le Canada Français, Saint-Jean-sur-Richelieu, 20 août, sports et loisirs, p. A37.

Fig.

Le projet de loi 30 vise à sortir les relations de travail de l’arène de boxe [titre]. [...] « Si vous fournissez les gants et l’arène de boxe, vous aurez une bataille. Mais si vous fournissez une table, bien dressée, vous aurez une entente », a-t-il [le ministre] lancé. 1987, Le Soleil, Québec, 8 mai, p. A6.

2

Fig. Monter dans l’arène, faire le saut, sauter dans l’arène (politique, fédérale, provinciale, municipale) : s’engager dans qqch. (le plus souvent la politique) qui représente un lieu de discussions, de luttes ou de combats idéologiques, accepter de relever un défi. 

Un élu municipal qui fait le saut dans l’arène provinciale.

Rem.On utilise aussi, comme en France, les expressions descendre, entrer, se jeter dans l’arène (voir Histoire). 

Il [Lomer Gouin] eût été plus avisé de garder son poste de premier ministre comme tremplin s’il voulait sauter dans l’arène fédérale; mais comme il ne voit pas toutes les questions politiques sous le même angle que les députés de Québec à Ottawa, il ne songe pas pour le moment du moins à former une alliance avec l’ancien ministre des Finances, bien que le « Soleil » ait publié un article très ambigu et hérissé de points d’interrogations [sic], ces jours derniers. 1920, Le Devoir, Montréal, 10 juin, p. 1.

Les libéraux de Godbout [...] ne pouvaient plus compter que sur les libéraux du fédéral. Un an plus tôt, c’était King et Lapointe qui avaient demandé l’aide du gouvernement Taschereau. Aujourd’hui, plusieurs des 60 députés fédéraux du Québec montaient dans l’arène provinciale. 1977, C. Black, Duplessis, t. 1, p. 226 (texte traduit).

En l’écoutant, je me disais que les libéraux fédéraux ont raté une belle occasion de se donner un bon leader. Ils auraient dû tout faire pour convaincre M. McKenna de sauter dans l’arène fédérale. 1990, L. Gagnon, La Presse, 22 mars, p. B3.

Les chefs des premières nations au Canada ont pressé hier le premier ministre Jean Chrétien de renoncer au statu quo constitutionnel et de sauter dans l’arène pour empêcher la souveraineté du Québec. 1994, Le Soleil, Québec, 14 décembre, p. A3.

Maintenant que sa réflexion est terminée, Lucien Bouchard a accepté de sauter dans l’arène québécoise en pleine période interréférendaire. 1995, J. Legault, Le Devoir, Montréal, 22 novembre, p. A6.

Resté sur les lignes de côté durant les premiers mois en raison de la pandémie, le candidat à la chefferie du Parti québécois a finalement sauté dans l’arène mardi soir en dévoilant sa plateforme électorale. 2020, Le Journal de Montréal (site Web), 18 août, (actualité politique).

II

VieilliEnceinte couverte, spécial. aménagée pour la pratique des sports sur glace; patinoire qui s’y trouve.

2023, TLFQ, Arène [photo], Université Laval.

Rem.Cette appellation a été proposée (notamment par Dagenais) pour remplacer l’anglicisme aréna (voir Histoire).

 aréna.

Lundi soir, nous avons eu le plaisir d’assister à la séance donnée par les propriétaires du rond à patiner. Le nombre des spectateurs était assez considérable. Plusieurs élégants patineurs et patineuses s’en sont donné à cœur-joie [sic] jusque vers 9 heures. Le calme se fit alors dans la salle et l’on vit apparaître sur l’arène George Jackson, le champion des patineurs de l’univers. Les divers mouvements exécutés avec tant de grâce par ce jeune acrobate sont vraiment dignes d’admiration. 1884, Le Progrès de l’Est, Sherbrooke, 13 mai, p. [2].

Le hockey – Les champions ont soutenu leur réputation, hier soir, à l’arène, battant les Montreal par un score de 9 à 3. 1900, Les Débats, Montréal, 14 janvier, p. [6].

M. Hodgson, du club de Waterville, à la fin de la première partie, s’affaissa sur la glace; on s’empressa à son secours et on le sortit de l’arène, évanoui. 1910, La Tribune, Sherbrooke, 22 février, p. 3.

L’Arène Laurentienne [titre]. Dans les cercles sportifs de la métropole et de la banlieue, on a appris la construction toute récente d’une arène au Collège de Saint‑Laurent. [.../] L’administration de l’arène est à la disposition des organisations sportives en quête d’un local où jouer leurs parties. 1930, La Presse, Montréal, 21 novembre, p. 28.

Ainsi donc, un bon dimanche après-midi de fin de janvier, les frères de l’Amour bucolique s’armèrent de cache‑oreilles et de foulards chauds pour venir encercler la patinoire de la Brèche-à-Ninon. Avec eux, des dizaines et des dizaines de curieux et fervents admirateurs de l’équipe des jeunes agriculteurs. [.../] Toute la Brèche avait pris place auprès des frères bucoliques et la Ninon tapait du pied. Seul le frère Ponton, que son grand désarroi hantait, surveillait de sa fenêtre l’arène inquiétante. 1983, R.‑G. Bujold, La Brèche-à-Ninon, p. 110‑111.

Histoire

I1Depuis 1882. D’après l’anglais arena attesté notamment dans boxing arena, wrestling arena (v. Random 1983 et Webster 1986). Paraît sans lien avec le sens de « baraque de luttes », relevé dans l’argot français des lutteurs forains, ni avec celui d’« enceinte où se déroulent les combats de lutte et, parfois, d’autres manifestations », en français du Sénégal (v. FEW arēna 25, 173a; TLF et BlondéSén).  2Monter dans l’arène, depuis 1920; dès 1891 dans un ouvrage traduit de l’anglais par J. Marmette : Il m’a toujours paru regrettable, au moins à un point de vue, que M. Blake ait sauté dans l’arène politique tout d’une pièce et armé en guerre, comme Minerve de la tête de Jupiter (J.‑A. Ewan et L.‑H. Taché, Les hommes du jour : Edward Blake, p. 42). Les expressions monter, sauter dans l’arène, créées par allusion au sens précédent, sont à mettre en parallèle avec l’expression descendre dans l’arène (ou variantes), de même sens, mais qui constitue une allusion à l’arène romaine (attestée en français depuis Féraud 1787, v. FEW id.).

IIDepuis 1884. D’après l’anglais arena (v. Random 1983 et DictCan).

Dernière révision : octobre 2021
Trésor de la langue française au Québec. (2021). Arène. Dictionnaire historique du français québécois (2e éd. rev. et augm.; R. Vézina et C. Poirier, dir.). Université Laval. Consulté le 17 juillet 2024.
https://www.dhfq.org/article/arene