Recherche avancée

ANNEUILLÈRE [ɑ̃nœjɛʀ] ou [anœjɛʀ] ou  ANNOUILLÈRE [ɑ̃nujɛʀ] ou [anujɛʀ]
adj.

Rem.

1. Variantes graphiques : aneuillère, anouillère, en ouillere; (d’après des variantes de prononciation [ɑ̃nɛjɛʀ], [ɑ̃nɔjɛʀ] et [anɔjɛʀ]anneillère​, annoguère, anoyère. 2. Toutes les prononciations se rencontrent également avec la finale [eʀ] à la place de [ɛʀ].

  

Rural (En parlant d’une vache). Qui n’a pas vêlé une année et dont la production de lait est appelée à diminuer, à cesser; par ext. stérile.

[...] a cause du transport qu’il a fallu faire des dicts bestiaux et cause des incursions des ennemis et dont les dittes vaches sont venues en ouliere [...]. 1660, Québec, BAnQQ, gr. G. Audouart, 30 octobre

Nous gardions aussi une vache en éguère [sic], c’est-à-dire qu’elle n’avait pas affaire au bœuf, dans le temps des amours! 1980, Fl. Morvan Maher, Florentine raconte..., p. 35.

Par anal. Qui a peu de lait (en parlant d’une femme qui allaite). (LavMét 52).

 Tari (en parlant d’un puits). (PPQ 44).

(Hapax). loc. Être annouillère de qqch. : être sur le point de manquer de qqch.

On est annouillère de fraises. (FTLFQ, enq.).

 (Variante, par aphérèse). Neillère ou neuillère (surtout en Acadie, voir p. ex. Poirier).

Histoire

Depuis 1660. Du latin *annucularia « vache qui n’a pas mis bas dans l’année », lui-même dérivé de annǔcǔlus « âgé d’un an » (v. FEW 24, 617). Mot d’origine dialectale (signalé depuis 1307 en Normandie, v. MoisyNorm, s.v. anouillère), répandu dans les parlers du Nord, du Nord-Ouest et du Centre de la France où il connaît, comme au Québec, des prononciations variées (v. FEW id.; v. aussi JunLex 87, qui examine la variation phonétique du mot). Au sens de « stérile », relevé notamment dans BonnTourn, s.v. annelière, DebrPic, s.v. anoyère, DudPerch, s.v. ennouillère, RuitBerr, s.v. anouillère, et ALIFQ 506. La variante ne(u)illère, depuis 1916, est bien attestée également dans les parlers de France, avec la prononciation [] (dans l’Ouest, v. ALQ 488) ou, plus fréquemment, [nɔ] (dans l’Ouest, le Nord-Ouest et le Centre, v. FEW 24, 617a).

 neuillasse.

Version du DHFQ 1998
Pour poursuivre votre exploration du mot anneuillère, consultez notre rubrique En vedette.
Trésor de la langue française au Québec. (1998). Anneuillère ou annouillère. Dictionnaire historique du français québécois (2e éd. rev. et augm.; R. Vézina et C. Poirier, dir.). Université Laval. Consulté le 14 avril 2024.
https://www.dhfq.org/article/anneuillere-ou-annouillere